Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
Solution contre l'engourdissement et la torpeur ?

 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Phusis
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2010
Messages: 195

MessagePosté le: Dim 8 Déc 2013 - 15:49    Sujet du message: Solution contre l'engourdissement et la torpeur ? Répondre en citant

Bonjour, j'essaie de me faire une palette de solution contre l'engourdissement mental et la torpeur en méditation.

Voici quelques outils :

-Renforcer son attention
-précieuse vie humaine / mort / règnes inférieures
-La lettre PEH que l'on imagine partir du centre de notre coeur et qui va a toute vitesse se dissoudre dans l'espace loin au dessus de notre tête accompagné du son PEH.
-Regarder une lumière vive.
-activités physiques (yoga / chi qonq...)


Est-il possible d'utiliser sur soi-même l'instrument qui est employé par les moines zen (coup de baton) ?

Je suis à l'écoute de vos idées.

Phusis
Publicité






MessagePosté le: Dim 8 Déc 2013 - 15:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Jean
Animateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 461
Localisation: Perpignan

MessagePosté le: Lun 9 Déc 2013 - 10:24    Sujet du message: Solution contre l'engourdissement et la torpeur ? Répondre en citant

Tous les moyens que tu donnes pour éviter l'engourdissement peuvent fonctionner.

Il y a un lien entre calme et engourdissement. C'est une vieille habitude, car on a pris l'habitude de trouver le calme et ensuite de s'endormir. C'est des circuits de neurones qui sont utilisées avant même d'être né.

Il s'agit de renforcer le circuit de neurones calme et pleine conscience. C'est un apprentissage.

Un bon truc pour éviter l'engourdissement est quand on arrive au calme de gouter au calme, de respirer le calme en étant conscient de ce calme, d'etre conscient de ce calme qui envahi le corps, le coeur, l'esprit et de s'en nourrir.

Si on pense à s'en nourrir à y gouter, y prendre plaisir à y gouter, la conscience reste vive et alerte car le plaisir rend la conscience alerte.

Si on est calme, on peut observer à ce moment l'esprit. Celui ci étant calme, on peut prendre conscience de son silence. La prise de conscience du silence accroit encore plus la vivacité de l'esprit et la maintient. Il y a aussi le plaisir un esprit silencieux.

Il y a aussi la possibilité de faire de plus courtes méditations et plus nombreuses. Dés que l'on sent que l'on sombre dans la torpeur et qu'on arrive plus à l’empêcher par différents moyens on arrête la méditation.

Tu parles de Zazen. C'est possible de faire 10 minutes de Zazen, 5 ou dix minutes de Ki hin, et 5 ou 10 minutes de zazen. On a fait déjà au minimum 20 minutes de méditation.!
transparence
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 9 Déc 2013 - 20:41    Sujet du message: Quelles solutions pour quels problemes? Répondre en citant

Les 84 vers de Śrī Virūpa, [DG n° 2283]
(nouvelle version)

En langue indienne : Śrī-virūpa-pada-caturaśīti
En tibétain : dpal bi rU pa'i tshigs rkang brgyad cu rtsa bzhi pa

Hommage aux guides.
Je m’incline continuellement, jour et nuit, aux pieds du Guide suprême.

Cette œuvre m'est venue spontanément.

Après que ceux destinés à vieillir et mourir aient reçu les instructions,
Ils stabilisent leur pensée en un point
Mais ce qui est à méditer n'a ni méditation, ni maṇḍala, ni mudrā.
Ce n'est pas méditant de la sorte qu'ils se purifieront.

Ni en s’imposant des techniques visionnaires, en accomplissant des actes rituels
Ni en fermant les portes [psychosensorielles].
Ce n'est pas par ces [méthodes] qu'ils connaîtront la voie naturelle.
Ceux qui pratiquent le prāṇāyāma
Et jurent par la rétention du souffle (S. kumbhaka T. bum pa can)
Manipulent certainement le Soi.
Ceux qui - dans le maṇḍala au nombril -
S’efforcent à faire flamber la Caṇḍalī (T. gtum mo)
Verrouillent leurs dix portes par des verroux de fer.
Ce n'est pas en méditant un lotus blanc [à mille pétales][1] au sommet de leur tête
Que ces niais (S. mūḍha T. rmongs pa) retrouveront la délivrance originelle (S. adhimokṣa).
Ils méditent la langue collée au palais [en lorgnant] le bout du nez
Et en bloquant le haut et le bas, ils plantent l'arbre [vital] (T. srog shing S. Iṣikā).
Ils font briller la Lumière au fond de leur gorge (T. mgrin pa S. kaṇṭha)
En visualisent continuellement la lune au front.
Ils fixent ainsi l'apex, sans quitter le bout du nez.
D'autres lorgnent plutôt le lotus et le vajra en bas.
Encore d'autres s'attachent une "couronne"[2] et la dressent.
Il y en a qui développent les quatre demeures de Brahma (S. brāhma-vihāra).
Il y en a qui regardent les choses, après les avoir vidés de leurs voiles inhérents.
Certains visualisent des maṇḍala de la taille d'un grain de sésame.
D'autres des corps de bouddha dans le ciel devant eux.
Tous agissent comme des bêtes de somme (T. byol song S. paśu) tout en prétendant connaître le soi et les phénomènes.
Mais toutes ces [actions] laissent leur existence stérile.
Ils s'épuisent dans des actes intellectuels tout en continuant d'agir mal.
Ce n'est pas ainsi qu'ils repéreront la cachette (T. mtshang) de la Nature.
[132:2:1] Celle-ci ne se trouve ni dans l'espace, ni sous la terre
Ni sur la terre, ni dans les mondes de Brahma (S. brāhmaloka).
Ne t’en remets pas à un petit (T. dman pa) guru.
Ce n'est pas ainsi que tu te débarrasseras du mal.
En passant d'un discours à un autre
On arrive à une vacuité altruiste fabriquée de toute pièce.
Ce n'est pas ainsi que l'on connaîtra les métamorphoses de l'existence.
Mais en restant dans "l'accès à la vacuité altruiste".
Plus besoin alors de poser des questions au sujet de la glorieuse plénitude universelle" (T. dpal ldan bde chen).

Certains fixent le Seigneur (S. īśvara) et son épouse Umā[3]
Et se ligotent eux-mêmes avec le lasso du devenir (T. srid pa'i 'ching).
D'autres ingèrent du sperme, du sang et diverses substances
Et se font cuire (T. 'khol) jusqu'à avoir l'apparence d'un corbeau (S. kāka) ou d'un garuḍa.
Il y en a qui cultivent les trois Instants (T. skad cig S. kṣaṇa) aux trois Emplacements.
D'autres maintiennent une roue de lotus au coeur.
Encore d'autres égrènent des mālā en comptant les Hūṃ et les Phaṭ.
Ce n'est pas ainsi que ces bêtes de somme couperont le courant (T. rgyun).
Toutes les nombreuses consécrations (S. abhiṣeka) qui ont été enseignées
Et que les disciples reçoivent si facilement de leurs maîtres
Sont écrites puis recopiées et expliquées à leurs disciples à eux.
Mais ceux-ci ne verront même pas la moindre parcelle de la consécration (S. abhiṣeka)
D'autres cherchent plutôt la pierre philosophale
Et ne font que ruiner leurs familles.
Même à travers les divinités on s'attelle (T. sbyar) à la misère.
Et pourtant les arbres et la végétation qui poussent dans les forêts,
Ainsi que les feuillages et les fleurs n'ont reçu aucune instruction sur le bonheur.
Aucune des méditations mondaines que l'on fait à des moments propices
Ne conduit à la délivrance suprême (S. paramokṣa).

A quoi cela sert-il d'en dire trop à ce sujet ?
Tout ce qu'on puisse en dire est faux.
Écoute plutôt les Adeptes de la transmission sur le procès fondamental lumineux.
Celui qui trouve la délivrance et le dénouement dans la Lumière
Laisse la pensée se déployer et vaquer, tel un aliéné.
Accède [à la fois] à la production, la subsistance et la destruction [des choses].
Délaisse tous les colliers (S. harṣa) et mudrā.
Et tu verras le Seigneur (S. nātha) tel qu'il est.

Les gens du monde s'appuient sur les discours
Mais ce n'est pas ainsi que la saveur de celui qui est sans discours pénètre leur cœur.
Écoute les Adeptes de la transmission, [132:2] ils vous instruiront.
En laissant derrière soi le triple univers, on trouve le glorieux véhicule universaliste.
Le Seigneur primordial (adhinātha) connaît ni acte positif ni négatif.
Il est présent en tout, plénitude universelle (S.mahāsukha) et vacuité
En enlevant l'agent (T. byed pa), on est soi-même Avalokita.
Sans cesser, ni sans aller ailleurs
Je suis l'authentique Seigneur suprême (S. parameśvara).
Si l'absorption (S. samādhi) est produite à travers une méditation
Le Seigneur primordial (S. adhinātha) ne sera pas vu.
Car une telle pensée ne peut pas pénétrer le cœur.
Étant dépourvue de [réalité] physique, verbale et psychique
Le héros (S. vīra) sans souillure s'évanouit dans l'éther.

Virūpa a composé [cette oeuvre] pour le bien des êtres.
Mais le bien souverain doit être appris auprès d'un Adepte de la transmission.

C'étaient les 84 vers composés par Mahāyogeśvara Śrī Virūpa.
Ils ont été reçus et traduits par Mahāyogeśvara Śrī Vairocanavajra, qui est né à Kosāla au Sud [de l'Inde].
pack
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2010
Messages: 459

MessagePosté le: Mar 10 Déc 2013 - 07:28    Sujet du message: Solution contre l'engourdissement et la torpeur ? Répondre en citant

Pour l'auteur de la traduction et en reconnaissance de l'effort qu'il fait à nous faire partager cette richesse, il est toujours préférable de citer l'origine et la provenance du texte :

http://hridayartha.blogspot.com/2013/12/virupa-deux-mots-vous-dire-84-en-fa…


En fait on voit là le remède définitif aux "problèmes" de torpeur, agitation et autres. Laughing
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:07    Sujet du message: Solution contre l'engourdissement et la torpeur ?

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com