Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
Demande de conseils , situation préoccupante.
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Débutants
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
J_doe
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2014
Messages: 12

MessagePosté le: Dim 21 Déc 2014 - 21:31    Sujet du message: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

Bonjour,

Je poste ce sujet pour exposer une situation difficile malgré une certaine pudeur.


J'ai passé de nombreuses années isolé de la société à cause de problèmes de santé (entre autres) et aussi par volonté de m'introspecter. Le problème que ça a engendré est que j'ai appris de manière instinctive et empirique à "méditer" (si on peut appeler ça comme ça) avec surement beaucoup de défauts et qu'il est très dur de changer sa manière de faire surtout quand celle ci nous a amené beaucoup de bienfaits et qu'on en a pris l'habitude.

Je me suis intéressé vaguement au bouddhisme (vipassana) et au yoga ( principalement asanas et yoga nidra avec une relaxologue )mais sans aller très loin.
J'ai aussi un problème avec la méditation trop "académique" c'est que je ne tiens pas en position du lotus (problèmes de dos) ou la tête dans les genoux comme certains méditants.


Aujourd'hui je suis dans un tournant assez compliqué de ma vie puisque je viens de déménager, et le nouveau logement est trop angoissant à cause du bruit, auquel il est très perméable. En 7 mois j'ai très peu dormi et suis dans un état de plus en plus difficile.(Je précise que je suis atteint depuis 4 ans et 4 mois d'une maladie mentale)

Même quand il n'y a pas de bruit. J'ai une tension permanente , chose que je n'ai jamais connu et qui est extrêmement néfaste par rapport à mes troubles psychiatriques qui sont stabilisés grâce, je pense, à la "méditation" .
Parfois j'ai l'impression d'être dans la même pièce que les voisins alors qu'ils sont dans l'appart à coté ou en dessous.Cela engendre des réveils intempestifs quand je veux dormir et m'empêche de me détendre quand je ne dors pas.

J'ai même de l'agressivité en moi que je n'arrive pas à évacuer étant donné en plus que cela se renouvelle quotidiennement et s'accumule en énergie négative qui me bouffe de plus en plus. Et c’est peu de le dire.

Je ne me vois pas revenir en arrière car l'ancien logement est pathologique pour moi :

- J’y vivais seul et il appartient à quelqu'un de ma famille avec qui j'ai une relation très néfaste pour moi (sa seule présence me met très à mal)…

-Ce logement est en plus l'endroit où je suis tombé malade à la suite d'un traumatisme. Sans compter qu’il se trouve dans un quartier que je n’aime pas du tout.
Un appart où je m’empêchais d’exister, où je n’arrivais pas à m’ancrer et à m’enraciner correctement(une des causes de ma maladie même si j’y ai remédié un petit peu depuis). Même la perception de mon corps est anormal dans cet endroit.

J'ai tout fait pour le quitter, quitter cette dépendance néfaste et me trouver maintenant dans le foyer dans lequel je suis depuis 7 mois( studio)qui a tout pour me permettre d'avoir une vie meilleure hormis le problème du bruit.J'ai attendu 2 ans et demi avant de pouvoir déménager.



Je me demande toujours si revenir en arrière n'est pas la solution ou si au contraire je peux trouver des moyens de changer les choses actuelles, ce qui serait le mieux pour moi.
Par exemple je me demande si une personne sensible au bruit peut changer sa manière de percevoir celui-ci. J’ai lu des articles sur la méditation dans le bruit les 1ers mois. Mais malgré beaucoup d’efforts je suis très loin d’atteindre le lâcher prise et l’abandon que j’atteins habituellement et qui m’a tant aider à combler mes déséquilibres. Ceci est remplacé par une crispation très localisée dans le plexus et la gorge et qui n’en finit plus de se condenser.

Je pensais qu'en obtenant cette place en foyer tout allait enfin rouler pour moi mais le fait est qu' aujourd'hui je m’enfonce dans un état très compliqué depuis quelques semaines ( j'ai même énormément de mal à écrire ce message c'est dire).

Je me demandais donc si parallèlement aux soins psychiatriques qui sont devenus insuffisants, trouver un maître pour méditer pourrait m'aider. J’ai toujours rêvé d’avoir une sorte de mentor à ce niveau, mais toujours eu peur car la vie m’a montré que les vrais mentors ça n’existait pas. Sachant que je suis en plus très atypique et ai du mal à m'intérioriser en présence d'une personne qui me guide.

Mais ce qui m’arrive veut peut être dire que c’est le moment pour moi de chercher à avancer dans la méditation en étant accompagné cette fois…mais sans idéaliser même si j'en ai peut être besoin....

J'avais pour intention de lire certains livres dont un livre sur la méditation de Jacques Vigne mais malheureusement je n'en suis pas capable pour le moment à cause des symptômes. Et puis rien ne remplace l’expérience vécue.
Trouver le bon maître me semble difficile, mais ça serait bien. Sachant que je ne peux méditer qu'allongé pour le moment ou assis sur une chaise, je ne sais pas ce que vous en pensez.

Je fais des recherches actuellement et j’ai vu qu’il y avais des centres bouddhistes à Paris comme le centre Triratna, le Kadampa Shakyamouni ou le ktt . Si il y en a qui connaissent ces centre je veux bien avoir leurs avis. J’ai aussi vu qu’il y avait un centre de Raja Yoga rue Orfila même si certains en parle comme d’une secte, mais j'ai du mal à m'y retrouver.
Je ne suis pas orienté vers un type de méditation en particulier sachant qu’il sont, je crois, tous reliés(il me semble que Bouddha était yogi à la base) mais je me demandais, pour une personne diagnostiquée schizophrène quelle était l’école la plus adaptée.Il m'a semblé d'après ce que j'ai lu il y a environ 2 ans que c' était la méditation vipassana qui aide à structurer l'esprit.

Voilà j’arrive à la fin de ce message qui est quand même bien long et un peu confus. Je voulais demander conseil à des personnes qui n’ont pas la philosophie occidentale habituelle( qui peut mener selon moi à des mauvais choix) et qui, si possible, pratiquent la méditation. Je le fait tout en sachant que la véritable réponse se trouve en moi mais des fois pour la trouver on a besoin des autres. En tout cas merci de m'avoir lu et de vos éventuels avis et conseils.

A bientôt
Publicité






MessagePosté le: Dim 21 Déc 2014 - 21:31    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Adiós
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 360

MessagePosté le: Lun 22 Déc 2014 - 09:01    Sujet du message: Re: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

J_doe a écrit:
(...) Je me demandais donc si parallèlement aux soins psychiatriques qui sont devenus insuffisants, trouver un maître pour méditer pourrait m'aider. J’ai toujours rêvé d’avoir une sorte de mentor à ce niveau, mais toujours eu peur car la vie m’a montré que les vrais mentors ça n’existait pas. Sachant que je suis en plus très atypique et ai du mal à m'intérioriser en présence d'une personne qui me guide. (...)

Bonjour, c’est difficile de te conseiller.
Une idée qui me vient est pourquoi ne pas essayer l’enseignement de Thich Nhat Hanh qui est facile à lire et très stabilisant, en un sens assez "terre" je crois, ce qui me paraît le mieux à rechercher dans ton cas.

A travers un de ses livres tu pourras rapidement mettre en pratique la pleine conscience de l’inspir et de l’expir, le lâcher prise des pensées, et le sourire intérieur qui est important aussi viendra avec le temps, je te le souhaite.
A toi de voir
ted
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 594
Localisation: IdF

MessagePosté le: Lun 22 Déc 2014 - 11:12    Sujet du message: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

Bonjour J_doe

Dans un premier temps, utilise peut être un casque anti bruit.
Celui ci est très efficace parait-il : http://www.amazon.fr/3M-X5A-Casque-antibruit-PeltorSerie/dp/B00BBCTQK6/ref=…

Yen a d'autres aussi. A toi de voir.
________________________________________
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit
J_doe
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2014
Messages: 12

MessagePosté le: Lun 22 Déc 2014 - 16:41    Sujet du message: Re: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

Bonjour, et merci beaucoup à vous de m'avoir répondu.


Legpa Tharchin a écrit:

J_doe a écrit:
(...) Je me demandais donc si parallèlement aux soins psychiatriques qui sont devenus insuffisants, trouver un maître pour méditer pourrait m'aider. J’ai toujours rêvé d’avoir une sorte de mentor à ce niveau, mais toujours eu peur car la vie m’a montré que les vrais mentors ça n’existait pas. Sachant que je suis en plus très atypique et ai du mal à m'intérioriser en présence d'une personne qui me guide. (...)

Bonjour, c’est difficile de te conseiller.
Une idée qui me vient est pourquoi ne pas essayer l’enseignement de Thich Nhat Hanh qui est facile à lire et très stabilisant, en un sens assez "terre" je crois, ce qui me paraît le mieux à rechercher dans ton cas.

A travers un de ses livres tu pourras rapidement mettre en pratique la pleine conscience de l’inspir et de l’expir, le lâcher prise des pensées, et le sourire intérieur qui est important aussi viendra avec le temps, je te le souhaite.
A toi de voir

Bonjour ,

Merci pour la référence , je ne connaissais pas cet auteur même si après recherche il me semble que le livre "Le miracle de la pleine conscience" faisait partie des livres qui m'intéressaient. Je vais essayer de voir étant donné que j'ai des difficultés pour lire. Est-ce que le livre que j'ai cité résume bien l'ensemble de ses enseignements?

ted a écrit:
Bonjour J_doe

Dans un premier temps, utilise peut être un casque anti bruit.
Celui ci est très efficace parait-il : http://www.amazon.fr/3M-X5A-Casque-antibruit-PeltorSerie/dp/B00BBCTQK6/ref=…

Yen a d'autres aussi. A toi de voir.


Bonjour,

J'utilise déjà un casque anti bruit du même type mais celui ci ne suffit pas car certains bruits et en particulier les bruits d'impact comme les claquements de porte ou autres transperce cette barrière même si il m'est quand même utile pour masquer certains sons.
Il y a aussi un mécanisme d'inquiétude et de frustration quand on entend des bruits malgré le casque , des fois au bout d'une série de bruit on se sent encore plus agressé. Confused Des fois j'ai même peur qu'il y ai un danger si le bruit est trop soudain.

J'avais couplé l'utilisation du casque avec des bouchons faits sur mesure par un audioprothésiste (ce qui atténuait en tout de 69 décibels en théorie) mais les bouchons me provoquent maintenant systématiquement des infections du conduit auditif quand je les met. Pourtant j'ai des lingettes désinfectantes et j'ai essayé plusieurs type d'entretien mais rien n'y fait...

Ce que je me demandais aussi c'est si certains d'entre vous on déjà réussi à se reposer dans une atmosphère perméable au bruit malgré des difficultés de départ.
Adiós
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 360

MessagePosté le: Lun 22 Déc 2014 - 17:24    Sujet du message: Re: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

J_doe a écrit:
Bonjour ,

Merci pour la référence , je ne connaissais pas cet auteur même si après recherche il me semble que le livre "Le miracle de la pleine conscience" faisait partie des livres qui m'intéressaient. Je vais essayer de voir étant donné que j'ai des difficultés pour lire. Est-ce que le livre que j'ai cité résume bien l'ensemble de ses enseignements?


C’est un livre que j’ai déjà eu entre les mains et oui, je crois me souvenir qu'il "résume bien l'ensemble de ses enseignements". Sinon tous les livres de Thich Nhat Hanh reprennent son enseignement : la présence à l'instant présent, la bienveillance, la pleine conscience de l'inspir et de l'expir.

Comme il est beaucoup question du silence dans tes messages, il faut quand même que je mentionne l'enseignement de Tenzin Wangyal parce que le silence est un support de méditation dans son enseignement. Ce n’est pas très facile d’ailleurs, mais il s’agit de prendre conscience que le silence est toujours là (même au sein du bruit), et de s’y relier. On le fait aussi à travers l’immobilité du corps qui peut être un excellent support pour toi, car plus "terre".
Pour les enseignements de Tenzin Wangyal, inutile d'acheter un livre, il y a des vidéos.
Voici ci-après une playlist sur son enseignement principal, qui peut suffire !
https://www.youtube.com/watch?v=Q1-I6AJkuo0&list=PL4E6A89179A64F6B1
ted
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 594
Localisation: IdF

MessagePosté le: Lun 22 Déc 2014 - 18:46    Sujet du message: Re: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

J_doe a écrit:

Ce que je me demandais aussi c'est si certains d'entre vous on déjà réussi à se reposer dans une atmosphère perméable au bruit malgré des difficultés de départ.

Ca m'est déjà arrivé de m'endormir avec le voisin qui fait des travaux genre perceuse, ou la télé qui passe une émission de variété bruyante.
En fait, ce qui empêche de s'endormir, c'est le fait de lutter contre le bruit. De le considérer comme une agression.
Si tu deviens le bruit, tu n'es plus agressé par lui.
Pour devenir le bruit, il faut observer là où il commence et là où toi tu commences.
Donc travailler sur la saisie du soi et sa déconstruction.
Mais je ne sais pas si c'est recommandé en cas de schizophrénie ?
Tu es toi même une source importante de bruit : le bruit de ton coeur, de tes pas, de ta respiration.
Tu es une onde, ton corps entier est une onde, une vibration en mouvement. Le bruit est de ta famille. Vous avez la même nature.
C'est une joie d'accueillir nos semblables.
Bruit d'une perceuse, d'une conversation ou d'une symphonie : quelle différence ?
En respirant profondément et en accueillant le son, il est sans doute possible de le voir se dissoudre.


Maintenant, il y a aussi la possibilité que tu entendes des bruits à cause de ta maladie. Dans ce cas, il faut prendre le traitement qui, je suppose, t'est prescrit.
________________________________________
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit
soren
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2013
Messages: 177
Localisation: Samsara

MessagePosté le: Mar 23 Déc 2014 - 07:34    Sujet du message: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

Salut John Doe,


Voici maintenant la playlist de Thich Nath Hanh, toutes les vidéos sont riches d'enseignement, aussi simples que profondes et incroyablement apaisantes :

https://www.youtube.com/watch?v=JTcshMaQ6wI&index=8&list=PLlzBGcxvODzFkyAsZrUkTEuFAr51m0CXQ

Tu écoutes ça au casque, calme intérieur assuré Smile
J_doe
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2014
Messages: 12

MessagePosté le: Mar 23 Déc 2014 - 19:55    Sujet du message: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

Merci Legpa Tarchin, ted et soren pour vos réponses.

Pour les chaîne youtube je n'y avais pas du tout pensé, j'ai commencé à écouter Tenzin Wangyal mais comme je suis au cybercafé et que je n'ai pas internet chez moi, j'hésite à tout écouter là ou à attendre d'avoir une connexion(je n'ai pas encore de pc j'attendais de déménager définitivement pour en avoir un nouveau) pour écouter tout ça dans de meilleures conditions mais c'est captivant.


ted a écrit:

Maintenant, il y a aussi la possibilité que tu entendes des bruits à cause de ta maladie. Dans ce cas, il faut prendre le traitement qui, je suppose, t'est prescrit.


Alors pour ce qui est de la maladie c'est bien que tu en parles car j'en ai pas beaucoup parlé. Si j'avais eu le moindre doute sur l'origine des bruits, j'en aurais parlé. Les hallucinations auditives que j'ai déjà pu avoir sont très identifiables et bien spécifiques. Il y en a eu 2 types en tout, qui par chance m'ont rarement empêché de dormir.
Ca ne ressemble en rien à une porte qui claque et qui fait vibrer tout l'étage ou le voisin sûrement sourd qui crie au téléphone avec une voix qui porte tellement que je la sens presque vibrer dans mon corps.


ted a écrit:

Ca m'est déjà arrivé de m'endormir avec le voisin qui fait des travaux genre perceuse, ou la télé qui passe une émission de variété bruyante.

Et est-ce que ça a été difficile avant ou cela a toujours été comme ça?
A noter quand même que malgré une forte sensibilité au bruit, avant de déménager je n'avais pas le silence. Mais les bruits de dehors et les impacts dans l'immeuble étaient étouffés car les murs plus épais, donc ça ne me gênais pas. (Je dormais dans l'entrée et il y a avait l'ascenseur qui fait quand même un bruit assez fort et la voisine qui des fois discute sur le palier , mais ça m'apaise plus qu'autre chose)

Ce qui est marrant aussi c'est que le bruit ne me gêne pas beaucoup lorsque je suis à l'extérieur de chez moi, malgré une fragilité depuis la survenue de la maladie et souvent une agitation(qui n'était pas présente avant et qui, je pense, trouve son explication ailleurs que dans la psychiatrie). Cette agitation augmente ma vulnérabilité au bruit...

ted a écrit:

En fait, ce qui empêche de s'endormir, c'est le fait de lutter contre le bruit. De le considérer comme une agression.
Si tu deviens le bruit, tu n'es plus agressé par lui.


Ce que tu me dis me rappelle des articles que j'ai lu sur la méditation dans le bruit. En voici les liens :
http://france.wildmind.org/mediter/que-faire-avec-le-bruit
http://www.terresderepos.tv/le-bruit-est-excellent-pour-mediter/
http://www.terresderepos.tv/le-bruit-excellent-pour-mediter-24/
http://www.terresderepos.tv/le-monde-est-silencieux/

Après je ne sais pas combien de temps changer sa perception du bruit peut prendre et j'avoue que cela me fait un peu peur.


ted a écrit:

Pour devenir le bruit, il faut observer là où il commence et là où toi tu commences.
Donc travailler sur la saisie du soi et sa déconstruction.
Mais je ne sais pas si c'est recommandé en cas de schizophrénie ?


Je n'ai pas très bien compris cette partie du message. J'ai fait des recherches et apparemment la saisie du soi est, je crois, la perception erronée qu'on a de nous même comme une entité indépendante construite par nous même.
Il faudrait donc la déconstruire?
Pour la reconstituer différemment?

La schizophrénie provoque une dissociation de la personnalité , une désintégration de l'égo en tant que noyau de l'individu, et une perte de contact avec la réalité.

Ce sont des notion assez floues mais c'est comme ça qu'est décrite la maladie.Elle est très unique chez chaque personne atteinte. Personnellement c'est l'aspect "déstructuration" interne qui est le plus présent dans ma maladie.
Un des problèmes que j'ai est le manque du "sentiment d"exister" même si la conscience rationnelle de l' existence est là.J'ai l'impression aussi que mes corps subtils qui sont déréglés avec des énergies étrangères, et qu'une partie de mes neurones a "grillé".
Je ne sais pas comment est interprétée cette maladie dans le bouddhisme et la médecine tibétaine d'ailleurs cela m'intéresse car j'ai peu d'infos.

C'est aussi pour cela que je voulais trouver un maître, quelqu'un qui même sans l'avoir traversé "sait" ce que c'est.

Donc je ne sais pas si c'est bon pour moi de travailler sur la déconstruction de la saisie de soi, même si je n'ai pas très bien compris ce que c'est.



ted a écrit:


Tu es toi même une source importante de bruit : le bruit de ton coeur, de tes pas, de ta respiration.
Tu es une onde, ton corps entier est une onde, une vibration en mouvement. Le bruit est de ta famille. Vous avez la même nature.
C'est une joie d'accueillir nos semblables.
Bruit d'une perceuse, d'une conversation ou d'une symphonie : quelle différence ?
En respirant profondément et en accueillant le son, il est sans doute possible de le voir se dissoudre.



Cela me semble difficile d'accueillir le son si il est soudain, brutal, fort et répétitif. Il me semble qu'il y avait une méthode de torture au japon qui consistait à mettre un prisonnier sur une chaise avec une goutte d'eau qui tombe toute les 2 secondes sur sa tête pour l'empêcher de dormir ou un truc du genre.
Mais bon je me doute que c'est pas gagné d'avance.J'ai l'impression d'être devant une montagne infranchissable. Je me demande si atteindre de profonds changements internes est vraiment donné à tout le monde... Neutral

Après pour ce qui est d'accueillir ses semblables, ce que je vais dire est peut-être pas génial mais je me sens mieux en étant seul que si les personnes autour ne me ressemblent pas ou font des activité opposées aux miennes sur le moment (genre soirée karaoké vers 0h d'un coté, pendant que moi je suis au lit de l'autre).
Peut être qu'on se ressemble tous sur certains trucs universels mais je crois qu'on a aussi tous notre singularité. Ou en tout cas ce ne sont pas les mêmes choses qui nous traversent. On a pas tous fait la même chose de notre "essence" et certains sont tellement éloignés d'eux mêmes que ça me fait mal d'être trop longtemps à coté d'eux.

Personnellement pour avoir connu ça, je me sens très très mal avec des personnes par exemple qui refoulent beaucoup leur sensibilité ou la maltraitent, qui sont agressives, qui ont certains codes que j'aime pas ou plein d'autres choses. Sachant que souvent je ressens l'état de la personne juste au son de sa voix, juste en étant à coté. J'ai l'impression d'être une éponge à vibrations.
Ce n'est pas contre eux. Mais certaines choses qu'ils véhiculent, souvent involontairement d'ailleurs , ces choses là je les déteste.
Je les supporte au quotidien mais quand je rentre "parasité" chez moi, voir "pollué" par certains trucs, c'est la que j'ai besoin de calme c'est la que la présence de certains me gène, c'est là où je ne peux plus accueillir le bruit des autres.


C'est peut-être des bêtises ce que je dis mais c'est comme ça que je ressens tout ça.

En tout cas je vais vraiment songer à tout ces précieux conseils, merci Wink

Le seul fait de savoir que c'est possible pour certains, même si ça me semble inaccessible pour le moment et que j'ai beaucoup de résistances, me donne espoir.
ted
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 594
Localisation: IdF

MessagePosté le: Mer 24 Déc 2014 - 01:01    Sujet du message: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

J_doe a écrit:

Donc je ne sais pas si c'est bon pour moi de travailler sur la déconstruction de la saisie de soi, même si je n'ai pas très bien compris ce que c'est.

Faut vraiment que tu en parles à un maître. Tu as peut être simplement un don ou une prédisposition karmique mal utilisée qui te fait passer pour un malade mental. Seul un maître peut le dire.
J'avais lu il y a longtemps, sur le web, une formule qui m'avait marqué : "Là où coule un schizophrène, nage un éveillé".
Dans les deux cas, on touche à la saisie du soi.
Normalement, il vaut mieux avoir un soi stable, équilibré, avant de vouloir s'en déssaisir. La pratique bouddhiste s'adresse à des personnes équilibrées. Mais une personne "en recherche d'équilibre" pourra trouver celui-ci dans la pratique. C'est à dire que la pratique peut aussi bien construire que déconstruire. Mais pour ça, vaut mieux être suivi par quelqu'un de compétent.

La fin de la saisie du soi est un objectif pour tout bouddhiste pratiquant. C'est la fin de la dictature de l'égo illusoire. La fin de l'identification à une image erronée de nous-mêmes.

Je crois qu'il est possible d'accepter le bruit en intensifiant les séances de samatha. Peut être devrais-tu aller méditer dans un coin tranquille, hors de chez toi. Et stabiliser ton calme mental. Quand tu reviendras dans ton studio, les sons désagréables n'auront plus la même saveur.
________________________________________
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit
pack
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2010
Messages: 459

MessagePosté le: Mer 24 Déc 2014 - 10:10    Sujet du message: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

Attention à ce joli message comme quoi un maître pourrait détecter, à travers notre apparente maladie, la personne extraordinaire que nous sommes. Déjà les maîtres ayant cette capacité de clairvoyance ne courent pars les rues, mais de plus ceux capables d'aider à (voire de) gérer sainement la situation sont encore beaucoup plus rares. Il y a le mythe du maître surhomme qui courre depuis que l'occidental est fasciné par les pseudo siddhis (super pouvoirs) du maître asiatique - surtout tibétain.

J'ai eu l'occasion d'en discuter avec plusieurs personnes ayant entrepris cette démarche, handicapées à divers degrés par des problèmes psychiques, et au final la collaboration n'a jamais été probante, quand ça n'a pas empiré. Ces maîtres asiatiques ont de grandes difficultés à ne serait-ce qu'entrevoir, au-delà des symptômes, où réside vraiment le problème.

Il faut avancer avec grande prudence dans la recherche de solution dans la sphère spirituelle. Surtout pour les propositions de déconstruction et reconstruction ou de construction sur une base mentale instable. Il y a de grands risques et souvent en milieu spirituel, une fois dans la zone de l’incontrôlable, ceux censés aider ne savent que s'en remettre à nos chère institutions psychiatriques. Pire, quand ils ne retournent pas leur incompétence en argument et acte positif, arguant que la crise incontrôlable permettrait de purger rapidement le karma négatif de la personne. Et ça je l'ai entendu de mes oreilles de la part de ce genre de maître.

Certains, peut-être ici, vont affirmer que cette manière de se défausser n'en n'est pas une, mais à un certain point on peut se poser la question de savoir où débute la charlatanerie et la fascination exercée sur ses fidèles.
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 224

MessagePosté le: Mer 24 Déc 2014 - 11:07    Sujet du message: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

Je suis assez d'accord avec pack. Le sujet de la "maladie psychique" est difficile a aborder. Généralement je n'interviens pas trop sur le sujet ... parce que d'abord il faudrait définir ce qu'est une maladie psychique, selon les critères occidentaux, puis suivant les critères bouddhistes. On découvrirait que l'on est très très loin l'un de l'autre. Ensuite, il faudrait découvrir avec précision la (pseudo) "maladie" de la personne, sur internet et en quelques mots. Il me semble donc qu'il faut être "plus" que prudent sur le sujet.
Ce qu'on peut constater néanmoins c'est que 1) la personne (J_doe en l'occurrence) considère qu'elle est malade (on lui a dit) 2) nous vivons dans un univers où, tous, nous sommes malade et vivons dans un samsara d'ignorance et de souffrance. 3) Il s'agit là de l'esprit conceptuel (sems) qui ne réagirait pas suivant les critères établis par notre culture/civilisation dans ce samsara ... etc, etc ...
A la question posée dans un forum bouddhiste, tant que la lumière ne se serait pas fait chez la personne qui se pense malade et qui ne possède pas de critères de discernement dans le monde dans lequel elle navigue, entourée d'ignorants (autres malades), je ne recommanderai pas les pratiques tantriques (bouddhisme tibétain), car elles nécessitent une trop grande maîtrise de l'esprit (sems). Je me pencherai plus vers une discipline, soutrique, quotidienne/régulière, une "discipline de vie" afin d'accumuler des mérites, et ainsi de la détente/tranquillité (shamata), pour finir par entrevoir des compréhensions spontanées "évidentes (vipashana). Je pratiquerai avec assiduité le chemin octuple, vue juste, pensée juste, acte juste, etc ..., sans me meurtrir, mais régulièrement. Je pratiquerai aussi les 6 paramitas de base (sravakas) :

Dāna pāramī : générosité, don
Sīla pāramī : vertu, moralité
Nekkhamma pāramī : renonciation
Pañña pāramī : sagesse transcendante
Viriya pāramī : énergie, effort
Khanti pāramī : patience, tolérance
Sacca pāramī : honnêteté, sincérité
Adhitthana pāramī : détermination, résolution
Metta pāramī : amour bienveillant
Upekkha pāramī : sérénité, équanimité

... et j'essayerai, très progressivement, de me sortir de ce concept de "maladie mentale" à l'occidental, très progressivement.

Sönam ... sans aucune expertise sur le sujet.
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
ted
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 594
Localisation: IdF

MessagePosté le: Mer 24 Déc 2014 - 13:08    Sujet du message: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

pack a écrit:
Il y a le mythe du maître surhomme qui courre depuis que l'occidental est fasciné par les pseudo siddhis (super pouvoirs) du maître asiatique - surtout tibétain.

Ah ouais ?
________________________________________
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit
ted
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 594
Localisation: IdF

MessagePosté le: Mer 24 Déc 2014 - 13:24    Sujet du message: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

Sönam a écrit:
Je me pencherai plus vers une discipline, soutrique, quotidienne/régulière, une "discipline de vie" afin d'accumuler des mérites, et ainsi de la détente/tranquillité (shamata), pour finir par entrevoir des compréhensions spontanées "évidentes (vipashana). Je pratiquerai avec assiduité le chemin octuple, vue juste, pensée juste, acte juste, etc ..., sans me meurtrir, mais régulièrement. Je pratiquerai aussi les 6 paramitas de base (sravakas) :

Dāna pāramī : générosité, don
Sīla pāramī : vertu, moralité
Nekkhamma pāramī : renonciation
Pañña pāramī : sagesse transcendante
Viriya pāramī : énergie, effort
Khanti pāramī : patience, tolérance
Sacca pāramī : honnêteté, sincérité
Adhitthana pāramī : détermination, résolution
Metta pāramī : amour bienveillant
Upekkha pāramī : sérénité, équanimité


________________________________________
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit
J_doe
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2014
Messages: 12

MessagePosté le: Ven 26 Déc 2014 - 22:50    Sujet du message: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

ted a écrit:
J_doe a écrit:

Donc je ne sais pas si c'est bon pour moi de travailler sur la déconstruction de la saisie de soi, même si je n'ai pas très bien compris ce que c'est.


J'avais lu il y a longtemps, sur le web, une formule qui m'avait marqué : "Là où coule un schizophrène, nage un éveillé".
Dans les deux cas, on touche à la saisie du soi.



La formule de Stanislav Grof (pense que c'est celle là dont tu parles) c'est "les psychotiques et les mystiques sont dans le même océan mais les psychotiques coulent là où les mystiques nagent" . Ce psychiatre est l'inventeur de la respiration holotropique et a beaucoup travaillé sur les états modifiés de consciences.

Par contre je pense qu'une fois la maladie présente il est très rare d'avoir les moyen de passer de psychotique à mystique, c'est même peut-être impossible même si je ne suis sûr de rien. Il y a des schizophrènes qui ont "gueri" mais c'est plus des personnes, je pense, qui ont atteint une mode de gestion de leur maladie leur permettant de ne plus prendre de médicaments, mais ils restent malades ou je dirais fragiles. Certains aussi ont eu une forme de la maladie qui s'est résorbée spontanément.

D'une autre manière les chamanes, dont l'initiation commence très souvent par des crises de type schizophréniques deviennent chamanes au moment où en gros ils ont trouvé les "outils" pour gérer ce dérèglement de départ . Et plus celui ci est grave au départ plus le chamane aura la possibilité de guérir les personnes atteintes de troubles ensuite. Car il aura réussi à guérir le sien.



pack a écrit:


J'ai eu l'occasion d'en discuter avec plusieurs personnes ayant entrepris cette démarche, handicapées à divers degrés par des problèmes psychiques, et au final la collaboration n'a jamais été probante, quand ça n'a pas empiré. Ces maîtres asiatiques ont de grandes difficultés à ne serait-ce qu'entrevoir, au-delà des symptômes, où réside vraiment le problème.

Il faut avancer avec grande prudence dans la recherche de solution dans la sphère spirituelle. Surtout pour les propositions de déconstruction et reconstruction ou de construction sur une base mentale instable. Il y a de grands risques et souvent en milieu spirituel, une fois dans la zone de l’incontrôlable, ceux censés aider ne savent que s'en remettre à nos chère institutions psychiatriques. Pire, quand ils ne retournent pas leur incompétence en argument et acte positif, arguant que la crise incontrôlable permettrait de purger rapidement le karma négatif de la personne. Et ça je l'ai entendu de mes oreilles de la part de ce genre de maître.


Par rapport à ça, j'ai déjà consulté certaines personnes autres que des psy, 4 fois en tout. Mais je me suis arrêté là pour le moment car je pense comme tu dis que la prudence est de mise dans ce genre de situation. Et on a besoin d'avancer tout seul nous même avant de chercher à l'exterieur une aide.

Ensuite par rapport aux "crises", j'ai eu la chance de ne pas avoir , même lorsque ça venait de m'arriver, de perte de conscience ou un truc comme ça. Par contre toute ma "subjectivité" et ma perception de moi même était altérée. Je n'arrivais plus à dire "je" ou "moi" par exemple, j'avais l'impression qu'une partie de mon vocabulaire n'était plus accessible et je ne parlais plus hormis pour dire bonjour à la caissière lorsque j' m'achetais à manger. Ca a duré 9 mois avant que je me fasse hospitaliser et donc socialiser .



Sönam a écrit:
Je suis assez d'accord avec pack. Le sujet de la "maladie psychique" est difficile a aborder. Généralement je n'interviens pas trop sur le sujet ... parce que d'abord il faudrait définir ce qu'est une maladie psychique, selon les critères occidentaux, puis suivant les critères bouddhistes. On découvrirait que l'on est très très loin l'un de l'autre. Ensuite, il faudrait découvrir avec précision la (pseudo) "maladie" de la personne, sur internet et en quelques mots. Il me semble donc qu'il faut être "plus" que prudent sur le sujet.
Ce qu'on peut constater néanmoins c'est que 1) la personne (J_doe en l'occurrence) considère qu'elle est malade (on lui a dit) 2) nous vivons dans un univers où, tous, nous sommes malade et vivons dans un samsara d'ignorance et de souffrance. 3) Il s'agit là de l'esprit conceptuel (sems) qui ne réagirait pas suivant les critères établis par notre culture/civilisation dans ce samsara ... etc, etc ...
A la question posée dans un forum bouddhiste, tant que la lumière ne se serait pas fait chez la personne qui se pense malade et qui ne possède pas de critères de discernement dans le monde dans lequel elle navigue, entourée d'ignorants (autres malades), je ne recommanderai pas les pratiques tantriques (bouddhisme tibétain), car elles nécessitent une trop grande maîtrise de l'esprit (sems).


En réalité on ne m'a pas dit que j'étais malade. Car lorsque l'évènement déclencheur est arrivé j'ai passé 9 mois dans l'isolement et tout avait changé d'un coup. Le cours de ma pensée, ma perception de moi même et du monde.
J'avais par exemple aussi des hallucinations auditives,la pensée qui se dédoublait, une sensation de division, l'impression que mon corps ne m'appartenait plus, qu'une grosse partie de moi était absente, etc...
En voyant tout ça j'ai moi même dit "c'est une maladie mentale" . Je ne sais pas si c'est l'inconscient collectif, mais il y a quelque chose qui fait que on "sait" qu'on est malade.

Pressentant qu'on allait me mettre une étiquette de schizophrène j'ai cherché ce que c'était exactement. Car par choix, je n'y connaissait rien à cette "médecine du psychisme", et j'ai vu la définition. Je me suis alors dit que ce que j'avais était unique à moi, à mon histoire et à la manière dont j'ai géré certaines choses. Mais qu'on allait m'englober dans cette définition vu qu'il y a ce tronc commun de la division et certains symptômes "categorifiés" comme typiques.

Et c'est bien ce qu'il s'est passé lors de mon hospitalisation, j'ai été diagnostiqué logiquement comme schizo. La bas on donne le même type de médicament (qui bloquent des récepteurs dans le cerveau, ou comment une maladie psychique est soignée par le physique)à des gens parce que leur symptômes se ressemblent alors que leur maladie est unique.
Mais bon la médecine actuelle n'est pas allée plus loin que ça pour le moment alors je continue à prendre ces médicaments(j'ai la chance d'avoir un traitement léger) en attendant mieux et en espérant rester stabilisé.

Après par rapport aux autres "malades". Quelque chose est sur c'est que mon esprit fonctionne différemment d'avant la maladie et différemment par rapport à une personne "saine" même si celle ci est malade d'un point de vue spirituel.
Pour revenir sur la saisie du soi, j'ai l'impression que chez un schizophrène la saisie du soi est déformée non de manière saine à l'issue d'une volonté de travail sur soi consciente et intuitive. Mais plus comme un moyen de défense inconscient contre une menace ( c'est pour ça que le malade lui même ne comprend pas ce qui lui arrive).

Je me souviens qu'avant de tomber malade j'avais tout un tas de "réglages" instinctifs conscientisés pour me défendre et protéger mon identité que je cachais dans certains contextes.
Je me suis comme interdit l'accès à mon essence en attendant de sortir du contexte dans lequel j'étais. Il y a eu aussi une désorganisation interne pour ne pas que certaines choses aient de "prise" sur moi. Mais tout ça je pouvais l'annuler à tout moment j'attendais de changer de contexte.
Sauf que quand l'évènement qui m'a fait décompenser est arrivé, la menace (qui était de même nature que par le passé mais en beaucoup plus fort) a été trop forte et multiple pour que je puisse la gérer consciemment et tout a "sauté" dans ma tête sans que j'y comprenne grand chose.
Je me suis alors dit que c'était la seule chose que "l'ensemble" a pu faire pour me protéger malgré le fait que ce soit un dérèglement pathologique.

Pour finir sur ça (et arrêter de trop raconter ma vie^^) je pense que la maladie mentale est plus "un chemin" pris inconsciemment pour justement aller mieux. Le seul problème est que comme tu dis on est dans un monde occidental qui ne permet pas ce chemin. Et qui ne permet pas de le voir comme tel.
Après il parait que les statistiques disent que cette maladie a existé de tout temps et dans toutes les civilisations... alors du coup ça décrédibiliserait ce que j'ai écrit.

Sönam a écrit:
Je me pencherai plus vers une discipline, soutrique, quotidienne/régulière, une "discipline de vie" afin d'accumuler des mérites, et ainsi de la détente/tranquillité (shamata), pour finir par entrevoir des compréhensions spontanées "évidentes (vipashana). Je pratiquerai avec assiduité le chemin octuple, vue juste, pensée juste, acte juste, etc ..., sans me meurtrir, mais régulièrement. Je pratiquerai aussi les 6 paramitas de base (sravakas) :

Dāna pāramī : générosité, don
Sīla pāramī : vertu, moralité
Nekkhamma pāramī : renonciation
Pañña pāramī : sagesse transcendante
Viriya pāramī : énergie, effort
Khanti pāramī : patience, tolérance
Sacca pāramī : honnêteté, sincérité
Adhitthana pāramī : détermination, résolution
Metta pāramī : amour bienveillant
Upekkha pāramī : sérénité, équanimité

... et j'essayerai, très progressivement, de me sortir de ce concept de "maladie mentale" à l'occidental, très progressivement.

Sönam ... sans aucune expertise sur le sujet.


Je n'avais jamais eu cette idée comme quoi accumuler les mérites pouvait amener de la tranquillité. C'est intéressant. Merci pour ces conseils. Je lis doucement des articles sur tout ça, même si rien ne remplace l'expérience et le ressenti.
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 224

MessagePosté le: Ven 26 Déc 2014 - 23:18    Sujet du message: Demande de conseils , situation préoccupante. Répondre en citant

En lisant tes réponses, si ce n'était le sujet abordé lui-même, j'aurai plutôt l'impression d'être en face d'une personne bien équilibrée, sachant utiliser la mécanique auto-analytique avec intelligence. Une vue globale assez juste ma foi. Bon nombre de personne que je croise dans le cadre du bouddhisme m'inspirent beaucoup moins de "stabilité de l'esprit" que tu ne le fais.
Ta démarche me semble très proche du dharma lui-même, en général.
Oserai-je te conseiller de lire des ouvrages sur le dzogchen, notamment de Namkhai Norbu Rinpoché ?

Sönam
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:59    Sujet du message: Demande de conseils , situation préoccupante.

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Débutants Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com