Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
souffrance
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
jerome
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 170

MessagePosté le: Dim 7 Sep 2014 - 10:54    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

Je me pose la question de savoir si l'on peut faire une recherche ultime de la souffrance de la même manière que celle utilisée pour établir la vacuité du char en le cherchant dans ses parties ?l'analyse montrant que l'on ne le trouve dans aucune de ses parties et que la désignation "char" est imputée en dépendance de ses parties? Peut on utilisé une analyse similaire avec la souffrance? merci.
Publicité






MessagePosté le: Dim 7 Sep 2014 - 10:54    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Dimis
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2014
Messages: 148
Localisation: essone

MessagePosté le: Dim 7 Sep 2014 - 17:21    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

Oui ! La souffrance n'est que le résultat d'un conditionnement de plusieurs phénomènes, un peu comme le reflet d'autres reflets.
Si la souffrance avait une base, une réalité propre alors nous souffririons constamment. Mais comme elle est vide d'existence propre alors comme elle est apparue elle disparaîtra.
Tout ce qui est impermanent est conditionné et donc vide de substance propre , ce qui s'appelle la coproduction conditionnée.
jerome
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 170

MessagePosté le: Dim 7 Sep 2014 - 18:37    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

Merci pour votre réponse. Mais je coince sur une espèce de raisonnement que j’ai lu quelques part qui consiste à raisonner ainsi : Nous désignons les choses par un simple nom que nous imputons à l’objet qui nous apparaît : un char, un verre, un évier, un robinet et ainsi de suite et nous n’allons pas plus loin que ce simple nom. Pour comprendre la manière ultime dont comment existe ces choses, nous devons procéder de cette manière. Ainsi, par exemple pour le robinet. Il s’agit d’un assemblage de pièces, les unes en plastique, d’autres en laiton chromé ou en acier inoxydable qui, assemblée d’une certaine manière produisent un robinet. Le nom générique robinet désigne l’ensemble de ses parties et s’adresse à tous les robinets existants sur cette planète. Je me demande comment on peut appliquer ce raisonnement à la désignation conventionnelle souffrance bien qu'il ne s’agisse pas d'un objet spatial et si cela a un intérêt ?
Dimis
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2014
Messages: 148
Localisation: essone

MessagePosté le: Lun 8 Sep 2014 - 00:41    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

Et bien supposons que quelqu'un vous insulte. Vous allez ressentir une souffrance moral. Cette souffrance n existe pas en soi elle est seulement le résultat de plusieurs types d attachements conceptuels face à l insulte proférée en vers vous. Cette combinaison vient créer l illusion d un soi qui est attaqué ce qui engendre le reflet de la souffrance. Alors que si vous constatez que vos concepts mentaux ( les préjugés, vos interprétations, votre sensibilité, vos croyances etc...) sont aussi composés d ellements extérieurs et qu'ils n'appartiennent pas a un je qui vous soi propre alors la souffrance n aura plus lieu d être. Pour aller plus loin on peut dire que vos concepts mentaux sont le reflet des concepts passé tout comme le robinet qui contient en lui son passé l employés qui la posé, l usine qui la crée, le concepteur qui la posé. Ensuite le concepteur a du se nourrir pour penser, l employés a du dormir pour travailler etc... De cette manière on comprend l interdépendance, tout ce qui existe dépend d un autre. De ce fait on peut même dire que c'est parceque se robinet est la que votre souffrance se présente ainsi.
ted
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 594
Localisation: IdF

MessagePosté le: Lun 8 Sep 2014 - 12:02    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

Jérome, on peut dire aussi que ce n'est pas la souffrance qui disparait. Que c'est celui qui souffre qui disparait.
La souffrance ne trouve plus une construction mentale illusoire, égotique pour se manifester.
Sachant que toute construction mentale, égotique, est inséparable d'une manifestation de souffrance (1ère noble vérité).
________________________________________
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit
jerome
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 170

MessagePosté le: Mer 10 Sep 2014 - 08:39    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

Merci pour vos réponses .
Bonjour a tous, quand on parle de souffrance se réfère t'on aux différents états de l'agrégat des sensations corporelles? ces différents états de l'agrégat des sensations corporelles peuvent ils eux même se définir par nos différents états émotionnels colère, peur, ect?
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 220

MessagePosté le: Mer 10 Sep 2014 - 10:57    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

jerome a écrit:
Merci pour vos réponses .
Bonjour a tous, quand on parle de souffrance se réfère t'on aux différents états de l'agrégat des sensations corporelles? ces différents états de l'agrégat des sensations corporelles peuvent ils eux même se définir par nos différents états émotionnels colère, peur, ect?


Lorsque Bouddha Shakyamouni parle de souffrance, il parle de toutes les formes de souffrances, physiques, mentales, ... La souffrance liée à un des agrégats physique, la souffrance de la disparition, de soi, d'un être cher, la souffrance de posséder, la souffrance de ne pas posséder, etc ...
Lorsqu'il parle de suppression de la souffrance, il s'agit de son éradication, la cessation définitive, l'inexistante d'une quelconque forme de souffrance. Ce qu'il appelle le nirvana.

Sönam
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
jerome
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 170

MessagePosté le: Jeu 11 Sep 2014 - 08:10    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

Oui mais les souffrances diverses sont bien ressenties au sein des 5 agrégats par le biais des sensations corporelles quelque soient leurs causes ?
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 220

MessagePosté le: Jeu 11 Sep 2014 - 08:57    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

jerome a écrit:
Oui mais les souffrances diverses sont bien ressenties au sein des 5 agrégats par le biais des sensations corporelles quelque soient leurs causes ?


pas les souffrances "psychiques" qui sont ressenties au niveau de (par) l'esprit (sems - du soi) uniquement. Par exemple la perte d'un être cher, le désir de posséder non assouvi, etc ... même si à terme ces souffrances "psychiques" sont transformables en souffrances "physiques" (soma).
Pour le cas des souffrances "physiques", l'intensité, le ressenti de la souffrance est différente pour chacun, elle est liée à "l'esprit" qui ressent la douleur. Une même douleur (chaud, froid, ...) ne génère pas la même souffrance chez chacun. Chez certain cela passera inaperçu, chez d'autres ce pourra-t-être une souffrance insupportable. Chez d'autres encore, chez nos cousins les animaux par exemple, il n'y aura même pas du tout de souffrance.

Sönam
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
jerome
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 170

MessagePosté le: Jeu 11 Sep 2014 - 10:15    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

J'ai l'impression de ressentir mes émotions dans certaines zones de mon corps comme le plexus, j'ai aussi l'impression qu'il y a des centres psychiques dans le corps et que l'esprit est dans le corps. Est ce que je me trompe?
Jean
Animateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 461
Localisation: Perpignan

MessagePosté le: Jeu 11 Sep 2014 - 11:21    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

C'est déjà formidable de ressentir où sont les tensions dans le corps, d'en être conscient. On sait où agir. L'étape suivante est de relaxer, détendre, lâcher prise dans ces parties du corps. Plus on approfondit la relaxation, plus on règle problème des tensions mentales, musculaires, les blocages énergétiques, plus on s'approche des "distributeurs d'énergie" que sont les chakras.

Pour ce faire, il y a tous les moyens habiles : relaxation, exercices physiques, respiration, méditation, visualisation, chant de syllabes germes.

Le centre le plus profond, le plus subtil, où se trouve les tensions les plus subtiles, les instabilités les plus subtiles est le centre du coeur.

Pour travailler sur la détente, l'ouverture du coeur, un des moyens et le plus important est le développement de la compassion, la pratique du mantra au coeur récité, visualisé, est aussi un bon moyen pour soutenir ce développement de la compassion. Comme la méditation sur les 4 pensées infinis, comme Tong len, comme la dévotion ("la prière qui est le langage du coeur")

Il est possible de travailler sur tous les centres à la fois comme il est possible de travailler sur un seul centre. Tous ces centres sont reliés, si un centre s'ouvre, les autres suivent. Mais le coeur reste le plus profond, le plus subtil, le plus instable.

Dans le Bouddhisme Tibétain le centre le plus important est le centre du coeur et l'on commence dès le niveau des soutras en développant la compassion avant de l'aborder au niveau énergétique. les soutras font un travail de préparation, de débroussaillage, et sont le fondement, la base qui stabilise les pratiques et les expériences ultérieures.

Dans le Théravada la méditation sur les 4 pensées infinies a aussi une très grande importance. (amour, compassion, félicité, équanimité)

Thich Naht Hanh parle du sourire qui provoque l'ouverture du coeur et de l'ouverture du coeur qui fait naître le sourire.

Dans le coeur détendu sont la bienveillance chaleureuse, la paix, la joie...
jerome
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 170

MessagePosté le: Jeu 11 Sep 2014 - 11:49    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

Ce qui m'étonne, c'est que la souffrance en tant que faim soif frustration désir aggressivité semble être nécessaire a la vie du corps matériel , puisque les besoins vitaux du corps se manifestent sous forme de pulsions d'autoconservation et de procreation.
jerome
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 170

MessagePosté le: Jeu 11 Sep 2014 - 11:52    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

Comme si l'esprit servait la vie du corps
Jean
Animateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 461
Localisation: Perpignan

MessagePosté le: Jeu 11 Sep 2014 - 12:02    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

Les besoins vitaux du corps sont le conditionnement de l'esprit et obscurcissent l'esprit en le maintenant dans l'ignorance et le faisant osciller entre attirance et répulsion, Justement, le Bouddhisme permet de s'en libérer et si le mot "libérer" peut paraître à certains un peu fort, inaccessible, on peut dire que la pratique Bouddhiste permet toutefois de gérer ces conditionnements et la souffrance qui est le mauvais karma qui en découle.

Il y a des gens qui survivent sans créer le désastre dans leur vie et autour d'eux ou qui minimisent impact négatif de leur existence sur eux-même et sur leur environnement et même il y a des gens qui soulage de la souffrance leur vie et leur environnement. Pas forcément des personnes rattachées à une philosophie ou à des pratiques spirituelles.

C'est intéressant de voir comment ils s'y prennent. On peut en tirer des enseignements pour soi-même, pour sa propre vie et pour sa vie en interaction avec les autres..
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 220

MessagePosté le: Jeu 11 Sep 2014 - 13:17    Sujet du message: souffrance Répondre en citant

Merci Jean de ta claire présentation


Sönam
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:36    Sujet du message: souffrance

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com