Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
La Pratique de Dzogchen de Longchen Rabjam
Aller à la page: <  1, 2
 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Mahamoudra / Dzogchen
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 382

MessagePosté le: Mar 25 Aoû 2009 - 12:05    Sujet du message: La Pratique de Dzogchen de Longchen Rabjam Répondre en citant

LES DIVISIONS DE LA MEDITATION MENGAGDE

Thregchod est l'essence des enseignements de Dzogpa Chenpo et Thodgal est spécifiquement en relation avec la Division la Plus Secrète de Mengagde.

Thregchod (Khregs-Ch'od), "en prennant le raccourci"
c'est la voie par laquelle on s'entraîne sur la conscience intrinsèque denudée, sans se reposer sur les apparences [visions] de clareté (de Thodgal) et qui libère sans effort. Cest la voie cruciale pour les êtres qui possèdent un intellecte puissant mais sont paresseux en regard de la pratique pour atteindre l'illumination.

En s'appuyant sur la pureté primordiale, la vacuité, pour donner naissance à la conscience intrinsèque dénudée, libre d'élaboration, et dissoudre les existants phénoménaux dans la nature ultime, la vacuité, est Thregchod.
Jigmed Lingpa

La pratique de Thregchod consiste, principalement, en les quatre contemplations (Chog-bZhag) :

La contemplation naturelle qui ressemble à une montagne est la perféction de la vue.
La contemplation naturelle qui ressemble à l'océan est la perféction de la méditation. Contempler naturellement les apparences [percéptions] est la perféction des actions.
La contemplation naturelle sur la conscience intrinsèque est la perféction du résultat.
Un yogi qui à atteint les quatre perféctions
S'est uni avec le sens absolu.
dans Dronma Nangched (sGron-Ma sNang-Byed)

Thodgal (Thod-rGal), "approche directe"
c'est la voie par laquelle on atteint la liberation en faisant des efforts. En se basant sur les apparences [vision] de la clarté (A'od-gSal Gyi sNang-Ba), les êtres assidus purifient leur corps grossier dans cette vie et atteignent l'illumination.

En se basant sur sur six moyens cruciaux d'entrainement, les quatre vision apparaîssent progressivement. Les quatre visions sont : la réalisation directe de la Nature Ultime (Ch'os-Nyid mNgon-gSum), le développement des expériences (Nyams Gong-'Phel), la perféction de la conscience intrinsèque (Rig-pa Tshad-Phebs) et la dissolution des phénomènes dans la Nature Ultime (Ch'os-Nyid Zad-Pa).
Lochen Dharmasri

Thregchod libère les apparences illusoires, les objets d'appréhension, dans leur vraie nature, sans laisser aucune base ni racine. Dans Thodgal, tous les aspects des apparences des trois mondes (Khams-gSum) sont libérés en tant que clarté des Thigles des cinq lumières, la profondeur naturelle (Rang-gDangs) de la conscience intrinsèque. Ainsi c'est supérieur aux entrainements inférieurs.
Gyurmed Tshewang Chogtrub


La lumineuse absorption de la jouissance, de la clarté et de la non-pensée (bDe-gSal Mi-rTog-Pa'i A'od-gSal) est expliquée partout dans tous les anuttaratantras. Mais mettre l'emphase sur l'exteriorisation dénudée de l'aspect du savoir, qui est l'aspect de la conscience intrinsèque ou de la compassion [énergie] de la conscience intrinsèque, puis, à travers cela, s'entraîner sur la voie de l'absorption lumineuse, est la compétence particulière du Sommet-Vajra (Dzogpa Chenpo)
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -


Dernière édition par Serge Z. le Sam 21 Aoû 2010 - 10:12; édité 1 fois
Publicité






MessagePosté le: Mar 25 Aoû 2009 - 12:05    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 382

MessagePosté le: Mar 25 Aoû 2009 - 12:07    Sujet du message: La Pratique de Dzogchen de Longchen Rabjam Répondre en citant

LES ATTEINTES DE THODGAL

Au moment de la mort, un yogi de Thodgal accompli, si il le désire, transformera son corps en un corps de lumière intrinsèque visible seulement par ceux qui possèdent des yeux purs, et il servira les êtres vivants jusqu'à ce que ce monde soit vide ou bien qu'il n'existe plus de raison pour qu'il reste.

Il y a deux atteintes, l'énergie [contrôle] sur la naissance et sur l'entrée (sKye-'Jug).

L'atteinte de l'énergie sur la naissance
On se transforme en corps de la Grande Transformation ('Pho-Ba Ch'en-Po) et on pourvoit aux besoins des êtres vivants ... on brille dans le corps des lumières après avoir dissous les atomes du corps mortel. L'atteinte de l'énergie sur la naissance et sur l'entrée est la spécialité de Thodgal. Parce que dans Thregchod il n'y a rien d'autre, après avoir dissous le corps a en atomes (Lus rDul-Phran-Du Dengs, dissolution totale) et l'esprit dans la nature ultime, que d'atteindre la libération dans la pureté originelle.

L'atteinte de l'énergie sur l'entrée
Si il n'y a aucun moyen de servir les êtres avec cette particulière forme de corps, ... il dissout son corps de lumière de Grande Transformation, comme la brume se dissolvant dans le ciel, et entre dans la sphère intérieure ultime. De là jusqu'à ce que le samsara ait cessé, il agit pour les autres au travers des activités illuminées de l'inséparabilité des quatre Bouddha-kaya et des cinq sagesses primordiales.

Jigmed Lingpa
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 382

MessagePosté le: Mar 25 Aoû 2009 - 12:09    Sujet du message: La Pratique de Dzogchen de Longchen Rabjam Répondre en citant

LES ATTEINTES DES VOIES ET ETAPES DE DZOGPA CHENPO

Dans Dzogpa Chenpo on atteint et perféctionne les voies et étapes en tant que résultat de l'entrainement méditatif.

Généralement dans les yanas causal et caractéristiques (sutrique), ayant développé l'esprit de l'illumination, on s'entraine à l'accumulation de mérites et de la sagesse pour des éons sans fin. C'est la Voie de l'Accumulation. En développant la sagesse produite par la méditation, on rejoint la sagesse de la Voie de Voir (la vérité). C'est la Voie de l'Application. Voir directement la vraie nature des phénomènes et la nature absolue de tous les phénomènes des Quatre Vérités est la Voie de Voir. Les moyens qui causent que l'on gagne des expériences de la réalisation qui a été vue est la Voie de la Méditation. Après avoir terminé les entrainements, lorsqu'il n'y a plus d'entrainement, c'est la Voie de Plus d'Entrainement (Bouddhéité). Dans Dzogpa Chenpo ces Cinq Voies sont réalisées simultanément.

Dans Dzogpa Chenpo par l'aspect de la réalisation de la sagesse primordiale méditative. - consciencieux et libre d'élaboration - on complète spontanément les aspects des moyens habiles, tel que la générosité, sans concept et attachement. On développe aussi les apparences de l'énergie de la sagesse déscriminative et de la compassion irréelle comme une illusion, à partir de la connaissance de l'état méditatif (rJes-Shes). Ainsi, dans Dzogpa Chenpo, on perfectionne la vaste accumulation de mérites et de sagesse primordiale instantanément. C'est pourquoi le grand Ronzom (Rong-Zom, XI siècle) définit Dzogpa Chenpo en disant : "Cela s'appelle la Grande Perféction (Dzogpa Chenpo) parce qu'il parfait les vastes accumulations duales." De la même manière, la réalisation de l'essence de la conscience intrinsèque - la perféction instantanée des grandes accumulations - est la Voie des Accumulations.

Paltul Jigmed Chokyi Wangpo
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 382

MessagePosté le: Mar 25 Aoû 2009 - 12:13    Sujet du message: La Pratique de Dzogchen de Longchen Rabjam Répondre en citant

DZOGPA CHENPO ET LES AUTRES YANAS ET TRADITIONS

En regard des écritures de Dzogpa Chenpo, celui-ci est le sommet de tous les yanas. Il incorpore tous les mérites des autres yanas. Les autres yanas sont les étapes vers la réalisation du sens de Dzogpa Chenpo. La récolte de Dzogpa Chenpo est la réalisation de la Conscience Intrinsèque, l'essence de Bouddha.
Le Bouddha enseigne sur l'essence de Bouddha dans les "second et Troisième Tours de la Roue". Pour réaliser la Conscience Intrinsèque dénudée, l'essence de Bouddha, , le sens profond et pur de la vue de Dzogpa Chenpo, par le plus rapide et le plus direct chemin pour les pratiquants de très grande intelligence, est l'unique distinction de Dzogpa Chenpo.
Longchen Rabjam

Superiorité de l'essence de Bouddha expliquée par Dzogpa Chenpo

Dans les soutras de Bodhisattvayana,
Avec l'intention d'atteindre l'étape (11ème) de la "Lumière Totale"
A travers les concepts et analyses des deux vérités,
Il est affirmé que la nature ultime est la vacuité comme l'espace.
Parce que la grande jouissance de Atiyoga
Est l'esprit illuminé, libre de concepts et d'analyses.
Les soutras dévoilent l'état de liberté à partir des concepts et analyses.
La vue avec concepts et analyses dans Dzogpa Chenpo est est une diversion vers les soutras.

Dans Kriyayoga, avec l'intention d'atteindre l'état de Vajradhara,
On entre par les portes des trois puretés et on réside dans la pureté libre de la dualité de l'appréhendé et de l'appréhendeur.
Parce que la grande jouissance de Atiyoga
est l'esprit illuminé qui transcende la dualité de l'appréhendé et de l'appréhendeur.
Kriyayoga dévoile l'état qui transcende l'appréhendé et l'appréhendeur.
La vue avec appréhendé et appréhendeur dans Atiyoga est une diversion vers Kriyayoga.

Dans Upayoga, dans ces vues et actions,
Comme il suit la vue de Yogatantra et l'action de Kriyayoga,
Il n'y a pas d'union de la vue et de l'action.
Upayoga dévoile le sens de la non-dualité.
La vue dualle de Dzogpa Chenpo est une diversion vers Upayoga.

Dans Yogatantra, en désirant actualiser Le Magnifiquement Revêtu (terre pure),
On entre dans les entrainements avec et sans caractéristique
Et se concentre sur les quatre parties du sceau.
Mais Yogatantra est incapable d'entrer dans l'état de libération des discriminations de l'acceptation et de la réjection.
Parce que la grande jouissance de Atiyoga
est l'esprit illuminé, libre d'acceptation et de réjection.
Yogatantra dévoile l'état de libération de l'acceptation et de la réjection.
La vue d'acceptation et réjection dans Dzogpa Chenpo est une diversion vers Yogatantra.

Dans Mahayoga, avec l'intention d'atteindre l'état de Vajradhara et étant passé par la porte des moyens habiles et de la sagesse,
Dans le pur mandala de son propre flôt de pensées,
On s'entraîne dans "récitation-et-sadhana" en quatre parties.
Parce que la grande jouissance de Atiyoga
est l'esprit illuminé, libre d'effort et d'acquisition.
La vue avec efforts et acquisitions dans Dzogpa Chenpo
Est une diversion vers Mahayoga.

Dans Anuyoga, avec l'intention d'atteindre l'état d'indivisibilité de la sphère ultime et de la sagesse primordiale et
Étant entré par la porte de la sphère ultime et de la sagesse primordiale,
On voit l'apparition des existants phénoménaux - La pure sphère ultime - en tant que cause
Et le mandala de la sagesse primordiale en tant que résultat.
Parce que la grande jouissance de Atiyoga
est l'esprit illuminé, libre de cause et d'effet.
Anuyoga dévoile l'état de libération de la cause et du résultat.
Si on voit les choses en tant que cause et effet dans Dzogpa Chenpo,
C'est une diversion vers Anuyoga.

Kunched Gyalpo tantra
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -


Dernière édition par Serge Z. le Mer 7 Jan 2015 - 12:59; édité 1 fois
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 382

MessagePosté le: Mar 25 Aoû 2009 - 12:16    Sujet du message: La Pratique de Dzogchen de Longchen Rabjam Répondre en citant

Distinction entre l'essence de Bouddha de Dzogpa Chenpo et de Yogacarya

Dans Dzogpa Chenpo la Conscience Intrinsèque est désignée en tant que conscience-propre et clareté-propre. Mais elle est libre d'élaboration et de non-existence. Ainsi est elle supérieure à la parfaitement établie conscience-propre et clareté-propre de la conscience de l'école Yogacarya.

Differences entre Dzogpa Chenpo et Madhyamaka

Madhyamaka, ayant fait, séparément, la distinction entre les apparences et la vacuité, se concentre sur la vacuité. Dzogpa Chenpo, ayant aperçu la Conscience Intrinsèque, l'état de l'esprit pur et naturel de l'esprit, de l'esprit, réalise et parfait directement, et de façon dénudé, la Conscience Intrinsèque. Delà il réalise la vérité de tout l'univers libre de descrimination et d'extrèmes.

Distinction propre à Dzogpa Chenpo

Généralement dans les instructions de Dzogpa Chenpo il y a des aspects profonds et uniques sans fin. Mais le point principal est l'assurance de distinguer la Conscience Intrinsèque, comme il est dit dans Yonten Rinpoche'i Dzod :
"La Conscience Intrinsèque qui transcende l'esprit est la spécialité de la Grande Perféction Naturelle.
Jigmed Tenpa'i Nyima

Dans Dzogpa Chenpo on reste dans l'état naturel de la continuité de la sagesse primordiale qui apparaît spontanément, la pacification de l'esprit et des évènements mentaux dans la sphère ultime, qui est le grand dépassement de l'esprit et détachement des actions. Il n'y a pas d'effort et de modification. Ainsi les défilements soudain des apparences de l'énergie disparaîssent spontanément.
Jigmed Tenpa'i Nyima
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 382

MessagePosté le: Mar 25 Aoû 2009 - 12:17    Sujet du message: La Pratique de Dzogchen de Longchen Rabjam Répondre en citant

Ceci termine la "synthèse-traduction" de The Practice of Dzogchen par Longchen Rabjam.



Puisse ce modeste apport aider les êtres à réaliser le Dharma,
Puisse-t-il participer à ce que chacun y réalise sa Voie.


Sönam
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
anila kunchog dolma
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 17 Aoû 2010 - 12:24    Sujet du message: dzochen Répondre en citant

Merci pour toutes ces précisions sur le tsogchen étant débutante dans cette voie de plus mon maitre est passé en Paranirvana


anila kunchog dolma
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 382

MessagePosté le: Ven 20 Aoû 2010 - 20:24    Sujet du message: Re: dzochen Répondre en citant

anila kunchog dolma a écrit:
Merci pour toutes ces précisions sur le tsogchen étant débutante dans cette voie de plus mon maitre est passé en Paranirvana


anila kunchog dolma


maître Drikung Kagyü ? ...

Sönam
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
anila kunchog dolma
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 20 Aoû 2010 - 20:44    Sujet du message: La Pratique de Dzogchen de Longchen Rabjam Répondre en citant

L'un de mes lama racine était Khetsun sangpo rinpoché appartenant à l'école nygmapa.Passé en paranirvana en janvier 2010.
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 382

MessagePosté le: Ven 20 Aoû 2010 - 21:09    Sujet du message: La Pratique de Dzogchen de Longchen Rabjam Répondre en citant

http://sangha.leforum.eu/t450-Parinirvana-de-Khetsun-Zangpo-Rinpotche.htm

tu ne dois pas être complètement débutante dans cette voie anila-la


Sönam
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Chaniwa
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2010
Messages: 495
Localisation: Dans ce plat pays qui est le mien

MessagePosté le: Mer 2 Fév 2011 - 23:51    Sujet du message: La Pratique de Dzogchen de Longchen Rabjam Répondre en citant

Les Trois Yanas Sutriques :
a) Sravakayana, Hinayana
b) Pratyekabuddhayana, Hinayana
c) Bodhisattvayana, Mahayana
Les Trois Yanas Tantriques externes :
a) Kriyayoga
b) Caryayoga
c) Yogatantra
Les Trois Yanas Tantriques internes :
a) Mahayoga
b) Anuyoga
c) Atiyoga



C'est quand même pas si facile que ça...

Si je prends le Zen, je le mettrais dans la catégorie Bodhisattvayana?

Et si je prends les Terres Pures de mon ami Shinran je le met dans quoi? Bodhisattvayana ou yanas trantriques externes?
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 382

MessagePosté le: Jeu 3 Fév 2011 - 09:52    Sujet du message: La Pratique de Dzogchen de Longchen Rabjam Répondre en citant

Matteo_Ricci a écrit:
Les Trois Yanas Sutriques :
a) Sravakayana, Hinayana
b) Pratyekabuddhayana, Hinayana
c) Bodhisattvayana, Mahayana
Les Trois Yanas Tantriques externes :
a) Kriyayoga
b) Caryayoga
c) Yogatantra
Les Trois Yanas Tantriques internes :
a) Mahayoga
b) Anuyoga
c) Atiyoga



C'est quand même pas si facile que ça...

Si je prends le Zen, je le mettrais dans la catégorie Bodhisattvayana?

Et si je prends les Terres Pures de mon ami Shinran je le met dans quoi? Bodhisattvayana ou yanas trantriques externes?

Ce sont les yanas de la voie progressive ... mais on peut accéder à Atiyoga (Dzogchen) très directement.

Tous les deux font partie du Bodhisattvayana ce sont deux écoles soutriques du mahayana ... mais je ne suis pas un spécialiste de celles-ci

Sönam
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:26    Sujet du message: La Pratique de Dzogchen de Longchen Rabjam

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Mahamoudra / Dzogchen Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com