Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
La lumière des NDE

 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Débutants
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nuage
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 5 Mar 2014 - 22:42    Sujet du message: La lumière des NDE Répondre en citant

Bonjour à tous

C'est ma première question sur le forum, j'ai décidé de me lancer Mr. Green

Après avoir fait quelques recherches sur le forum, j'ai constaté que les réponses apportées au sujet ne répondaient pas vraiment à ma question. Voici donc précisément mon interrogation, en espérant pouvoir explorer le point de vue bouddhiste sur la question.

Vous êtes évidemment au courant de que ce qui est rapporté de la part des personnes qui reviennent d'une expérience de mort imminente. J'ai beaucoup lu sur le sujet et c'est justement ce sujet, entremêlé à certaines informations basiques sur la physique quantique (attention, je ne suis pas une érudite Wink ) qui m'a tout simplement portée à m'interroger sur le bouddhisme.

Bachelière en théologie catholique, mais depuis toujours au prise avec le doute et les remises en question, mes croyances (ou du moins, mes postulats) ont été chamboulés par ce contact avec les témoignages relatifs aux NDE. Il me semble qu'il y a plusieurs années que j'ai commencé une longue mue, délaissant une peau qui ne convient plus, pour en construire une nouvelle qui convient à ce qu'il y a à l'intérieur. J'en suis là. À chaque fois que je lis sur les enseignements de base du bouddhisme, je sens comme si tout prenait sa place, comme si j'entrais un cube dans un cube : je reconnais jusqu'ici ce que je porte en moi, ma vision du monde, et surtout, le gros bon sens.

Seulement, je sais et c'est même ici spécifié en post-it, que le bouddhisme est athée, dans le sens où il n'y a pas de Dieu personnel ni créateur. Cela va jusqu'à maintenant. Mais...

Mais quelle est cette lumière d'Amour et de Vie que rapportent les témoins des NDE ?
Cette lumière interagie avec eux, leur parle (probablement parle à leur conscience, s'il n'y a pas d'âme);
Elle a été rapportée comme ayant une conscience propre, d'après ce que j'ai pu lire ;
A-t-elle un lien avec Adi Bouddha ? Ou avec Amida Bouddha ?

Je vous remercie sincèrement de votre éclairage,
Nuage
Publicité






MessagePosté le: Mer 5 Mar 2014 - 22:42    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 220

MessagePosté le: Jeu 6 Mar 2014 - 10:16    Sujet du message: Re: La lumière des NDE Répondre en citant

Nuage a écrit:
...

Seulement, je sais et c'est même ici spécifié en post-it, que le bouddhisme est athée, dans le sens où il n'y a pas de Dieu personnel ni créateur. Cela va jusqu'à maintenant. Mais...

Mais quelle est cette lumière d'Amour et de Vie que rapportent les témoins des NDE ?
Cette lumière interagie avec eux, leur parle (probablement parle à leur conscience, s'il n'y a pas d'âme);
Elle a été rapportée comme ayant une conscience propre, d'après ce que j'ai pu lire ;
A-t-elle un lien avec Adi Bouddha ? Ou avec Amida Bouddha ?

Je vous remercie sincèrement de votre éclairage,
Nuage


Lorsqu'on pose ces questions concernant le dharma du Bouddha, il est important de les considérer dans le cadre des deux vérités, relative et absolue. En effet, dans l'absolu, l'état parfaitement éveillé, il n'est pas de concepts (bien que parfaitement éveillé) et l'esprit discursif (sems en tibétain) n'est d'aucune utilité pour répondre à ces questions. Contrairement au catholicisme (et autres croyances), il n'est pas d'âme dans le dharma et donc rien de construit, permanent qui détiendrait une vérité et offrirait donc une réponse.
Ceci dit,
L'être, cette pensée discursive qui nous définit mais qui en même temps nous fait vivre dans le monde de l'ignorance (samsara) naît de la non reconnaissance de soi dans tous les phénomènes (extérieurs et intérieurs). Seul l'esprit (sems) fait la différence entre soi et les autres (le monde dit extérieur). AInsi cette "lumière intérieure" n'est pas autre que l'essence de notre véritable nature, lumineuse. La lumière intérieure unie à la vacuité. On ne peut donc parler de cette lumière comme indépendante de notre vraie nature, elle est notre véritable nature (unie à la vacuité), et non pas une conscience propre, individuelle. Rien, même pas cette lumière intérieure, n'a d'existence intrinsèque. Ainsi si il semble que cette lumière "parle" à notre "conscience", ce n'est qu'un effet de notre ego (sems) qui encore une fois cherche à survivre. C'est l'effet de notre ignorance.

Sönam
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 220

MessagePosté le: Jeu 6 Mar 2014 - 11:44    Sujet du message: La lumière des NDE Répondre en citant

Pour mieux comprendre ...

Samsara et nirvana sont issus de la base. Ce sont les apparitions de la base, que l'on reconnaisse ou non sa véritable nature.
La base est la pureté primordiale, dépourvue d'expressions et de concepts. Elle possède la triple nature d'essence primordiale (Ngo-Bo), de nature spontanément accomplie (Rang bZhin) et de compassion omniprésente (l'énergie) (Thugs-rJe). Si, lorsque les apparitions de la base, ne sont pas reconnues comme des auto-apparitions lorsqu'elles surgissent, on n'est associé à (trois) non-illuminations (Ma-Rig-Pa). On se retrouvera piégé dans des différences entre samsara et nirvana. Si, lorsqu’elles apparaissent, on les réalise comme étant auto-apparitions, aucune préoccupation ne verra le jour et les apparitions se dissoudront dans la pureté primordiale. C’est la réalisation de la bouddhéité primordiale. Les « apparitions de la base » sont la base de la libération si on les réalise comme auto-apparitions. Elles sont la base de l’illusion si on les perçoit autrement.


Si une telle vue, et ses compléments, sont difficiles à appréhender, il est sage de se rapprocher d'un ami fidèle (enseignant/maître) qui nous aidera à progresser sur la voie jusqu'à ce que le tout devienne clair.
Avant que l'on ne réalise sa vraie nature, toutes les questions posées et toutes les réponses obtenues ne seront que provisoires, temporaires et ainsi imparfaites. De ce fait elles ne pourront nous satisfaire parfaitement.
Lorsqu'on vient de pratiques religieuses telles que le catholicisme (et autres croyances en un Dieu qui est à l'origine de tout, qui "assume" pour nous), il est difficile de rentrer dans un processus de compréhension complètement autonome, sans références externes et en essayant de mettre des "impressions" dans les boîtes toutes préparées des concepts. Il est difficile de faire rentre un rectangle dans un cercle, lorsqu'on les considère de même taille. A cela une seule solution, l'apprentissage et la pratique accompagnés par un "ami fidèle".

Sönam
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
phap
Membre Fondateur

En ligne

Inscrit le: 16 Déc 2010
Messages: 1 667
Localisation: Zurich

MessagePosté le: Jeu 6 Mar 2014 - 14:36    Sujet du message: La lumière des NDE Répondre en citant

Citation:
Lorsqu'on vient de pratiques religieuses telles que le catholicisme (et autres croyances en un Dieu qui est à l'origine de tout, qui "assume" pour nous), il est difficile de rentrer dans un processus de compréhension complètement autonome, sans références externes et en essayant de mettre des "impressions" dans les boîtes toutes préparées des concepts. Il est difficile de faire rentre un rectangle dans un cercle, lorsqu'on les considère de même taille.


Je dirais plutôt que quasiment toute notre culture occidentale est basée là-dessus (pas seulement les croyants en un Dieu tout-puissant, mais la plupart des scientifiques et des personnes), sur l'objectivation, «l'extérieur», toute notre façon de penser et d'appréhender les phénomènes est complètement enlisée.

Heureusement, il existe comme tu le précises des issues de secours.

Sinon il y a ce livre (un peu cher aujourd'hui) : http://www.amazon.fr/Dormir-r%C3%AAver-mourir-conscience-dala%C3%AF-lama/dp/2841110990/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1394108912&sr=8-1&keywords=r%C3%AAver+mourir ou en anglais: http://www.amazon.fr/Sleeping-Dreaming-Dying-Exploration-Consciousness/dp/0861711238/ref=sr_1_5?ie=UTF8&qid=1394109053&sr=8-5&keywords=varela
________________________________________
lalala...
Visiter le site web du posteur
Nuage
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 6 Mar 2014 - 16:22    Sujet du message: La lumière des NDE Répondre en citant

Sönam a écrit:
L'être, naît de la non reconnaissance de soi dans tous les phénomènes (extérieurs et intérieurs) [/url]

Est-ce que c’est cela, la découverte de notre vraie nature, but ultime du Dharma ?
Sönam a écrit:
Ainsi cette "lumière intérieure" n'est pas autre que l'essence de notre véritable nature, lumineuse. On ne peut donc parler de cette lumière comme indépendante de notre vraie nature, elle est notre véritable nature (unie à la vacuité), et non pas une conscience propre, individuelle. Ainsi si il semble que cette lumière "parle" à notre "conscience", ce n'est qu'un effet de notre ego qui encore une fois cherche à survivre. C'est l'effet de notre ignorance.

Comme si nous nous parlions dans un miroir…

Sönam a écrit:
Ainsi, si il semble que cette lumière "parle" à notre "conscience", ce n'est qu'un effet de notre ego qui encore une fois cherche à survivre. C'est l'effet de notre ignorance.

Donc, si je comprends bien, l’ignorance serait de considérer ce que voit l’esprit après la mort comme des apparitions ayant une existence propre, ou encore que l’esprit appréhende la base selon des concepts. La libération est donc l’abandon de ces concepts et le savoir que la base est indéfinissable et échappe à toute notion de concept… c’est ça ?

Sönam a écrit:
Avant que l'on ne réalise sa vraie nature, toutes les questions posées et toutes les réponses obtenues ne seront que provisoires, temporaires et ainsi imparfaites.

Oui, en même temps, ce sont aussi des concepts… et avant l’Éveil, nous ne sommes pas encore libres de ces concepts.

Sönam a écrit:
Lorsqu'on vient de pratiques religieuses telles que le catholicisme (et autres croyances en un Dieu qui est à l'origine de tout, qui "assume" pour nous)

Ma façon d’appréhender la notion d’un Dieu était différente : Dieu peut avoir déclanché le Big Bang, mais le reste suit son cours d’après le système de l’évolution et de la sélection naturelle. À partir de là, je pense rejoindre naturellement la compréhension du « cause à effet ».
Ensuite, je pensais à un Dieu sous forme de conscience universelle, de Tout, Vie source de vie, et Amour source d’Amour, sans la perspective d’un Dieu personnel intervenant dans le cours de la vie des gens, autrement que pour nous aider à diriger notre conscience vers Lui. J’avais d’abord pensé que Amida Bouddha pouvait exprimer cette conception. Ensuite, j’ai pensé que Adi Bouddha reflétait mieux cette conscience universelle, ce Tout.
Mais d’après ce que je comprends, ces Bouddhas sont des images, des personnifications de l’Éveil, sous différents angles… c’est bien ça ?
Sönam a écrit:
Il est difficile de rentrer dans un processus de compréhension complètement autonome, sans références externes et en essayant de mettre des "impressions" dans les boîtes toutes préparées des concepts.

C’est bien vrai. Et ce que dit aussi Phap est tout aussi vrai. En même temps, n’est-ce pas humain ? Ce que vous appelez vacuité, est-ce que c’est la capacité de l’esprit d’appréhender l’univers sans avoir besoin de recourir aux concepts ?
Merci Phap pour le lien Wink
Ortho
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2012
Messages: 212
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu 6 Mar 2014 - 17:14    Sujet du message: La lumière des NDE Répondre en citant

Il y a une petite série de 3 films sur "You Tube" consacrée, en Français (avec un fort accent Canadien), au Bardo (thodöl), le livre Tibétain des morts ou de "l'entre-deux".C'est très beau (images) et très intéressant.*
Pour ma part, de mes petites expériences, je crois que les décédés voient leurs images, celles contenues dans leur être subtil, appelé peut-être inconscient par certains (CG JUNG).Un peu comme nous voyons dans nos rêves ce que nous portons en nous-mêmes. Rolling Eyes
* J'écris depuis mon travail, vite fait et ne peux avoir accès à You Tube, donc, pas de référence pour le moment.
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 220

MessagePosté le: Jeu 6 Mar 2014 - 19:08    Sujet du message: La lumière des NDE Répondre en citant

Nuage a écrit:
Sönam a écrit:
L'être, naît de la non reconnaissance de soi dans tous les phénomènes (extérieurs et intérieurs) [/url]

Est-ce que c’est cela, la découverte de notre vraie nature, but ultime du Dharma ?


Non, ce n'est qu'une étape, importante il est vrai. La découverte de notre vraie nature néanmoins est un aperçu de la bouddhéité. Le but ultime du dharma c'est la libération définitive, la cessation de la souffrance ... pour tous les êtres.

Citation:

Sönam a écrit:
Ainsi cette "lumière intérieure" n'est pas autre que l'essence de notre véritable nature, lumineuse. On ne peut donc parler de cette lumière comme indépendante de notre vraie nature, elle est notre véritable nature (unie à la vacuité), et non pas une conscience propre, individuelle. Ainsi si il semble que cette lumière "parle" à notre "conscience", ce n'est qu'un effet de notre ego qui encore une fois cherche à survivre. C'est l'effet de notre ignorance.

Comme si nous nous parlions dans un miroir…


Le miroir est une image de notre vraie nature. Comme le miroir, cette nature véritable reflète tous les phénomènes sans les créer ni les modifier ni intervenir sous quelque forme que ce soit.

Citation:


Sönam a écrit:
Ainsi, si il semble que cette lumière "parle" à notre "conscience", ce n'est qu'un effet de notre ego qui encore une fois cherche à survivre. C'est l'effet de notre ignorance.

Donc, si je comprends bien, l’ignorance serait de considérer ce que voit l’esprit après la mort comme des apparitions ayant une existence propre, ou encore que l’esprit appréhende la base selon des concepts. La libération est donc l’abandon de ces concepts et le savoir que la base est indéfinissable et échappe à toute notion de concept… c’est ça ?


C'est un peu cela, mais cela ne correspond pas uniquement à l'état après la mort, le bardo après la mort (physique), mais aussi le bardo de la vie entre la naissance et la mort, ainsi que le bardo du rêve. Tous ne reflètent que l'illusion.

Citation:

Sönam a écrit:
Avant que l'on ne réalise sa vraie nature, toutes les questions posées et toutes les réponses obtenues ne seront que provisoires, temporaires et ainsi imparfaites.

Oui, en même temps, ce sont aussi des concepts… et avant l’Éveil, nous ne sommes pas encore libres de ces concepts.


C'est juste, mais ainsi il n'est pas très utile d'essayer d'obtenir des réponses absolues. Le seul intérêt des questionnements dans ce cas est d'aider à la réalisation, à la dissolution des tous ces concepts.

Citation:


Sönam a écrit:
Lorsqu'on vient de pratiques religieuses telles que le catholicisme (et autres croyances en un Dieu qui est à l'origine de tout, qui "assume" pour nous)

Ma façon d’appréhender la notion d’un Dieu était différente : Dieu peut avoir déclanché le Big Bang, mais le reste suit son cours d’après le système de l’évolution et de la sélection naturelle. À partir de là, je pense rejoindre naturellement la compréhension du « cause à effet ».
Ensuite, je pensais à un Dieu sous forme de conscience universelle, de Tout, Vie source de vie, et Amour source d’Amour, sans la perspective d’un Dieu personnel intervenant dans le cours de la vie des gens, autrement que pour nous aider à diriger notre conscience vers Lui. J’avais d’abord pensé que Amida Bouddha pouvait exprimer cette conception. Ensuite, j’ai pensé que Adi Bouddha reflétait mieux cette conscience universelle, ce Tout.
Mais d’après ce que je comprends, ces Bouddhas sont des images, des personnifications de l’Éveil, sous différents angles… c’est bien ça ?


Si on veut ... mais cela reste encore très conceptuel. Quel est l'objet de ces vues ? Sinon l'Ati Bouddha, le bouddha primordial est l'image de cette bouddhéité qui n'est pas un état extérieur, mais une facette dépolluée de notre esprit.

Citation:

Sönam a écrit:
Il est difficile de rentrer dans un processus de compréhension complètement autonome, sans références externes et en essayant de mettre des "impressions" dans les boîtes toutes préparées des concepts.

C’est bien vrai. Et ce que dit aussi Phap est tout aussi vrai. En même temps, n’est-ce pas humain ? Ce que vous appelez vacuité, est-ce que c’est la capacité de l’esprit d’appréhender l’univers sans avoir besoin de recourir aux concepts ?
Merci Phap pour le lien Wink


La vacuité c'est ce qui permet aux choses et phénomènes d'exister. C'est l'espace primordiale, base des apparitions.


La Prière de Kuntu Zangpo (texte révélé par Rigdzin Godemchen)

HO ! Phénomènes et noumènes, samsara et nirvana,
l’univers tout entier possède une base unique,
mais différentes voies produisent différents résultats.
Soit la conscience, soit l’ignorance, se révèlent.
Grâce à cette prière de Kuntou Zangpo qui exauce les souhaits
puissent tous les êtres atteindre la complète perfection et la bouddhéité
dans le palais du continuum de réalité.

La base universelle est inconditionnée,
une vaste étendue ineffable née d’elle-même,
où ni le samsara ni le nirvana ne sont connus.
Le savoir total de cette réalité est la bouddhéité,
alors qu’ignorant cela, les êtres errent dans le samsara.
Puissent tous les êtres sensibles des trois royaumes
atteindre le savoir total de la base d’être ineffable.

Moi, Kuntou Zangpo, affirme ainsi ceci :
la base d’être n’a ni cause ni condition
et le savoir total y surgit spontanément
dépourvu des notions entachées d’intérieur et d’extérieur,
dépourvu d’affirmations exagérées et de négations réductrices,
alors qu’aucune trace d’inattention ne le voile :
notre représentation se manifestant par elle-même est dépourvue de défauts.

Dans la conscience intrinsèque immaculée, demeurant dans la tranquillité,
bien que les trois royaumes soient détruits, il n’y a pas plus de peur
que d’attachement aux qualités des cinq sens.
Dans la perception née d’elle-même, dépourvue de pensées,
Il n’y a ni forme matérielle ni les cinq poisons.

Parce que l’aspect rayonnant et sans obstruction de savoir total,
substance unique, contient les cinq aspects de la conscience,
lorsque cette quintuple conscience se développe,
les cinq modes du Bouddha Originel émergent.
Par la suite, la conscience parfaitement éveillée
se manifeste sous la forme de quarante-deux Bouddhas,
et la créativité naissante de la quintuple conscience
produit les Soixante Bouddhas Buveurs de Sang :
ainsi, le savoir total de la base d’être n’est jamais une illusion.

Grâce aux paroles de ma prière qui exauce les souhaits,
après que tous les êtres sensibles des trois royaumes du samsara
aient reconnu le savoir total né de lui-même,
puisse la portée de la conscience atteindre son degré maximum.

De mon émanation manifeste, en un flot incessant,
je projette d’incalculables myriades de formes
déployant de multiples illusions pour convertir tous les êtres,
quels qu’ils soient.
Grâce à elle, ma prière compassionnée qui exauce les souhaits,
puissent toutes les créatures des trois royaumes du samsara
échapper aux destinés des six types d’êtres.

Au début, les êtres sensibles dans l’illusion
manquèrent d’attention et furent déconcerté
du fait que le savoir n’apparaissait pas dans la base :
c’est la cause première de l’ignorance et de l’illusion.
De là s’en suivit une perte de connaissance soudaine,
causant des sentiments de terreur et de flottement névrotique.
« Je » fut mis à l’écart par un « autre » hostile, « l’ennemi »,
et dû au conditionnement progressif de l’esprit par cette tendance,
le samsara fut établi comme étant une façon de vivre.
Les cinq poisons augmentant, la corruption s’installa,
et le karma, cinq fois empoisonné, devint un flux interminable.

Puisque la cause de l’illusion des êtres sensibles
est le manque d’attention et l’absence d’une quelconque présence,
grâce à elle, ma prière qui exauce les souhaits, l’aspiration des bouddhas,
puisse chacun reconnaître le savoir total spontané.

L’ignorance innée (accompagnant chaque moment de perception)
implique une connaissance inattentive et distraite,
et l’ignorance conceptuelle (qui sélectionne, structure et étiquette)
implique une connaissance duelle.
Cette double ignorance, innée et conceptuelle,
forme la base de l’illusion de tous les êtres.

Grâce à elle, la prière des bouddhas qui exauce les souhaits,
puisse-t-il exister chez tous les être sensibles du samsara
la reconnaissance spontanée du savoir total,
dissolvant la morosité de leurs esprits embrumés et distraits,
et la perception duelle unifiée dans la clarté translucide.

L’intellect dualiste est empli de doutes, de peur et d’insécurité.
Il engendre de subtils désirs irrésistibles
qui se cristallisent progressivement en des désirs manifestes et compulsifs :
désir de nourriture, de richesse, de vêtements, de maison et d’amis,
du quintuple plaisir sensuel et de compagnons affectionnés,
ainsi que du désir ardent et tourmenté de l’attirance sexuelle.
Ces obsessions pour des illusions temporelles et mondaines,
le karma d’un ego désireux d’objets, ne sont jamais épuisées.
Lorsque le fruit du désir mûrit,
tourmenté par le désir frustré,
se produit la renaissance en tant qu’esprit affamé.
Ah, misère de la faim et de la soif.

Grâce à elle, la prière des bouddhas qui exauce les souhaits,
ne refoulant ni ne rejetant les affres de la frustration,
n’acceptant ni n’assouvissant les désirs obsessionnels,
puissent tous les êtres possédés par les désirs compulsifs
être libérés de la tension de la perception duelle.
Puisse le savoir total regagner sa primauté naturelle
par l’obtention de la conscience toute discriminante.

Confronté aux apparitions des objets externes,
il y a dans la connaissance un vibrant frémissement de peur.
Lorsque la tendance à l’aversion se cristallise dans la haine,
l’hostilité fait grandir une violente agression menant au meurtre.
Lorsque le fruit de la haine mûrit,
ah, l’agonie de brûler et de bouillir en enfer !

Grâce à elle, la prière des bouddhas qui exauce les souhaits,
lorsque la haine agressive fait irruption,
ne l’inhibant ni ne s’y livrant,
mais détendu et la tension relâchée,
puisse le savoir total regagner sa primauté naturelle.
Puissent tous les six types d’êtres
atteindre la conscience de la clarté rayonnante.

Lorsque l’esprit est infatué de confiance,
l’intellect affrontant dédaigneusement les autres
engendre un esprit plein de fierté arrogante,
créant de violentes confrontation ou la guerre,
et toutes les souffrances qui en découlent.
Lorsque le fruit d’un tel karma mûrit,
Un dieu est né, héritier du déclin et de la ruine éventuelle.

Grâce à elle, la prière des bouddhas qui exauce les souhaits,
puissent tous les êtres enclins à la confiance infatuée,
dés son apparition, se détendre, relâchant la tension dans la perception,
autorisant le savoir total à regagner sa primauté naturelle,
atteignant la conscience de l’identicité.

Les tendances cristallisées d’un esprit aliéné,
s’élevant lui-même et diminuant les autres,
engendrent le karma de la dispute et de l’agression violente.
Celui-ci conduit à la renaissance en tant que titan meurtrier
dans le royaume du conflit permanent des anti-dieux,
où la chute en enfer est la conséquence finale.

Grâce à elle, la prière des bouddhas qui exauce les souhaits,
lorsque la dispute ou la confrontation violente apparaît,
puissiez-vous rompre les habitudes de concevoir les autres comme des ennemis
et vous détendre, relâchant la tension dans la perception,
laissant la primauté à la pure conscience des sens,
atteignant la conscience de l’action sans entrave.

L’inattention, l’apathie et un esprit vagabond,
l’ennui, la torpeur et l’étourderie,
la langueur, la paresse et la stupidité
ont pour résultat la renaissance en tant que bête errante et sans foyer.
Grâce à elle, la prière des bouddhas qui exauce les souhaits,
puisse le rayonnement de la clarté de l’esprit se lever
dans la morosité de la paresse et de la dépression
pour apporter la conscience d’un esprit silencieux.

Chacun des êtres sensibles des trois royaumes
ne fait qu’un avec moi, le Bouddha, la base universelle.
Bien que dédaigneux, ils sont perdus sur la terre de l’illusion,
promulguant encore aujourd’hui un karma qui n’a pas de but.
Les six types de karma sont tous des rêves illusoires,
parce que je suis le Bouddha, le Bouddha Originel.
Transformant les six types d’êtres par émanation
et grâce à cette prière exauçant les souhaits, la prière de Kuntou Zangpo,
puissent tous les êtres sensibles sans exception
atteindre la bouddhéité dans le continuum de réalité vide.
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Ortho
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2012
Messages: 212
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu 6 Mar 2014 - 22:25    Sujet du message: La lumière des NDE Répondre en citant

Voici les coordonnées sur You tube concernant le cycle du Bardo-Todhöl:

1/
https://www.youtube.com/watch?v=jYhby-_oRic

2/
https://www.youtube.com/watch?v=zFeOZzYFscI

3/
https://www.youtube.com/watch?v=Hxw67eVNb8k

Bonne écoute!

Merci Sönam pour vos explications profondes.
Nuage
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 10 Mar 2014 - 15:16    Sujet du message: La lumière des NDE Répondre en citant

Je vous remercie sincèrement pour toutes ces précisions. Mon esprit n'est pas familier avec toutes ces notions, mais la compréhension fait lentement son chemin

Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:38    Sujet du message: La lumière des NDE

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Débutants Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com