Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
Bouddhisme, attachement et paternité
Aller à la page: 1, 2  >
 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gepec
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2014
Messages: 10

MessagePosté le: Lun 8 Déc 2014 - 12:36    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

Bonjour,

Je suis face à un obstacle dans ma pratique. J'ai du mal a concilier l'enseignement du Bouddha et la paternité.

En effet, je crains que la recherche du non attachement puisse nuire à mon enfant. En effet, ne risque-t-elle pas de prendre une absence de passion et de possessivité à son égard comme de l'indifférence ?

Je dois également avouer que j'ai également peur d'atteindre ce non attachement. Aujourd'hui j'ai une relation très forte avec ma fille et je ne me sens pas prêt à transformer cette passion en "affection bienveillante détachée portée de manière équivalente envers tous les êtres" même si je sais que c'est forcément une source de souffrance.
En revanche je suis tout à fait conscient de l'impermanence de notre relation (c'est d'ailleurs pour ça que je veux en profiter à fond tant que je le peux) et du fait que ma fille ne soit pas ma propriété.

Bref, si des bouddhistes papas ou mamans peuvent me faire part de leur expérience, je pense que cela me serait d'une grande aide. Very Happy

Merci
Publicité






MessagePosté le: Lun 8 Déc 2014 - 12:36    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
pack
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2010
Messages: 459

MessagePosté le: Lun 8 Déc 2014 - 13:01    Sujet du message: Re: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

Gepec a écrit:
Bonjour,

Je suis face à un obstacle dans ma pratique. J'ai du mal a concilier l'enseignement du Bouddha et la paternité.

En effet, je crains que la recherche du non attachement puisse nuire à mon enfant. En effet, ne risque-t-elle pas de prendre une absence de passion et de possessivité à son égard comme de l'indifférence ?

Je dois également avouer que j'ai également peur d'atteindre ce non attachement. Aujourd'hui j'ai une relation très forte avec ma fille et je ne me sens pas prêt à transformer cette passion en "affection bienveillante détachée portée de manière équivalente envers tous les êtres" même si je sais que c'est forcément une source de souffrance.
En revanche je suis tout à fait conscient de l'impermanence de notre relation (c'est d'ailleurs pour ça que je veux en profiter à fond tant que je le peux) et du fait que ma fille ne soit pas ma propriété.

Bref, si des bouddhistes papas ou mamans peuvent me faire part de leur expérience, je pense que cela me serait d'une grande aide. Very Happy

Merci


Pourquoi vouloir adopter un comportement factice. Le non-attachement ne peut être recherché mais n'est qu'un résultat. Une recherche va coller à un idéal créé par le mental, voire l'ego. On ne peut devenir non attaché autrement qu'en déployant un arsenal de stratégies et conditionnements.

Le non attachement provient uniquement de vivre la liberté fondamentale : l'état naturel. Et encore ça ne veut pas dire que l'on devienne un légume.
Jean
Animateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 461
Localisation: Perpignan

MessagePosté le: Lun 8 Déc 2014 - 13:25    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

TWR, qui est époux et père, dit (dans le contexte du Refuge Intérieur, de trouver sa véritable nature) que c'est quand on ,n'essaye plus d'être "un bon père" que l'on devient "un bon père".

"Un bon père" est une image qui est créée par l'ego qui essaye de s'y conformer et peut perturber la relation entre deux personnes. Juste le ressenti de souhaiter le bonheur à une personne, de communiquer avec le coeur, d'en prendre soin est amplement suffisant, les actes positifs en découlent naturellement.

Il y a "être en amitié avec soi-même", c'est le centre du mandala, puis "Etre en amitié" avec le premier cercle, le cercle le plus proche du centre, ce sont les parents, l'épouse, les enfants, puis le deuxième cercle : "La famille", puis le troisième cercle, "les amis" puis le 4 eme cercle : les relations de travaille, puis le 5 eme cercle : les relations, etc puis le dernier cercle : les êtres sensibles"....

Etre ouvert à soi-même, être ouvert aux autres et l'énergie circule librement. Les choses se mettent en place d'elles-mêmes. Vouloir être "un bon père" n'est plus nécessaire.

Quelques fois certains concepts comme le non attachement peuvent créer de la confusion, il faut donc aborder la situation sous un autre angle.
Heliette Sherab Lhamo
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2014
Messages: 27
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 8 Déc 2014 - 18:12    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

J'ai une petite fille de 20 mois et je considère son arrivée dans ma vie comme un cadeau, à la fois au quotidien et dans ma pratique.

Si on se penche sur le côté le plus sincère et profond de l'amour que l'on porte à son enfant, on constate rapidement qu'on est prêt à tout lui donner pour le protéger, l'aimer et faire en sorte qu'il soit heureux. Une pratique intéressante consiste, pour moi, non pas à chercher le non-attachement qui n'aurait sans doute pas de sens, mais de m'efforcer de ressentir ce même amour pour tous les êtres. Bon, y a du boulot ! Mais c'est surtout cela, l'équanimité. On n'aime pas son enfant moins qu'avant ; on aime tous les êtres beaucoup plus.
________________________________________
"Go to the places that scare you." Machik Lapdron
Visiter le site web du posteur
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 224

MessagePosté le: Lun 8 Déc 2014 - 19:03    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

C'est aussi mon avis Heliette ... il ne s'agit pas d'aimer moins son enfant, mais d'être capable d'aimer tous les êtres comme son propre enfant. Maintenant il ne faut pas se tromper sur le sens d'amour, "Il est bien de donner à manger, il est moins bien de gaver"

Sönam
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Heliette Sherab Lhamo
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2014
Messages: 27
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 8 Déc 2014 - 19:25    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

L'amour, et aussi la compassion... faire ce qu'il y a de mieux pour son enfant, ce n'est pas le gaver. Smile

C'est aussi un bon point de départ pour réfléchir à ce que l'on peut apporter aux autres; non pas ce qu'ils demandent, parfois, mais ce dont ils ont réellement besoin.
________________________________________
"Go to the places that scare you." Machik Lapdron
Visiter le site web du posteur
Gepec
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2014
Messages: 10

MessagePosté le: Lun 8 Déc 2014 - 19:31    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

Merci pour ses premières réponses éclairantes
ted
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 594
Localisation: IdF

MessagePosté le: Mer 10 Déc 2014 - 11:58    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

Si on se fait agresser dans le train, et qu'on se fait frapper, voler ses papiers, son ordi, sa carte bleue, et qu'on va porter plainte au commissariat, inquiet, affolé, perturbé, est-ce qu'on attend de l'officier de police qu'il s'affole, s'inquiète, perde ses moyens à l'écoute de notre mésaventure ?
Ou est-ce qu'on attend de lui qu'il soit lucide, précis ? Qu'il demande calmement les détails qui lui permettront de lancer une enquête et d'enregistrer une plainte ?

Le bon policier fera preuve de non-attachement envers notre affaire, c'est à dire, qu'il ne basculera pas dans l'agitation émotionnelle. Il sera calme et efficace et lancera les recherches après avoir réuni posément tous les éléments. Cette attitude sereine optimise nos chances de voir l'enquête aboutir.
Que penseriez-vous d'un policier qui paniquerait à l'écoute de votre histoire ?
Il peut, bien sur, faire cependant preuve de compassion, et dire les mots qui vont vous apaiser, vous rassurer, vous aider (c'est conseillé).

De même, à mon avis, un bon parent essaie d'avoir l'attitude d'esprit la plus juste, la plus adaptée à la résolution des problèmes de ses enfants. Il devrait laisser de coté ses aspirations émotionnelles, pour essayer d'aider son enfant à se construire de la façon la plus efficace possible. L'attachement et son cortège de joies, de déceptions et de projections ne peut que compliquer la tâche du parent.
________________________________________
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit
ted
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 594
Localisation: IdF

MessagePosté le: Mer 10 Déc 2014 - 12:02    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

Donc, le non-attachement, ce ne serait pas refuser de prendre la plainte, ni refuser d'enquêter, ni se désintéresser du sort de la victime.
Le non-attachement, ce serait plutôt agir de la façon la plus juste, pour le bien de l'être en question, sans rien attendre en retour. Simplement, par conviction qu'il s'agit d'une chose juste à effectuer. C'est un équilibre, une stabilité dans la tempête, pas une indifférence.

Bien sur, un petit sourire de satisfaction ou une grimace de déception pourra toujours s'inviter un jour ou l'autre. Faudra juste ne pas trop se saouler avec, comme disait Ajahn Chah.

Et effectivement, le policier traite tous les dossiers et toutes les agressions, avec le même professionnalisme, le même empressement, la même détermination (en principe). C'est ici que commence la pratique du bodhisattva.
________________________________________
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit
Adiós
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 360

MessagePosté le: Jeu 11 Déc 2014 - 09:15    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

ted a écrit:
(...) Faudra juste ne pas trop se saouler avec, comme disait Ajahn Chah. (...)

Ah oui il avait dit ça Ajahn Chah Mr. Green
ted
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 594
Localisation: IdF

MessagePosté le: Dim 14 Déc 2014 - 03:39    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

Legpa Tharchin a écrit:
ted a écrit:
(...) Faudra juste ne pas trop se saouler avec, comme disait Ajahn Chah. (...)

Ah oui il avait dit ça Ajahn Chah Mr. Green

    "En conséquence, que les choses soient vraies ou fausses, bonnes ou mauvaises, agréables ou pas, peu importe — ce qui est important, c’est d’entraîner l’esprit pour qu’il soit en accord avec la Voie, autrement dit mettre en place la Vision Juste. Je vous en prie, ne soyez pas inconsidéré ! Ne vous laissez pas emporter en imaginant n’importe quoi, en faisant tout un problème d’une situation au point de vous y perdre. Si quelque chose vous apporte déception et perturbation, soyez-en conscient mais ne laissez pas la souffrance dépasser la vérité de ce qui est. Si quelque chose vous plaît, ne laissez pas l’enthousiasme vous emporter. Il est possible d’apprécier sans tomber dans l’excès. Dans notre patois local on dit : « Ne vous soûlez pas ! » Quand vous rencontrez des situations difficiles, ne vous soûlez pas de souffrance. Quand vous êtes heureux ou joyeux, ne vous soûlez pas de cela non plus. « Ne pas se soûler » signifie simplement ne pas permettre aux choses de tomber dans l’excès, être modéré. Si nous pouvons garder les choses, c’est bien, mais si les choses nous échappent, c’est bien aussi. Par contre, quand nous sommes enivrés par les choses, nous souffrons quand nous les perdons. Ou bien si des phénomènes déplaisants ne passent pas aussi vite que nous le voudrions, nous souffrons. Si nous nous en saisissons fermement, nous dépassons leur degré de vérité et nous perdons notre chemin. Ceci n’est pas le Dhamma, ce n’est pas pratiquer le Dhamma. Ces excès nous amènent à nous écarter de la Voie."

    Ajahn Chah

________________________________________
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit
Adiós
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 360

MessagePosté le: Dim 14 Déc 2014 - 09:07    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

Et oui il l’avait dit
_bodhi
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 498
Localisation: samsara

MessagePosté le: Ven 19 Déc 2014 - 17:17    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

Le non-attachement est un esprit qui s'oppose directement à l'attachement, et qui se développe en observant les 3 caractéristiques de l'existence : impermanence, souffrance et non-soi. L'attachement est comme une corde qui nous relie au samsara, et tant que nous le développons nous restons liés au samsara. L'attachement est présent à chaque fois que nous sommes perturbés ; si nous sommes perturbés c'est que l'attachement est présent. Nous pouvons être attachés à nos agrégats d'existence, à nos biens, à des êtres ou à leur absence, à une situation ou à son absence; et lorsque ceux-ci sont mis en danger nous devenons perturbés. L'attachement est une cause de souffrance et doit être combattu en développant le non-attachement. Tant que l'attachement sera là nous ne serons jamais libre.

Il ne faut pas confondre amour et attachement. L'amour est un esprit vertueux et rend heureux tandis que l'attachement est un esprit non vertueux et rend malheureux. Si nous aimons vraiment une personne, nous voudrons la rendre heureuse pour toujours, et pour cela il faut pratiquer le non-attachement qui est aussi une pratique du bodhisattva pour éviter l'attachement à la paix solitaire (un bodhisattva attaché à la paix solitaire ne pourra pas aider les autres). Une personne perturbée par l'attachement ne peut pas aider véritablement une autre personne, c'est-à-dire profondément et sur la durée. Si nous sommes trop attachés l'un à l'autre, alors dès qu'un malheur touchera l'un il touchera l'autre. De plus l'attachement n'a pas qu'un seul objet; il peut vite varier et nous faire délaisser finalement la personne à laquelle nous étions si attachés au départ.

Ajahn CHAH a écrit:
Quand l’esprit commence à réaliser que toute chose, sans exception, est par nature incertaine, les problèmes de saisie et d’attachement commencent à diminuer et à s’effriter. Si l’on comprend cela l’esprit commence à lâcher prise. [...] Quand l’attachement prend fin on atteint nécessairement le Dhamma – il n’y a rien au-delà.
Tout apparaît, tout disparaît - Enseignement sur l'impermanence et la fin de la souffrance

________________________________________
Dans la vacuité, chaque chose dépend de toutes choses, et dans toutes choses il y a l’esprit.


Dernière édition par _bodhi le Sam 20 Déc 2014 - 17:10; édité 1 fois
Gepec
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2014
Messages: 10

MessagePosté le: Ven 19 Déc 2014 - 20:51    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

Encore merci pour vos réponses. J'y vois plus clair grâce à vous. Je vois aussi qu'il me reste encore beaucoup de chemin à parcourir.
pack
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2010
Messages: 459

MessagePosté le: Sam 20 Déc 2014 - 10:09    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité Répondre en citant

On ne peut pratiquer le non-attachement.
On ne peut que se rendre compte des moments où l'on est attaché et là on devient conscient, petit à petit, que ce mécanisme n'est pas nécessaire, qu'il n'est qu'une charge. La prise de conscience c'est la début du non attachement.

Lutter contre l'attachement est lutter contre un mirage et cela ne peut qu'engendrer un nouvel attachement.

Donc mieux vaut pratiquer la présence et la conscience à chaque instant mais sans entrer dans le jugement duel.
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:01    Sujet du message: Bouddhisme, attachement et paternité

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com