Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
Du désespoir

 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> -> Introduction
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
member17
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 7 Déc 2013 - 17:57    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

Bonjour,

J'étais déjà inscris sur ce forum avec un autre pseudo mais, bizarrement, je préfère en créer un autre, comme si j'étais plus anonyme avec autre pseudo peut-être... de toute façon j'ai pas le souvenir de m'être présenté avec l'autre pseudonyme.

En ce moment je me sens vraiment à bout moralement, alors, je profite de ce forum pour exprimer ma tristesse, je ne sais pas trop pourquoi je fais ça, je pense que c'est parce que j'ai du mal à exprimer mes émotions, et là je sens que j'en peux plus, il faut que ça sorte.

Alors comme j'ai déjà fais l'expérience de ce forum avec un autre pseudonyme, et que j'ai été très agréablement surpris par la sagesse des personnes qui m'ont répondu, sans doute que je n'écris pas seulement ici pour exprimer cette tristesse, sans doute que j'espère aussi trouver du réconfort, comme quelque chose après quoi m'accrocher, sans doutes.

J'ai l'impression de sombrer jour après jour, comme si je tombais dans un grand précipice très sombre et que je m'accrochais péniblement à une petite branche, observant la lueur lointaine de la sortie et puis, cette petite branche cède, je retombe un peu plus bas encore etc... cette lueur d'espoir semble briller de moins en moins fort.

Il y a peu de temps que je m'intéresse au bouddhisme, j'essaye de débuter la méditation Vipassana à raison de 20 minutes par jour depuis environ 6 mois.

Sincèrement je n'ai pas l'impression que ça m'aide beaucoup à apaiser mon esprit ou à acquérir une meilleure concentration, peut-être que je la pratique mal, peut-être pas suffisamment (pourtant c'est difficile pour moi de faire ça 20 minutes tout les jours, c'est pas forcément quelquechose d'agréable, je vois ça comme un exercice, qui demande des efforts au contraire je trouve, en fait je pratique ça comme un musicien qui ferait des gammes, je suis juste convaincu qu'avec discipline et régularité ce travail me fera évoluer, mais pourtant l'instant j'ai pas l'impression de voir beauocup de résultats, c'est surement trop tôt encore).
Malgré cette pratique je n'ai pas l'impression d'avoir évolué, même un tout petit peu, ou alors peut être, de façon vraiment extrêmement légère, mais d'une manière générale, ça me déçoit un peu je dois l'avouer. Mais en même temps je suis extrêmement triste aujourd'hui, je manque particulièrement de lucidité, surtout au moment où j'écris ce message.

Il y a des jours comme aujourd'hui où j'aurai envie de prier pour que mon heure arrive, et vite. Je pense à cette fin d'année 2013, comme il y a 30 minutes quand je faisais un jogging seul au milieu de ces immenses champs déserts, je me dis que j'aimerai bien que 2014 soit l'année de ma mort, mais j'espère ne pas en souffrir, naturellement, j'aimerai qu'elle soit extrêmement soudaine et indolore, qu'elle arrive comme ça en une fraction de seconde, ça serait un grand soulagement que de ne plus ressentir ce désespoir, cette façon de voir le monde, cette image de moi même que je déteste tant.

Plus le temps passe et pire c'est, j'ai l'impression, plus le temps passe et plus je deviens triste, moins j'ai d'amour propre.

Quand je pense à ma situation actuelle, alors que ma famille proche me dit sans cesse de voir le bon côté des choses, je n'y arrive pas.

Quand je me regarde dans la glace j'ai vraiment l'impression d'avoir tout raté. J'ai 31 ans, il y a 6 mois mon ex m'a quitté pour un de ses collègue de travail, j'ai quitté mon appartement, je suis revenu vivre chez mes parents. Et aujourd'hui je suis complètement seul, j'ai pas de travail, je suis autoentrepreneur depuis 2 ans et c'est une pure catastrophe, je ne trouve quasiment aucun client, je n'y arrive pas, l'aspect commercial et prospection c'est extrêmement difficile. En plus de ça j'ai aucun(e) ami(e) , je fais même pas 5 ou 6 candidatures par semaines pour du travail, car c'est au dessus de mes forces, je n'arrive pas à prendre sur moi, à porter le masque de quelqu'un de bien dans sa peau qui veut travailler, qui a de l'enthousiasme etc, ça me demande des efforts énormes pour me faire passer pour quelqu'un qui va bien.

Alors j'ai souvent envie d'en finir, mais le bouddhisme m'a fait découvrir que ça n'arrangerait surement rien, au contraire, ça serait surement très mauvais, pour moi d'une part, et puis pour ma famille qui serait très triste.

Alors voilà, quand je sombre comme aujourd'hui, je voudrai dormir un peu, pour que le temps passe, ou prendre un médicament anxiolitique, je navigue sur internet pour m'occuper l'esprit, en attendant que ça passe.

Souvent je ressens une très grande colère, j'en veux à mon ex, sans doute je ressens comme une grande injustice de la savoir heureuse, j'ai souvent envie de l'appeler, de l'insulter, de lui souhaiter pleins de malheurs, je m'imagine même parfois mettre fin à mes jours et lui dire que c'est en partie de sa faute si j'ai fait ça.

Mais ma logique m'en empêche, je sais que ça serait une mauvaise chose, que si je lui exprime ce dégoût ou cette déception, ça va me retomber dessus d'une façon ou d'une autre, et j'irai encore plus mal, ou alors je m'imagine parfois la peine que ça pourrait lui faire, et moi réalisant mon erreur et incapable de revenir en arrière.

Mais plus le temps passe, et plus c'est difficile. Vu mon isolement social, et ma faiblesse psychologique et mentale, j'ai beaucoup de difficultés à imaginer comment je vais pouvoir m'en sortir. J'ai l'impression d'être condamné, d'être coincé dans cette situation, je me sens comme prisonnier, c'est terriblement angoissant et ce qui alimente aussi sans doute cette colère que j'ai contre moi même et contre les gens autour de moi.

Voilà, ce texte va se terminer un peu de façon chaotique, je ne sais vraiment pas quoi dire, je me sens fatigué. Je m'en veux de venir me plaindre ici sur ce forum, de m'apitoyer sur mon sort, mais il fallait que ça sorte, je suis désolé que ça soit ici sur ce forum.

J'ajouterai aussi que j'espère que personne ne s'inquiète, si vous vous imaginez que je suis quelqu'un qui est sur le point de se suicider, rassurez-vous je ne pense pas que ça soit le cas, la mort me fait peur, je ne m'imagine pas me pendre ou essayer de m'asphyxier avec l'échappement de ma voiture, je n'en suis pas capable vraiment, rasssurez vous, par chance j'en ai pas le courage.

Défois je crains aussi être profondément malade, il y a ses étiquettes de "bipolaire" "maniaco depressif" etc qui flottent parfois au dessus de ma tête là, quand je vois tout ces mois qui défilent, voir ces années, et cette dépression qui dure encore et encore, qui s'atténue, qui revient... c'est un verritable enfer, peut etre que je suis juste malade et que il n'y a rien à y faire, j'en sais rien, ou alors que je devrais accepté d'être anesthésié à coup d'antidépresseurs ou d'antipsychotiques ou que sais-je encore.

Encore un week end enfermé , à ne rien faire, et lundi il faudra que je reprenne ma recherche de travail, me forçant à sourire et à paraitre joyeux, c'est épuisant, j'ai vraiment l'impression que c'est sans issue, comme si il y avait un déséquilibre trop important entre mes difficultés, morales, ou ma situation, et le peu d'espoir que je ressens si rarement.

Merci de m'avoir lu, a+ et bon courage à tout les gens qui sont tristes et qui ont des problèmes bien plus graves que les miens. Là je vous avoue que je suis envieux, je ne regarde que les gens qui vont biens, j'ai du mal à penser à tout les gens qui souffrent infiniment plus que moi en ce moment.
Publicité






MessagePosté le: Sam 7 Déc 2013 - 17:57    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Karma lhamo
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2009
Messages: 1 809
Localisation: Ajaccio

MessagePosté le: Sam 7 Déc 2013 - 19:28    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

Bonsoir ami.
je ne sais pas si tu frappes à la bonne porte. Ton message bien que triste et puis chargé en même temps de rancoeur et de déception ne laisse pas la lueur d'espoir poindre . Cette lueur d'espoir est contenu dans ce que rien n'est statique. Notre monde est uniquement fait de changements. je pense que tu dois méditer sur une image de ta propre énergie sous l'aspect de ce que elle est véritablement lumineuse, bonne, auspicieuse. . essaie de lui faire confiance inconditionnellement. Elle répondra .
Tu parles de méditation. Rien ne doit être forcée. Si elle ne t'apporte pas d'apaisement parce que ton esprit est encombré, cherches une prière répétitive qu'importe le message qu'elle contient, car elle s 'adresse à ton propre coeur.
Ne lâches rien. Retrousses tes manches.Tournes toi vers le devenir. C'est tout ce que je peux voir pour toi et ta jeunesse merveilleuse.
Dans un grand geste tu balances toutes les pensées négatives en poussant un stop bien fort, tonitruant. Les enseignements disent PhatVoilà . le fait d'avoir exposé tes états de conscience doit aussi écouter les conseils de sagesse.
Que tout soit auspicieux.
Deulma
________________________________________
Contempler le néant et le vide sans renoncer à la compassion.
Soûtra de la Liberté inconcevable
phap
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2010
Messages: 1 667
Localisation: Zurich

MessagePosté le: Sam 7 Déc 2013 - 21:07    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

Bien sûr cela fait du bien de pouvoir évacuer. J'espère que tu te sens un peu mieux. Bon courage avec les circonstances "extérieures" !

Om Mani Padmé Hung

phap
________________________________________
lalala...
Visiter le site web du posteur
member17
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 7 Déc 2013 - 23:01    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

merci beaucoup pour votre aide, vous avez su trouver les mots pour m'aider à prendre un peu de distance avec mon état et mon attitude.
Je vais même imprimer ces réponses et les relires lentement plusieurs fois.
je m'apitoie sur mon sort alors que des gens en ce moment souffrent de terribles maladies, il y a des gens qui ont des cancers , il y a même des gens qui ont des enfants qui ont un cancer, il y par exemple le téléthon aussi en ce moment, et moi je suis en train de m'appitoyer alors que j'ai la chance d'avoir une bonne santé physique actuellement, d'avoir un toit et le couvert, et beaucoup de confort matériel même.
Je vais essayer de prendre de la distance, de mettre à profit cette épreuve, après tout je crois me souvenir que dans le bouddhisme il est souvent enseigné qu'un ennemi ou une épreuve est aussi une chance quelquepart, car ce conflit c'est aussi une occasion d'évoluer si on trouve les clés pour s'en sortir.
Je vais essayer de m'exercer à me valoriser un peu, ou à accepter un peu, je ne sais pas comment dire ça, c'est comme si j'avais pris l'habitude de me dévaloriser ou d'etre triste, comme si c'était des repères aussi.
Enfin, merci encore, vous m'avez vraiment beaucoup aidé et je vais donc relire ces points de vue précieux, le point de vue de Karma lhamo par exemple, c'est vraiment un regard très intéressant, et je serai bien incapable d'avoir regardé la situation sous cet angle, merci.

karma sengué drayang
Animateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2009
Messages: 1 912
Localisation: Savoie (73)

MessagePosté le: Dim 8 Déc 2013 - 09:48    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

Bonjour Member17,

Pour ce qui est de la méditation, il est peut être possible que cette pratique ne te convienne pas telle que tu le fais. Il me semblerai très important que tu te tournes vers un maître digne de ce nom, afin d'avoir une progression qui soit en rapport avec ta propre évolution.
Tout le monde ne peut pratiquer la méditation de la même manière, au même rythme, avec la même méthode...
Il faudrait que cela soit adapté à ta personnalité et à ton vécu.
D'autre part, si je puis me permettre, il serait aussi important d'avoir un suivi médical avec un praticien dans lequel tu as confiance, puisque tu parles de dépression qui s'éternise. Il n'est pas honteux d'avoir une aide temporaire d'un point de vue médical.
Et tu verras, tout sera complémentaire pour t'aider.
Courage. La roue tourne...
Visiter le site web du posteur
Jelogisa
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2013
Messages: 76
Localisation: Rhône-Alpes, France

MessagePosté le: Dim 8 Déc 2013 - 11:27    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

Bonjour Member17 et bon courage à toi,

Je n'ai d'autre qualifications pour te conseiller que d'être un oeil extérieur et de donner un avis extérieur à ta situation, c'est juste une réaction, mais ça permet peut être d'ouvrir et de continuer la discussion?

Je vais commencer par redire ce qui est évident pour toi: ce que tu décris est une dépression qui entraîne une "spirale de l'échec": plus tu te sens mal et moins tu as confiance en toi, moins tu t'aimes, moins tu es à même de trouver des relations sociales qui te feront sortir de chez toi, de trouver des clients, de trouver un travail salarié, ... ou d'avancer sur un des aspects de ta vie que tu as envie de faire évoluer.

La solution est plus facile à dire qu'à faire : Il faudra briser la boucle négative qui fait qu'un échec entraîne le suivant. Se placer dans une nouvelle perspective qui te permettra d'obtenir une réussite puis une autre et puis une autre, et de restaurer ta confiance... Je sais, c'est plus facile à dire qu'à faire.

Je te recommanderai de consulter un docteur. Les psychotropes ne sont pas une solution durable, ça ne gère pas les bases du problème, mais ça peut être une aide temporaire pour passe un moment particulièrement dur. Il existe aussi des thérapies cognitives (qui d'ailleurs enseignent aussi la méditation de pleine conscience en tant que partie d'une thérapie pour lutter contre la dépression) et qui marchent bien mieux et de manière plus durable que les psychotropes. En plus la forme de méditation qu'ils enseignent est compatible avec la méditation bouddhique (la tradition bouddhique est plus profonde et sa vocation est spirituelle, mais les méditations enseignées sont de même nature).

Pour la méditation Shamata/Vipassana, ça n'est probablement pas le moment de débuter tout seul: la méditation t'aiderait probablement si tu étais déjà entraîné, mais on n'apprend pas à nager en pleine tempête. Le détachement (se détacher de ton ex par exemple), le lâcher-prise, ça se travaille, mais je crois qu'il ne faut pas commencer par un "gros morceau" dés le début, il faut l'apprendre d'abord sur des petites choses avant de pouvoir faire face à des choses très difficiles.

Au minimum, à mon avis, trouve toi un maître de méditation qualifié qui puisse t'aider (quitte à essayer d'apprendre à nager en pleine tempête, autant avoir un maître nageur avec toi). Tu peux rejoindre un groupe, une pagode, un monastère, un temple, même pour une simple séance de méditation collective de temps en temps, ça te permettra déjà de sortir de chez toi et de voir du monde, de discuter.

Mais de préférence à mon avis rapproche toi d'un médecin qui pourra t'aider, un médecin qui ne te bourrera pas de médicament pour se débarrasser des symptômes du problème vite fait mal fait...

D'un point de vue bouddhique, ce que je pourrais trouver pour t'encourager, c'est que tout passe, comme souligne Karma Lhamo. Tous les phénomènes conditionnés (comme ta dépression) qui dépendent d'une combinaison de causes, vont se transformer sans cesse sitôt qu'ils sont apparus, ils vont changer encore et encore et puis finalement disparaître. C'est dans leur nature même que de disparaître. Le tunnel te parait peut être infini vu de là où tu es, mais tu n'es peut être pas loin de sa sortie, ça te surprendra peut être lorsque tu vas soudain en sortir. Et toute la négativité que tu vis aujourd'hui sera derrière toi, tu auras l'impression que c'était un étranger qui vivait ces mauvais moments là et toi tu aura un nouveau point de vue sur une nouvelle situation. C'est la guérison, c'est ce que je te souhaite au plus vite.
member17
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 8 Déc 2013 - 12:17    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

Merci beaucoup, vos messages sont vraiment très précieux et me touchent beaucoup. Il y a des jours comme aujoud'hui où je ne me reconnais pas, je me sens vraiment effondré et en plus de ça je ne supporte plus cette colère que je ressens. C'est terriblement immature et stupide mais par exemple aujourd'hui je fais un effort immense pour ne pas céder à cette colère, j'ai qu'une envie c'est de dire à mon ex à quel point je lui en veux, à quel point parfois je trouve ça injuste, et à quel point j'aimerai même parfois qu'elle subisse tout le mal qu'elle m'a fait.
Je suis désolé de parler de ça ici, et puis, je sais que c'est profondément immature, voire même ridicule, mais voyez-vous j'étais en train de rédiger un message à son attention, plein de colère et de rancoeur, et j'ai eu la chance de lire vos messages maintenant, quasiment en même temps, alors ça m'aide à tenir, et à ne pas céder à cette colère, j'espère vraiment que je serai capable de ne pas la recontacter, ça va etre très dur, je ne sais pas si j'en serai capable.
Les médecins non ce n'est pas une bonne idée, j'y suis allé il y a 3 ou 4 mois, on m'a prescris un antidepresseur, et ça a provoqué chez moi des crises d'angoisses particulièrement intenses, c'était verritablement l'enfern quand j'y repense, je me souviens que je ne pouvais même plus rien faire, j'avais l'impression d'etre terrorisé, comme si cette sensation d'abandon ou de solitude avait été multiplié par 100, j'avais rarement ressenti une telle angoisse, c'était paralysant même, et j'ai vite compris que ça venait de ces molécules. Car en tant normal, même si il m'arrive d'etre profondément déprimé ou angoissé, ça ne me paralyse pas quand même...
Par contre oui je vais retourner voir une psychothérapeute qui m'avait beaucoup aidé, ça allait beaucoup mieux, c'est très cher mais tanpis, je vais lui demander un rendez-vous.
Merci infiniment pour vos messages et encore toutes mes excuses d'être venu ici comme ça demander de l'aide, mais il y a vraiment des moments où je m'imagine prendre ma voiture une nuit et aller essayer de m'asphyxier avec un tuyau et de l'isolant, ou parfois quand je suis en voiture et que je croise un camion, il y a parfois une fraction de seconde où je m'imagine donnner un coup de volant et le percuter, ça me terrifie d'avoir ce genre de pensée, j'arrive pas à croire que j'en suis arrivé là.
C'est vraiment très dur de briser cette spirale négative, quand je vois des gens je suis souvent éteind ou dans un espèce de brouillard je pens eque vous voyez ce que je veux dire, et naturellement je ne suis pas intéressant. Pour ma recherche d'emploi ou de missions en tant qu'autoentrepreneur je dois faire semblant de me sentir bien, etre souriant, faire croire que j'ai de la volonté, mais c'est un masque très fragile, il suffirait à chaque fois d'un rien pour qu'il tombe....
Bref, je vois que j'écris beaucoup encore une fois, je suis désolé. Je vous souhaite une bonne journée, et merci encore , je vais relire vos conseils.
Jean
Animateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 461
Localisation: Perpignan

MessagePosté le: Lun 9 Déc 2013 - 10:44    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

Il y a deux choses qui me semblent être la base de tout bien-être :

Savoir se relaxer et savoir respirer

Savoir se relaxer : Il y a de nombreuses méthodes ; Un bon bain chaud, un massage.

ensuite sachant ce qu'est l'état relaxé, on peut le retrouver par d'autres moyens.

Savoir respirer : respirer avec le ventre, respirer avec la cage thoracique. Si on est perturbé, cela se traduit tout de suite par une mauvaise respiration. l'esprit agit sur le corps, si on sait respirer, (respiration naturelle, respiration ample) inversement cela va calmer l'esprit.

Si une séance de respiration/relaxation dure 10 minutes c'est déjà 10 minutes hors du cycle de pensées et d'émotion déprimantes, c'est déjà ça de pris et cela recharge.

Avec le temps, on peut se relaxer, revenir à sa respiration n’importe où, n'importe quand.

Quand on commence une relaxation, on peut se dire "mes problèmes je les laisse tomber pendant le temps de la relaxation, je les reprendrai après la session, de toute façon ils seront là".

Le fait de se relaxer, respirer, méditer permettent d'avoir le recul, d'augmenter sa lucidité et peu à peu la solution aux problèmes sera trouvée.

Mais déjà 10 minutes de relaxation, cela donne un peu de répit et permet de souffler.

Bon courage
Karma lhamo
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2009
Messages: 1 809
Localisation: Ajaccio

MessagePosté le: Lun 9 Déc 2013 - 12:23    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

Te voilà examinant tes états d'humeurs ,et tu en veux à ton ex. Bien , alors sans colère n'essaie pas de ne pas le dire, mais de bien regarder en face la phrase que tu souffles en toi. Ce n'est pas elle qui la reçoit. C'est toi uniquement ,parce que ton esprit se focalise sur l'évènement qui semble avoir brisé tes capacités à resurgir.
Imagines un dauphin qui bondit hors de l'eau, cela change l'image, tu es d'accord?
Quelques séances de sophrologie pour te permettre d'évacuer tes rancoeurs, ce peut être une idée ,parmi les conseils sages des amis ici qui veulent t'aider.
Je vois que tu veux reprendre contact avec un psychothérapeute. Très bonne idée.
Reste simplement dans la présence réconfortante d' un ciel pur dégagé des nuages qui le voilaient.
Deulma

Om Mani Pémé Hum
________________________________________
Contempler le néant et le vide sans renoncer à la compassion.
Soûtra de la Liberté inconcevable
Jelogisa
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2013
Messages: 76
Localisation: Rhône-Alpes, France

MessagePosté le: Lun 9 Déc 2013 - 12:50    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

Rien d'immature de ta part là dedans... Nous avons tous vécu des crises de cet ordre (sauf les plus jeunes d'entre nous peut être qui ne savent peut-être pas encore ce qui les attend), mais ta crise est bien plus intense que la plupart, et plus violente que beaucoup.

Laisse absolument tomber les pensées suicidaires, ce sont des poisons (les gens qu'on a sauvé in-extremis du suicide regrettent invariablement leur geste après coup). Parle de tes idées à d'autres, ça peut te soulager. Tout change, souvent de manière soudaine et imprévue. L'état misérable dans lequel tu te sens va changer sans que tu vois venir l'amélioration par avance. Donc, surtout, fais toi entourer, reste avec d'autres (même si en apparence tu n'en vois pas l'intérêt pour toi en ce moment d'avoir de la compagnie), passe le cap difficile entouré d'autres gens, jusqu'à ce que tu ailles mieux et que tu aies une appréciation de la situation plus saine et plus claire. Le psychothérapeute saura sûrement mieux trouver les mots, si tu peux te le permettre, c'est sûrement une bonne idée...

L'attachement à une personne qui est partie, l'impermanence des relations qui se rompent soudainement... C'est bien ce dont parlait Bouddha: la souffrance de l'impermanence, du changement; et la douleur liée à l'attachement... L'amour possessif attache et l'attachement fait souffrir. Maintenant que tu t'es attaché, il s'agit de te détacher (mais c'est plus facile à dire qu'à faire, je sais bien).

Si je me réfère à 26 siècles de sagesse bouddhique (plutôt qu'à ma propre sagesse très incertaine), je dirais que si tu l'avais en face de toi, si tu lui criais dessus, ou même si tu lui mettais une gifle, ça ne ferait que renforcer ta colère, que donner du carburant à ton ressentiment pour brûler plus fort, transformer la colère en haine (la colère et la haine, c'est un autre poison mental, comme l'attachement). Pour toi même, pour ton propre bien, (même si tu ne peux pas forcément l'entendre en ce moment) il faudrait rendre la bienveillance en échange de la trahison. Le seul moyen d'éteindre la colère et l'agressivité c'est de retourner le bien en échange du mal, nous enseigne Bouddha. Ça t'aiderait même à te détacher.

On perdra tout un jour, même si chaque perte est un déchirement. Rien n'est permanent. Rien n'est "ton" "toi" ou "tien", rien n'est là pour toujours. Il faut se détacher, laisser partir, constater l'impermanence de cette relation, qui prélude de l'impermanence de tout le reste.

Dans un deuxième temps, si tu arrivais à observer ta souffrance de manière neutre, sans rien en faire, sans l'alimenter, sans te l'approprier, sans la rejeter non plus, sans te dire ni que tu as raison ni que tu as tort, juste comme un objet d'observation neutre, juste comme un sujet d'observation (comme un naturaliste observerait un papillon exotique), ça te donnerait un "espace de manoeuvre" par rapport à ta souffrance. Si tu arrives à évacuer le "je", à te dire "Tiens, il y a de la souffrance" (plutôt que "Je souffre"), tu verra que ta perception de la souffrance n'est pas de la souffrance, c'est juste une perception que tu observe (elle est désymbolisée en termes psychologiques). Peut être pourra tu finalement prendre suffisamment de distance par la méditation pour l'observer d'une certaine distance? Pour voir comment elle change sans cesse, comment elle va disparaître comme tous les phénomènes conditionnés finissent toujours par disparaître...

Pratiquer en groupe t'aiderait peut être aussi - au moins à te sentir moins seul. Ca te donnerait peut être un répit. Ca vaudrait probablement le coup d'essayer à mon avis...

Bon, je ne suis qu'un débutant. Toi aussi peut être n'est tu qu'un débutant, ça fait beaucoup à gérer pour des débutants. Je ne suis pas sûr que mes conseils valent grand chose en la circonstance. Mais en tous cas, bon courage. Les jours meilleurs viendront, et probablement beaucoup plus vite que tu ne l'imagines...
member17
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 9 Déc 2013 - 15:31    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

je reviens consulter ce post et c'est une grande et agréable surprise que de découvrir ces nouveaux messages, je lis vos conseils avec la plus grande attention, ça me donne du courage et ça m'apaise. Merci beaucoup pour l'aide que vous me donnez, ces derniers temps, depuis environ 1 mois, mon moral s'est dégradé très vite, je n'ai pas vu cet état venir, c'est comme une courbe exponentielle vous voyez... Et donc j'ai pas pu anticipé cette baisse de morale, je ne m'y étais pas préparé. Je pense que c'est surtout lié à ma recherche d'emploi actuelle, dans laquelle je ne perçois rien de positif, alors qu'il y en a quand même... Je sais que je fais pas suffisamment d'efforts, concrètement je dois faire entre 5 et 10 candidatures/semaine... au porte à porte, avec notamment un énorme manque de confiance en moi, qui s'inscrit donc dans cette spirale négative...
Alors pour briser un instant cette spirale négative, peut-être qu'en l'écrivant ça m'aidera, mais je me dis que dans la condition morale où je suis, je fais peut-être réellement le maximum, et j'avance quand même, même si ce n'est pas suffisant, je vais quand même un peu de l'avant, je n'ai pas abandonné. Mais sans doute il faudrait que je fasse des efforts supplémentaires, afin que cette énergie que je met en oeuvre pour avancer, pour reconstruire quelquechose puisse faire le poids face à toute l'énergie négative, cette spirale qui me tire vers le bas. Naturellement c'est plus facile à dire qu'à faire... ce qui me dérange beaucoup, pour donner un exemple concret, c'est de relancer par téléphone en étant souriant et dynamique alors que je joue complètement la comédie, les entreprises que je contacte ne m'intéressent pas ou très peu, c'est comme si je jouais au poker, comme si j'étais en train de bluffer en espérant que si on me donne une chance ça déclenche chez moi une envie de réussir... enfin je ne sais pas si je suis très clair...
Quoi qu'il en soit je vous remercie beaucoup, aujourd'hui, comme hier, et avant hier, j'ai eu des moments où mon tristesse et mon désespoir atteignent une telle intensité que j'ai l'impression que ça me dépasse, je perd le contrôle, je cède, et je m'arrête, il ne reste que de la tristesse, et une très grande inquiétude quand à mon avenir. Et ce ne sont pas des émotions qui se dissipent rapidement, c'est un état qui peut durer facilement 2 heures par exemple, et qui provoque aussi une grande confusion, et même beaucoup de colère, c'est très difficile de prendre de la distance face à l'intensité de ses émotions, c'est comme un poids qui augmente très vite, et qui me dépasse à un moment, j'aimerai bien garder le contrôle mais je cède. Et consécutivement à ça je fais beaucoup de mal autour de moi aussi, notamment à mes parent chez qui je vis, j'ai vraiment honte d'en faire le constat à chaque fois, mais je suis capable de leur dire qu'ils me déçoivent parce que j'ai l'impression qu'ils ne m'aident pas, vous savez comme si je revivais une crise d'adolescence, c'est vraiment honteux d'en arriver là à 31 ans. Donc j'entraîne avec moi mes pauvres parents dans cette spirale, mon père est très déprimé, et ma mère m'inquiète beaucoup aussi, elle est capable de rester couchée des journées entière dans son lit, anesthésiée à coup de lexomils, où elle peut prendre la voiture et disparaitre comme ça pendant des heures, après avoir dit qu'elle voudrait mourir, qu'elle est nulle, qu'elle ne sert à rien... je les épuise et je dois les consoler après. Comme j'ai peu de possibilité de m'exprimer il y a énormément de choses négatives que je projète sur eux, et ça me culpabilise beaucoup, donc ça m'entraine encore d'une autre façon dans cette spirale négative...
J'ai donc demandé un nouveau rendez-vous ce matin avec une psychothérapeute qui m'avait apporté une aide exceptionnelle il y a quelques années. Je suis souvent très angoissé par cette impression de ne pas savoir par où commencer, je cherche un emploi un peu au hasard, je n'ai aucun accompagnement, j'ai une formation très spéciale où il y a très rarement une demande donc j'envisage de recommencer une nouvelle formation, sans avoir la moindre idée des secteurs porteurs compatibles avec mes compétences, sans la moindre idée des formations disponibles... ce qui me fait peur c'est m'imaginer supporter cet état pendant encore des mois, j'ai l'impression que tout va changer très lentement, et que je ne commencerai pas avoir d'issue avant longtemps, alors j'espère que je me trompe et que je suis dans une illusion, que j'ai comme un filtre très noir devant moi en ce moment et dont je n'ai pas conscience...
Merci beaucoup pour vos messages, je suis encore désolé d'écrire autant, c'est un exercice qui me fait du bien aussi je pense, écrire et essayer de cerner un peu ce qu'il se passe ça apaise aussi cette sorte d'agitation émotionnelle, je pense que c'est une bonne chose, et je pourrais me servir de vos conseils et ce que j'ai exprimé, pour mes prochaines séances de psychothérapie.
Merci encore
Ortho
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2012
Messages: 212
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer 11 Déc 2013 - 17:43    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

Bonjour, la situation est complexe.
Le fait que ta compagne soit partie, dévalorise ton image (inconsciemment), comme un peu si tu n'avais pas été capable de la retenir, de la rendre heureuse, etc...Il n'y a pas d'enfant, ce me semble entre vous.
Donc, c'est un soucis de moins.

Je te conseillerai de t'inscrire dans un club de village ou dans les villes, où tu puisses rencontrer des gens ( n'importe lequel, si tu rencontre une femme, n'hésites pas à aller vers elle, cela te revalorisera).
L'échec, est permis dans la vie.Nul n'est parfait, cela , je n'ai jamais vu;même les gens qui ont l'air d'avoir "réussi" ont des problèmes.
La souffrance est inhérente à ce monde (Samsâra), et a toujours existé!

Pour ton job, fais-le point, ne fais pas semblant, tu dois te remettre en question, et éviter de donner le "change".

Faire une autre formation, oui, bien sûr, si ton métier ne marche pas ou plus, il ne faut pas hésiter.
Je sais qu'à Emploi service, c'est catastrophique , souvent, mais essaies d'avoir un entretien avec un conseiller en formation.
31 ans, c'est jeune, encore, n'attends pas.
Es-tu manuel ou intellectuel?
Sinon, vois pour passer des concours dans le domaine qui t'intéresse.Il faut en passer plusieurs et se préparer avant (Maths, Français, etc...).
Laisse ta mère gérer ses problèmes, tu ne semble pas en état de l'aider.
Chacun a un "Karma".
Le fait que ta femme soit partie, et le sentiment que tu ressens, c'est aussi peut-être quelque chose que ,dans une vie passée, tu as faite, et maintenant, ce que tu vis, te permettra de savoir, à l'avenir, ce qu'est la fidélité dans un couple.

Aller voir un thérapeute, oui, cela peut aider à ouvrir les vannes du cerveau, qui est sur-booké (over booked) et à le soulager.

Cela peut et cela changera;comme on dit les amis, tout est impermanent, la douleur aussi.

Tu ne dis pas, dans quelle région tu es, quelle méditation tu cherches.
Le Zen Soto est intéressant, si tu as la force de t'observer.

Revenir sans cesse est nécessaire, car le cerveau (mental) est comme un singe prêt à sauter de branche en branche, pour aller chercher un nouveau fruit (idée, ou pensée).

N' en veux pas à tes parents; les conditions actuelles sont très difficiles pour le travail, le logement, etc...

Remercie-les mentalement (sans leur dire) de l'aide qu'ils t'apportent ainsi.

Pries-tu?

Tu as internet, je te conseille un site du Bouddhisme Tibétain:

http://www.chokhorling.com/

La Vénérable ( Vénérable Davina Gelek Drölkar)
qui est à la source de cela était une grande vedette de la télé.
Puis un jour, tout a basculé dans sa vie:

"Déjà, quand elle était jeune(17 ans), son père s'était suicidé devant ses yeux, en se défenestrant.
Puis, après des galères, c'est son fils unique qui est mort..."on peut faire mieux, mais c'est difficile je pense, pour une femme de perdre son père et son fils...

Elle a écrit un bouquin TRES intéressant (en occase, sur Paris, chez "Gibert" ou 20 euros , neuf).
"le bonheur selon Bouddha" Davina DELOR.Editions Michel LAFON).

Reste à te secouer et à avancer.
Je suis passé par là, il y a des années; et tout dans mon "nouveau couple" (de 24 ans maintenant), me ramène des relents de ce passé à nouveau.C'est cela le karma: 'remettre sur le métier, son ouvrage'.
Bonne recherche! Rolling Eyes
Ortho.
nanou38
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2013
Messages: 25
Localisation: Entraigues

MessagePosté le: Dim 15 Déc 2013 - 22:29    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

Bonjour,
je suis nouvelle et j'espère ne pas empirer ta situation par ma réponse!
J'ai l'impression que quelque part il te manque un déclic pour sortir du gouffre! Ou plusieurs!
Je ne penses pas pouvoir t'aider, mais je te motive à chercher les réponses à toutes tes questions!
Car si tu ne cherches pas tu ne peux pas trouver! Comprends tu? Aujourd'hui ton mal être te pousse à changer et si tu t'appliques te permettra de mieux te connaître! Si la réponse ne tombe pas alors cherches encore, peut être que tu trouveras, sinon... Tu auras vécu pleinement!

Voici quelques-unes des clés qui m'ont aidé dans ta situation, trouves les tiennes!
1 N'aies pas peur du changement, pratiques par exemple la compassion ou la méditation et les changements viendront d'eux même! Ne les refuse pas, même si c'est bizarre!
2 Tes problèmes te paraissent gros et c'est bien normal avec ton propre vécu! Quelqu’un qui n'a jamais connu la faim aura beaucoup de mal à accepter une famine!
3 En occident, on pense que la mort ou la fin d'une histoire amoureuse est une tragédie, dans beaucoup d'autres cultures ce n'est qu'un passage vers autre chose et même parfois une fête!
Le fait que tu faces cas de la fin d'une chose ne lui donnera pas plus d'importance! Laisses filer et passes à autre chose!

Courage! Very Happy Tu n'aies pas seul! Ne fais pas de bêtises, ça se répercuterai sur beaucoup! Peut être que dans le futur quelqu'un t'attend et a besoin de ton aide!
________________________________________
;-)
nanou38
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2013
Messages: 25
Localisation: Entraigues

MessagePosté le: Lun 16 Déc 2013 - 12:01    Sujet du message: Du désespoir Répondre en citant

Si tu pouvais tout changer aujourd'hui quelle serait la vie qui te rendrait heureux?
Tu peux tout imaginer, dis nous stp?
________________________________________
;-)
Nichiren
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 17 Fév 2014 - 15:58    Sujet du message: oui Répondre en citant

Bonjour cher ami et collègue,

Voici ma réponse pour passer du désespoir à l'Espoir ... enchanté... en "chanting" :
surtout que je suis dans une situation similaire ... mon ex est partie depuis 2005 ...
et je suis en plein deuil de mes parents ... mon père est parti en août 2012 et ma mère l'a rejoint 6 mois après en mars 2013.

Voici donc mon remède (et comme toi je refuse les médicaments) et je me saoule avec des mots "jetés comme un S.O.S." dans le ciel de youtube :

http://youtu.be/IJON0Sl28Kw

Bonne écoute et bien à toi
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:57    Sujet du message: Du désespoir

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> -> Introduction Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com