Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
Voeux "spontanés" de bodhisattva
Aller à la page: <  1, 2
 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Mahayana
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Karma lhamo
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2009
Messages: 1 809
Localisation: Ajaccio

MessagePosté le: Mer 24 Oct 2012 - 17:52    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

http://youtu.be/-ClaPYfChJ4
Explication des "voeux de Bodhisattva" par le Très Vénérable Kyabje Bokar Rinpoche

(extrait du film de Guy Maezelle)

Le voeu de Bodhisattva [Relié] Amazon
Bokar Rimpoché (Auteur)
(Auteur), Cheuky Sèngué (Traduction)

Nous possédons , (les êtres) la nature de Bouddha. Il faut donc commencer par méditer et chercher dans le silence de la parole , comment elle va se révéler. Si nous sommes trop encombrer par des pensées superficielles nous ne laissons pas libre l'état pur de l'esprit.. la boddhiccita est avant tout un état d'ouverture.
Les voeux de Boddhisattva :
Voir http://hridayartha.blogspot.fr/2010/04/cours-les-37-pratiques-des-bodhisatt…

1.Maintenant que j’ai obtenu ce qui est difficile à trouver, ce grand vaisseau des libertés et des acquisitions, afin de me délivrer moi-même et les autres de l’océan de samsara, jour et nuit sans oubli, écouter, réfléchir et méditer est la pratique des fils des vainqueurs.

2. Envers les amis, l’attachement coule comme de l’eau ; envers les ennemis, la haine brûle comme un feu ; demeurant dans les ténèbres de l’ignorance, j’oublie ce qui est à cultiver et ce qui est à rejeter. Abandonner le pays de ses pères est la pratique des fils des vainqueurs.

3. En abandonnant l’environnement néfaste, les émotions perturbatrices diminuent progressivement ; en demeurant sans distraction, la pratique de la vertu s’accroît d’elle-même. De l’éclat de la conscience naît la certitude du dharma. Demeurer en solitude est la pratique des fils des vainqueurs.

4. Les amis de longue date se séparent (au moment de la mort). Les biens et les possessions obtenus avec effort doivent être laissés derrière nous. La conscience, hôte de notre corps, le quitte comme on quitte un hôtel. Se détacher de cette vie est la pratique des fils des vainqueurs.

5. Lorsque ceux avec qui on est en relation font que les trois poisons s’accroissent, que nos activités d’écoute, de réflexion, de méditation se détériorent, que nous devenons dépourvus d’amour et de compassion, rejeter les amis néfastes est la pratique des fils des vainqueurs.

6. Lorsque l’on se relie à quelqu’un qui fait que nos fautes s’épuisent et que nos qualités s’accroissent comme la lune montante, chérir cet ami spirituel authentique plus que notre propre corps est la pratique des fils des vainqueurs.

7. Les dieux mondains qui sont eux-mêmes enfermés dans la prison du samsara, qui pourraient-ils protéger ? C’est pourquoi prendre refuge dans les rares et sublimes qui ne trompent pas celui qui se place sous leur protection, est la pratique des fils des vainqueurs.

8. Le Bouddha a dit que les souffrances insoutenables des états infortunés sont le résultat des actes néfastes. C’est pourquoi ne jamais commettre d’actions négatives, fut-ce au prix de sa vie, est la pratique des fils des vainqueurs.

9. Le bonheur des trois mondes est comme de la rosée sur la pointe d’une herbe. C’est un phénomène transitoire qui, en un seul instant, est détruit. Aussi, avoir pour but l’état suprême de la libération immuable, est la pratique des fils des vainqueurs.

10. Depuis les temps sans commencement, je n’ai eu d’amour que pour moi-même. A quoi sert mon bonheur personnel, si toutes les mères souffrent ? C’est pourquoi donner naissance à l’esprit de l’éveil, afin de libérer la multitude des êtres, est la pratique des fils des vainqueurs.

11. Toutes les souffrances proviennent de la quête du bonheur personnel. Les parfaits bouddhas sont issus de l’intention d’aider les autres. Aussi, échanger complètement mon bonheur personnel contre la souffrance des autres est la pratique des fils des vainqueurs.

12. Si quelqu’un, en proie à une grande convoitise, me dérobe tous mes biens ou incite un autre à le faire, lui dédier mon corps, mes jouissances et toutes mes vertus des trois temps est la pratique des fils des vainqueurs.

13. Même si quelqu’un à qui je n’ai pas fait le moindre mal veut me trancher la tête, prendre sur moi, par compassion, toutes ses fautes est la pratique des fils des vainqueurs.

14. Même si quelqu’un répand toutes sortes de calomnies sur mon compte jusqu’à emplir la totalité des trois mondes, vanter en retour, par esprit d’amour, ses qualités est la pratique des fils des vainqueurs.

15. Si quelqu’un, au sein d’une grande foule, révèle mes fautes cachées ou médit de moi, m’incliner devant lui avec respect en ayant conscience qu’il est un ami spirituel est la pratique des fils des vainqueurs.

16. Même si quelqu’un, que j’ai chéri et protégé comme mon propre enfant, agit envers moi comme un ennemi, l’aimer encore plus, comme le ferait une mère avec son enfant frappé par la maladie, est la pratique des fils des vainqueurs.

17. Lorsqu’une personne, égale ou inférieure à moi, me traite avec mépris, par orgueil, la respecter comme un maître et la placer au-dessus de ma tête est la pratique des fils des vainqueurs.

18. Même lorsque je suis dans la misère matérielle et continuellement méprisé par les hommes, frappé par une maladie grave, tourmenté par les démons, prendre en retour sur moi les négativités et les souffrances de tous les êtres, sans désespoir, est la pratique des fils des vainqueurs.

19. Même si je deviens très célèbre et que beaucoup de gens s’inclinent devant moi ou que j’obtienne des richesses semblables à celles du dieu de la fortune, voir que toute la gloire et les jouissances du monde sont vaines et demeurer sans prétention est la pratique des fils des vainqueurs.

20. Si je ne dompte pas l’ennemi de ma propre colère et que je lutte contre des ennemis extérieurs, ils se multiplieront. C’est pourquoi utiliser les armées de l’amour et de la compassion, pour me discipliner moi-même, est la pratique des fils des vainqueurs.

21. Les qualités désirables sont comme l’eau salée, plus on en jouit, plus la soif augmente. Aussi, abandonner sur le champ toutes les choses qui provoquent le désir-attachement, est la pratique des fils des vainqueurs.

22. Car, tout ce qui apparaît est mon propre esprit et cet esprit, à l’état premier, est libre de toute représentation mentale. Sachant cela, ne pas conceptualiser dans l’esprit en terme de sujet et d’objet, est la pratique des fils des vainqueurs.

23. Même lorsque l’on rencontre un objet agréable, le voir comme un arc-en-ciel à la belle saison, beau, mais dépourvu de réalité, et rejeter l’attachement, est la pratique des fils des vainqueurs.

24. La multiplicité des souffrances est comme la mort d’un enfant en rêve. Tenir pour vrai ce qui n’est qu’une manifestation illusoire, quelle fatigue ! C’est pourquoi, lorsque l’on rencontre des circonstances adverses, les voir comme des illusions est la pratique des fils des vainqueurs.

25. Si, lorsque l’on aspire à l’éveil, il faut même se détacher de son corps, que dire des choses extérieures ? C’est pourquoi, pratiquer la générosité, sans attendre de retour ni de résultat futur, est la pratique des fils des vainqueurs.

26. Alors que, sans discipline, on ne peut même pas accomplir son propre bien, souhaiter réaliser celui des autres est une plaisanterie. C’est pourquoi, garder sa discipline en étant libre d’aspiration mondaine est une pratique des fils des vainqueurs.

27. Pour les bodhisattvas qui aspirent aux délices de la vertu, tous les méchants sont comme un trésor. C’est pourquoi méditer la patience envers tous, sans aversion, est une pratique des fils des vainqueurs.

28. Quand on voit les pratyékas et les shravakas qui ne pratiquent que pour eux-mêmes et qui s’emploient comme s’ils avaient le feu au-dessus de leur tête, s’exercer à l’ardeur enthousiaste, qui est la source de toutes les qualités qui accomplissent le bien des autres, est la pratique des fils des vainqueurs.

29. Lorsque l’on a compris que, par la vision pénétrante dotée d’une parfaite stabilité mentale, les émotions perturbatrices sont complètement vaincues, pratiquer la méditation qui transcende complètement les quatre "états sans forme" est la pratique des fils des vainqueurs.

30. Avec les cinq paramitas, sans la conscience discriminante, il n’est pas possible d’obtenir le parfait éveil. Méditer la sagesse qui ne conçoit pas les trois cercles, associée à la méthode, est la pratique des fils des vainqueurs.

31. Si l’on n’examine pas soi-même sa propre confusion, il est possible que, tout en ayant l’apparence d’un pratiquant, on ne soit plus dans le droit fil du dharma. C’est pourquoi, examiner continuellement sa propre confusion et l’abandonner est la pratique des fils des vainqueurs.

32. Si, sous l’emprise d’une émotion, nous pointons les défauts des autres bodhisattvas, nous nous dégradons nous-mêmes. Aussi, ne pas critiquer quelqu’un qui est entré dans le grand véhicule, est la pratique des fils des vainqueurs. 33. Si, pour le gain ou les honneurs, nous nous disputons avec les autres et que nos activités d’écoute, de réflexion et de méditation se détériorent, rejeter l’attachement envers les amis et les bienfaiteurs, est la pratique des fils des vainqueurs.

34. Par des paroles dures, l’esprit des autres est troublé et notre conduite de bodhisattva est endommagée. C’est pourquoi, rejeter toute parole dure ou déplaisante pour les autres, est la pratique des fils des vainqueurs.

35. Si l’on s’habitue aux émotions, il devient difficile de les contrecarrer par des antidotes. Aussi, pour un pratiquant, saisir les armes de l’antidote, de l’attention et de la vigilance et écraser le désir et les autres émotions sitôt qu’elles apparaissent est la pratique des fils des vainqueurs.

36. En résumé, quelle que soit l’activité que nous entreprenions, demandons-nous dans quel état est notre esprit. Accomplir le bien des autres en étant sans cesse muni de l’attention et de la vigilance, est la pratique des fils des vainqueurs.

37. Afin que toutes les vertus accomplies par cet entraînement puissent éliminer la souffrance de l’infinité des êtres, dédier à l’éveil, par la conscience discriminante complètement purifiée des trois cercles, est la pratique des fils des vainqueurs.

Conclusion : Ces 37 pratiques des bodhisattvas ont été composées en accord avec le sens enseigné dans les soutras, les tantras, les commentaires et la parole des Saints authentiques, à l’intention de ceux qui aspirent à apprendre la voie des fils des vainqueurs. Mon intelligence étant inférieure et faible mon entraînement, ma composition ne pourra réjouir les érudits. Cependant, étant donné qu’elle est fondée sur les soutras et les enseignements authentiques, je pense que ces pratiques des fils des vainqueurs sont dépourvues d’erreurs. Cependant, pour un esprit inférieur comme le mien, il est difficile d’estimer la grandeur de l’activité des bodhisattvas. Aussi, je demande aux êtres authentiques de considérer avec patience mes fautes telles que les contradictions, les éléments superflus et autres. Que, par la vertu issue de cette composition, tous les êtres puissent devenir semblables au protecteur Tchenrézi qui, par son sublime esprit d’éveil ultime et relatif, ne demeure ni dans l’extrême du samsara ni dans celui du nirvana. Ceci a été composé pour mon propre bien et celui des autres par le vénérable Thogmé, expert en enseignements et en raisonnements dans la grotte du joyau de mercure (au Tibet).
________________________________________
Contempler le néant et le vide sans renoncer à la compassion.
Soûtra de la Liberté inconcevable
Publicité






MessagePosté le: Mer 24 Oct 2012 - 17:52    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
ricochet
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 24 Oct 2012 - 18:22    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

Merci pour cette longue et précise réponse et ces liens, j'ai matière à étude et/ou réflexion. Le fait de s'isoler de la société humaine et de ne pouvoir tenter de les soulager de certaines souffrances me parait en quelque sorte contradictoire. C'est cette notion qu'il m'est difficile a admettre. Peut etre ce repli ne doit etre que le temporaire.

De plus suffit il d'avoir pris les voeux de boddhisattva pour être considérer comme tel et existe t'il sur cette terre des personnes étant nées ici, des contemporains qui auraient atteint la bouddhéité ou bien l'apparition d'un bouddha sur terre ne peut elle se faire qu'avec la volonté de ce bouddha pour une apparition matérielle temporaire ? Ou bien Maitreya sera t'il le seul et prochain bouddha a naitre ici bas ?
Karma lhamo
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2009
Messages: 1 809
Localisation: Ajaccio

MessagePosté le: Jeu 25 Oct 2012 - 10:21    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

36. En résumé, quelle que soit l’activité que nous entreprenions, demandons-nous dans quel état est notre esprit. Accomplir le bien des autres en étant sans cesse muni de l’attention et de la vigilance, est la pratique des fils des vainqueurs.
Bonne journée
________________________________________
Contempler le néant et le vide sans renoncer à la compassion.
Soûtra de la Liberté inconcevable
ricochet
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 25 Oct 2012 - 21:16    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

Bonsoir, j'aurais voulu savoir si le buddha historique a parlé de la cérémonie de la prises des voeux de boddhisattva et comme lui avant de s'éveiller à la bouddhéité était lui meme un boddhisattva devant qui a t'il prit ses voeux ?

Si il n'en n'a pas parlé alors qui a mis en place la cérémonie des voeux ?
Karma lhamo
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2009
Messages: 1 809
Localisation: Ajaccio

MessagePosté le: Ven 26 Oct 2012 - 16:06    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

Il te faut aller dans l'historique du Seigneur Gautama pour comprendre son chemin vers la grande Perfection, celle de sa parfaite Bouddhèité, parfaitement accomplie.
Il n'a sans doute pas eu besoin d'une quelconque cérémonie ,car il était déjà cela

" Les bodhisattvas sont distinctes de l'arhat de trois façons: 1) leur motivation cherche à aider tous les êtres plutôt que eux-mêmes, 2) leur but est l'illumination complète pour tous au lieu d'éteindre simplement sa propre souffrance, et 3) ils voient sunyata (vide) que la vérité la plus profonde. [1] En conséquence, la voie de bodhisattva est souvent présentée comme pratiques distinctives du bouddhisme mahayana qui le distinguent de la tradition theravada. Cette doctrine constitue un modèle d'une forme de bouddhisme engagé à ne pas fuir la souffrance du monde, mais il cherche activement à mettre fin à tous les êtres."extrait de new york encyclopédie
________________________________________
Contempler le néant et le vide sans renoncer à la compassion.
Soûtra de la Liberté inconcevable
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 382

MessagePosté le: Ven 26 Oct 2012 - 16:29    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

Bouddha Sakymouni a enseigné sous différentes formes pour différents types d'êtres. On retrouve les discours destinés à tout un chacun dans les soutras de la triple corbeille (Tipitaka). D'autres discours enseignés plus secrètement, destinés à ceux qui avaient déjà parcourus une partie de la voie se retrouve dans les enseignements du mahayana et du vajrayana. D'autres enseignements, très secrets, destinés à ceux qui avaient déjà parcourus un long bout de chemin ont été enseignés de façon très secrètes.
On retrouve dans les écrits les vies antérieures de Bouddha Sakyamouni, quand il était encore un bodhisattva. Ces vœux il les avaient exprimés sans qu'il fut nécessaire d'en faire une cérémonie. Plus tard, bien plus tard, des écoles du mahayana ont éprouvé le besoin, tel un lien sacré, de les transformer en cérémonie.

Sönam
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Phusis
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2010
Messages: 195

MessagePosté le: Ven 30 Nov 2012 - 06:37    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

Il semble pourtant que grâce au enseignement mahayana/ vajrayana, il est possible d'atteindre l'illumination en une courte vie humaine.

En lisant un livre ça à l'air assez facile : Refuge, renoncement, boddhitchitta, à partir de là, auto-génération, et étape de réalisation.
Et l'étape de réalisation semble plus facile à mettre en oeuvre que toutes les autres étapes, étant donné qu'il s'agit de concentrer simplement son esprit sur un point particulier pour réunir les vents dans le canal central. Pour développer la bodhitchitta c'est une autre paire de manche...
Kipu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 7 Mar 2013 - 13:23    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

Bonjour à tous,
Mais alors pour les 37 pratiques du bodhisattva j'ai vu qu'il y avez des centre qui le pratiquer par exemple tous les dimanche et ne manger pas de viande, etc beaucoup de mantras pour pouvoir accumuler le max de mérites, est vraiment bon ?
Si cela peut ce faire je vais essayer de me lancer dans une journée à pratiquer les 37 pratiques du bodhisattva même si au début ce seras dur avec l'habitude ça va allez
Amicalement
Gyeltsabje
Jean
Animateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 461
Localisation: Perpignan

MessagePosté le: Mer 13 Mar 2013 - 09:48    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

Les 37 voeux et pratiques des Bodhissattvas jaillissent spontanément de l'état de conscience d'un coeur ouvert, paisible, chaleureux. Tout en étudiant, méditant, s'inspirant de ces pratiques, il est possible en même temps de travailler sur la pacification et l'ouverture du coeur. (syllabe germe, mantras, Tong Len, la méditation sur les 4 pensées infinies, prières, Présence, Pleine Conscience, etc et même des exercices de Trul Khor/Tsaloung adéquats.)

Encore plus simple : Milarépa disait que le simple souhait d'avoir bon coeur : "Puissé-je avoir bon coeur!" était libérateur de kalpas de mauvais karma.

On peut faire ce souhait n'importe où, n'importe quand. Il suffit de se rappeler d'y penser Smile

Il est possible de méditer sur la phrase "Puissent tous les êtres être heureux"

De ressentir le plus profondément cette phrase, de rechercher d'où en provient la pulsion qui lui donne naissance, et se reposer dans et d'être cette présence, cette pleine conscience calme, silencieuse, ouverte, chaleureuse et généreuse qui en est la source.
Jean
Animateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 461
Localisation: Perpignan

MessagePosté le: Lun 18 Mar 2013 - 14:24    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

Il y a ces vers tirés des "Voeux du Mahamoudra" du 3eme Karmapa :

Citation:
Ne sachant pas que leur nature est identique à celle de Bouddha,
les êtres errent dans le samsara.
Pour ces êtres qui endurent d'infinies souffrances,
Puisse naître en moi une irrépressible compassion.

La dynamique de cette irrépressible compassion est sans entrave.
Juste au moment ou cet amour compassionné apparaît,
la grande vacuité émerge, éclatante dans sa nudité.
Leur union est la voie suprême et directe.
Puissè-je constamment la méditer et la cultiver jour et nuit, sans interruption.
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 382

MessagePosté le: Lun 18 Mar 2013 - 14:46    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

et bien entendu l'Indispensable "Bodhisattva-carya-avatara", "L'entrée dans la pratique des bodhisattvas" de Shantideva ...

Le Bodhicaryavatara est le guide essentiel de tous ceux qui s'entraînent sur la voie des bodhisattvas. Il contient des explications claires et des instructions pratiques, appuyées par des raisonnements d'une force inoubliable, dont les pratiquants bouddhistes font usage depuis des générations pour renoncer à leurs vieilles habitudes et transformer à fond leur existence à mesure que les qualités extraordinaires de l'esprit d’Éveil prennent racine en eux.

Jigmé Khyentsé Rinpoché


Citation:
Je prends plaisir et me réjouis
Des vertus qui soulagent les êtres
Du tourment dans les mauvaises destinées
Et placent ceux qui souffrent dans le bonheur.

Je me réjouis dans l'accumulation de bienfaits
Qui est cause de l'éveil du Petit Véhicule;
Je me réjouis de la libération définitive pour les êtres
Des maux du cycle.
Je me réjouis de l'éveil des Protecteurs
Et des terres des Fils des Vainqueurs.

Je prends plaisir et me réjouis
De l'océan de vertus de l'esprit d'éveil,
Qui aspire au bonheur de tous les êtres,
Et de l'activité dispensatrice de bienfaits.

Les mains jointes, je supplie
Les Bouddhas de toutes les régions :
Qu'ils allument le flambeau de la doctrine
Pour les êtres enténébrés par la souffrance.

Les mains jointes, je supplie
Les Vainqueurs désireux de passer au-delà des peines :
Qu'ils demeurent pour des âges sans nombre
Et ne laissent pas ce monde aveugle.

Grâce aux vertus ainsi réunies
Par ce que j'ai accompli,
Puissent les souffrances de tous les êtres
Se dissiper entièrement !

Puissé-je être
Pour les malades
Le remède, le médecin et l'infirmier
Jusqu'à la disparition des maladies !

Puissé-je calmer par des pluies de nourriture et de breuvages
Les douleurs de la faim et de la soif,
Et, pendant l'âge des famines,
Puissé-je devenir moi-même nourriture et breuvage !

Puissé-je être un inépuisable trésor
Pour le pauvre et le démuni;
Puissé-je devenir tout ce dont ils ont besoin,
Et puissent ces choses se trouver à leur disposition!

Afin que le bien des êtres s'accomplisse,
Je donne sans retenue
Mes corps, mes jouissances
Et toutes mes vertus des trois temps.

En donnant, toute la douleur sera transcendée,
Et mon esprit réalisera l'au-delà des peines;
Mieux vaut offrir à présent aux êtres
Ce dont, pareillement, je devrai me défaire à l'heure de la mort.

Je livre ce corps
Au bon plaisir de tous;
Qu'ils en usent sans cesse à leur convenance,
Le tuant, l'injuriant ou le frappant.

Qu'ils jouent avec mon corps,
En fassent un objet d'amusement et de dérision;
Puisque je leur ai donné,
Pour quelle raison me serait-il cher?

Qu'ils lui fassent faire
Tous les actes qui ne leur nuiront pas,
Et que notre rencontre
Ne leur soit jamais inutile.

Si une pensée de colère ou de foi
Surgit chez ceux qui me rencontrent,
Que cela même serve perpétuellement
De cause pour la réalisation de tous leurs souhaits!

Que ceux qui m'insultent,
Me nuisent
Ou me raillent
Aient tous la fortune d'accéder à l'éveil!

Puissé-je être le protecteur des abandonnés,
Le guide de ceux qui cheminent,
La barque, le navire et le pont
Pour ceux qui désirent traverser les eaux !

Puissé-je être une île pour ceux qui recherchent une île,
Une lampe pour ceux qui en désirent une,
Une couche pour ceux qui veulent prendre du repos,
Et l'esclave des êtres souhaitant un esclave!

Puissé-je être un joyau qui exauce les voeux,
Une vase magique, un mantra d'accomplissement,
Un remède universel, un arbre à souhaits
Et une vache d'abondance pour le monde!

De même que la terre
Et les autres éléments tels l'espace,
Puissé-je toujours être un support
Pour la vie d'êtres innombrables!

Et jusqu'à ce qu'ils passent au-delà des peines,
Puissé-je, de toutes les manières, être une source de vie
Pour l'ensemble des mondes des êtres
Qui atteignent aux confins de l'espace!

De même que Ceux-allés-en-la-joie du passé
Ont engendré l'esprit d'éveil
Et maintenu progressivement
Les pratiques des bodhisattvas

De même, pour le bien des migrants,
J'engendre l'esprit d'éveil
Et m'appliquerai à ces pratiques
Selon leur ordre.

Afin de favoriser le développement
De l'esprit d'éveil saisi de la sorte,
Les personnes douées de discernement
Le loueront en ces termes !

Aujourd'hui ma vie a porté fruit;
Ayant atteint une destinée humaine
Je suis né dans la famille des Bouddhas
Je suis maintenant un fils de Bouddha!

Je ne dois pas souiller
Cette noble et pure famille,
Et tout ce que je fais
Doit s'accorder avec elle.

Comme un aveugle qui découvre un joyau
Dans un monceau d'ordures,
Ainsi, par chance,
L'esprit d'éveil est né en moi.

C'est le sublime nectar
Pour détruire la mort souveraine,
L'inépuisable trésor
Pour éliminer la misère du monde,

Le suprême remède
Pour apaiser ses maladies
L'arbre sous lequel se reposent les migrants
Las d'errer sur les chemins du cycle;

C'est le pont universel qui mène
Les êtres hors des destinées mauvaises,
La lune spirituelle levée
Pour soulager les tourments des passions du monde,

Le grand soleil qui écarte des migrants
Les brumes de l'ignorance,
La quintessence du beurre
Produite par le barattement du lait du Dharma.

Il satisfait les invités
Qui parcourent les voies du cycle
Et souhaitent connaître la jouissance du bonheur,
Il les installe dans la joie suprême.

Aujourd'hui, en présence des Protecteurs,
Je convie le monde à la félicité de Ceux-ainsi-allés
Et aux plaisirs temporaires.
Que les dieux, les dieux jaloux et tous les autres
se réjouissent !

(source : Éditions Padmakara)

________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Chaniwa
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2010
Messages: 495
Localisation: Dans ce plat pays qui est le mien

MessagePosté le: Jeu 22 Juin 2017 - 11:41    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

Bonjour à tous,

Je m'intéresse beaucoup aux 37 vœux du bodhisattva. J'ai commandé un livre du Dalai Lama chez Albin Michel, j'ai lu un ouvrage de Geshé Kelsang Gyatso. J'ai un autre qui m'attend de Khènsour Jampa Tègchok Rinpoché. Et enfin j'ai suivi les vidéos d'une session à l'Institut Vajra Yogini...

Est-ce que vous connaissez d'autres ouvrages qui pourraient m'aider dans mon étude ? Smile
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 382

MessagePosté le: Ven 23 Juin 2017 - 11:36    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

Chaniwa a écrit:
Bonjour à tous,

Je m'intéresse beaucoup aux 37 vœux du bodhisattva. J'ai commandé un livre du Dalai Lama chez Albin Michel, j'ai lu un ouvrage de Geshé Kelsang Gyatso. J'ai un autre qui m'attend de Khènsour Jampa Tègchok Rinpoché. Et enfin j'ai suivi les vidéos d'une session à l'Institut Vajra Yogini...

Est-ce que vous connaissez d'autres ouvrages qui pourraient m'aider dans mon étude ? Smile


Attention, Kelsang Gyatso est membre fondateur de la Nouvelle Tradition Kadampa, une secte non reconnue et virulente ...
Quand à tes lectures, hormis Kelsang Gyatso, elles me semblent déjà bien complètes. Sans oublier, bien entendu, la Bodhycaryavatara de Shantideva.
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Chaniwa
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2010
Messages: 495
Localisation: Dans ce plat pays qui est le mien

MessagePosté le: Ven 23 Juin 2017 - 21:44    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva Répondre en citant

He bien il était temps que je pose ma question, je viens de lire au moins 4 livres de Kelsang Gyatso...
J'ai l'une l'autre chose sur le net à leur sujet, et je m'étais justement interrogé sur le fait que les Editions Tarpa ne publient que des ouvrages de lui et personne d'autres (ou un peu près).

Par ailleurs, je me suis demandé comment les 37 voeux du bodhisattva et les entraînements de l'esprit en 7 points se complètent ? Est-ce deux pratiques distinctes à pratiquer en parallèle ? Est-ce que l'un s'intègre dans l'autre ?
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:58    Sujet du message: Voeux "spontanés" de bodhisattva

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Mahayana Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com