Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
Difficile de suivre la voie sans renoncement !
Aller à la page: 1, 2  >
 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dimis
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2014
Messages: 148
Localisation: essone

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 10:07    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

En France et dans de nombreux pays occidentaux nous avons un système et un mode de vie qui nous empêche de dédier notre vie à la spiritualité.
Tout à un prix et même la nature l'homme la vole pour la revendre aux autres hommes.

Il est fini le temps ou l'on pouvait vivre de ses propres récoltes, de pratiquer l'échange et orienter sa vie vers la spiritualité.
La mentalité occidentale est tournée vers l'égoïsme et l'égocentrisme. Allez mendier votre repas en France et l'on risque de vous dire " tu n'as cas bosser comme tout le monde ". La mondialisation à fait son chemin : surconsommation, surproductivité, stress, aliénation ect...

En France il n'est pas toléré de ne pas travailler et de toute manière il est difficile de survivre sans travailler.
Si nous avons une famille c'est encore pire car nous sommes dans l'obligation de garder un certain conditionnement pour répondre aux divers besoins du couple.
Cela est encore plus difficile quand le couple à des valeurs qui sont totalement différentes et dans ce cas une certaine retenue est à avoir.

Pour citer des exemples personnels :

- Je trouvais intéressant de faire un petit retrait solitaire de 2 ou 3 semaines dans un petit ermitage. Ma copine me dit mais tu ne vas pas gaspiller ton temps ( congé payé ) pour des "conneries" , tu dois t'occuper de ta famille avant tout. Il me faudra donc l'imposer car c'est pour moi quelque chose de nécessaire à vivre.

- Quand je rentre du travail il faut s'occuper des taches ménagères, des courses, de faire à manger etc...
Une fois que tout le monde dort et que le calme règne dans la maison je peux enfin m'autoriser un peu de temps pour méditer et bien impossible au bout de 10 minutes je sombre par la fatigue.

Actuellement je n'ai plus d'emploi donc le soir je peux méditer 1h, sortir la journée pour contempler la nature et m'intéresser à différentes lectures.
Mais je sais que quand j'aurais retrouvé un emploi la machine infernale va se remettre en place.

Difficile également d'être dans un état d'étendu et de contemplation au travail quand on nous demande d'être réactif et productif.
Je décrirais le travail vraiment comme un état hypnotique ou je suis très peu conscient de ce qui se passe dans une journée, un peu comme si il me restait un "flou" ou une "brume" de ma journée.

Siddhârta et de nombreux éveillés ont un jour tout abandonné pour atteindre le but ultime. Et de toute manière la voie ne peut être atteinte sans un renoncement au monde. ( renoncement et non rejet ).
Publicité






MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 10:07    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Yves
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2011
Messages: 314
Localisation: Strasbourg

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 14:22    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

bonjour

je vais essayer de te donner un point de vue un peu plus optimiste de ta situation, non pas qu'il n'y a pas de négatif, mais on se charge souvent avec ce qui nous pèse, le coté sombre prends toute la place

il y a du positif, du négatif et faisons parti de tout ça

il est bon de remarquer que c'est grâce à tout ce qui s'est produit dans notre vie que le Dhamma c'est ouvert à nous, si une seule chose avait été différente peut-être ne comprendrions nous pas le sens de la voie.

nous vivons dans un pays riche, sans guerre

il vaut mieux allumer une bougie que de pester contre l'obscurité.

dans un couple il faut marcher droit, si les 2 partenaires sont capables d'honnêtetés, de vigilance et sincérité alors soit l'amour va grandissant, soit on se sépare, simplement, sans heurt


bien à toi
yves
________________________________________
oui à ce qui est
tout change
tout est maintenant
jlb73
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 66
Localisation: Seine St Denis

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 15:41    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

Bonjour Dimitri,

Je te donne un autre point vue, je suis marié depuis 20 ans, deux enfants ado, les 3 sont athés.

Horaire de boulot parisien donc je pars à 7h00 , rentre vers 18h00 au mieux mais cela peut largement déborder.

En rentrant, repas, courses, rangements, paiements facture, devoirs enfants etc etc.

Je commence à méditer vers 22h00 le soir pour environ 45 minutes... Le week end, étant réveillé tôt (rythme de la semaine..) , je médite le matin quand tout le monde dort.

Pour le boulot, avant d'envoyer un mail , allez hop , 5 respirations conscientes , réunion un peu longue , allez hop respiration Smile Cela permet justement de reprendre pied Smile

J'ai aussi la tendance de tout plaquer pour aller vivre dans un monastère etc etc sans stress professionnel, souci de ma mère âgée, des enfants qui doivent se lancer dans la vie active.

Les livres d'Ajhan Chah m'ont beaucoup aidé de ce point de vue Smile

Je ne peux citer les références exactes mais il signalait juste que la vraie difficulté était de suivre la voie DANS le monde bref qu'il avait beaucoup d'admiration pour les chefs de famille..... Wink

Alors la retraite, je l'a fait chez moi dans ma chambre la nuit , quand ma femme est de sortie avec des copines, les enfants avec des amis, quand je suis seul à la maison pour une heure. Pareil en vacances. Pour moi, la vraie retraite ne dépend pas d'un lieu mais dans/de notre esprit.

Ah oui, pour le temps libre, c'est simple, zéro télé, je lis à la place Smile

But ultime : oui peut être un jour mais je n'ai pas la " prétention " que ce sera pour de suite Smile (je mets bien les guillemets pour prétention pour ne pas te vexer !). Je fais au mieux et la voie, je l'applique à des collègues de travail qui souffrent (brimade des chefs, couple en berne), à des amis persos, à des gens croisés dans le métro RER.

Il faut dégager du temps et pour cela, j'ai revu sérieusement mon temps utilisé (jeu, loisirs etc). Ma femme et mes enfants savent que le temps de la méditation est non négociable... donc si une activité est prévue en soirée tard, ils savent que je ne participe pas. Et je leur demande de respecter mon temps en faisant peu de bruit.

Comme je dis à certains de mes collègues professionnels, j'ai des stages de bouddhisme intensifs payés par mon travail en supportant des personnes plus que pénibles (équanimité quand tu nous tiens Smile , sur la route en conduisant ma voiture en Ile de France, dans les transports communs parisiens. Là tu bosses dur sur l'aversion, les sentiments Smile

Je ne cherche pas à faire donneur de moral, je partage juste mon expérience , étant aussi passé par ce que tu ressens.
Visiter le site web du posteur
guelek dorje
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2015
Messages: 141
Localisation: Chartres

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 16:01    Sujet du message: Re: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

Dimis a écrit:
En France et dans de nombreux pays occidentaux nous avons un système et un mode de vie qui nous empêche de dédier notre vie à la spiritualité.
Tout à un prix et même la nature l'homme la vole pour la revendre aux autres hommes.

Il est fini le temps ou l'on pouvait vivre de ses propres récoltes, de pratiquer l'échange et orienter sa vie vers la spiritualité.
La mentalité occidentale est tournée vers l'égoïsme et l'égocentrisme. Allez mendier votre repas en France et l'on risque de vous dire " tu n'as cas bosser comme tout le monde ". La mondialisation à fait son chemin : surconsommation, surproductivité, stress, aliénation ect...

En France il n'est pas toléré de ne pas travailler et de toute manière il est difficile de survivre sans travailler.
Si nous avons une famille c'est encore pire car nous sommes dans l'obligation de garder un certain conditionnement pour répondre aux divers besoins du couple.
Cela est encore plus difficile quand le couple à des valeurs qui sont totalement différentes et dans ce cas une certaine retenue est à avoir.

Pour citer des exemples personnels :

- Je trouvais intéressant de faire un petit retrait solitaire de 2 ou 3 semaines dans un petit ermitage. Ma copine me dit mais tu ne vas pas gaspiller ton temps ( congé payé ) pour des "conneries" , tu dois t'occuper de ta famille avant tout. Il me faudra donc l'imposer car c'est pour moi quelque chose de nécessaire à vivre.

- Quand je rentre du travail il faut s'occuper des taches ménagères, des courses, de faire à manger etc...
Une fois que tout le monde dort et que le calme règne dans la maison je peux enfin m'autoriser un peu de temps pour méditer et bien impossible au bout de 10 minutes je sombre par la fatigue.

Actuellement je n'ai plus d'emploi donc le soir je peux méditer 1h, sortir la journée pour contempler la nature et m'intéresser à différentes lectures.
Mais je sais que quand j'aurais retrouvé un emploi la machine infernale va se remettre en place.

Difficile également d'être dans un état d'étendu et de contemplation au travail quand on nous demande d'être réactif et productif.
Je décrirais le travail vraiment comme un état hypnotique ou je suis très peu conscient de ce qui se passe dans une journée, un peu comme si il me restait un "flou" ou une "brume" de ma journée.

Siddhârta et de nombreux éveillés ont un jour tout abandonné pour atteindre le but ultime. Et de toute manière la voie ne peut être atteinte sans un renoncement au monde. ( renoncement et non rejet ).


Bonjour Dimis,

Poses toi la question de ta motivation.
Le chemin est difficile par les embûches que nous mettons nous même sur le dit chemin (vie antérieure, vie actuelle). Tu ne peux pas être "dedans" et être "dehors" dans le même temps. Le renoncement permet de s'écarter définitivement de tous les dharma mondains et enfin, de pratiquer des samadhi profonds.
Ce qui ne veut pas dire qu'il faut que tu partes dans une grotte, éloigné de tout et de tous. Ce serait une grave erreur. Tu abandonnerai au bout de 8 jours. Ton esprit n'est pas prêt pour ça.
Ce que tu vis est le murissement de ton karma.
Il faut renoncer, mais pas brutalement. Par petite touche. Déjà, commence par de petites choses. Si tu es accros au chocolat, et bien, baisse ta conso (c'est un ex, tu l'auras compris, car se priver de chocolat...bonjour, ce n'est pas gagné ) . Et regarde comment tu le vis. Il faut changer de paradigme, briser les conditionnements mondains.
Et gagner des victoires.
Ensuite, change de braquet. Passes à des choses plus difficiles pour toi.
N'impose rien de frontal à ta famille. Explique ce que tu veux. Dis que ce n'est pas abandonner que de se détacher. Explique ce qu'est la compassion au sens du Dharma. Des grands maître ont été mariés.
Marpa , Gampopa qui perdit sa femme qu'il aimait profondément. Il y en a beaucoup d'autres et plus proches de nous encore.
Tu ne peux pas non plus renoncer à travailler. Il faut de l'argent pour vivre, se nourrir. Tu n'es pas un moine, tu ne vis pas dans un monastère. Et nous sommes au 21ème siècle. Donc l'aumône, dans nos sociétés consuméristes, tu t'assois dessus. Il faut que tu travaille. C'est une manière de gagner ta liberté. Je ne sais pas ce que tu fais comme travail, mais je pense qu'il y a toujours moyen de trouver du temps, et un endroit pour se poser dans la journée de travail.
Prends le travail et les autres tâches comme des moyens de pratiques. Telle que l'offrande, quand tu prépare les repas. Dis toi que tout ce que tu fais est pour le bien des êtres.
N'oublies pas : tu vis en interdépendance, par conséquent, tout ce que tu fais a une résonnance chez les autres, et dans l'environnement.

Tes questionnements sont salutaires, et te permettent de "voir" où tu en es.

Continue de méditer.



Guelek
________________________________________
भवतु सर्व मङ्गलम् ।।
http://samtenguelek.blogspot.fr/
jlb73
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 66
Localisation: Seine St Denis

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 16:17    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

Entièrement d'accord avec toi Smile

Je remets tes termes :

je pense qu'il y a toujours moyen de trouver du temps, et un endroit pour se poser dans la journée de travail.
Prends le travail et les autres tâches comme des moyens de pratiques. Telle que l'offrande, quand tu prépare les repas. Dis toi que tout ce que tu fais est pour le bien des êtres.

C'est surtout cela qui est difficile au départ... on le fait petit à petit, Rome ne s'est pas fait en un jour comme on dit Smile

Endroit pour me poser dans la journée : pas trouvé mais j'ai cette astuce du mail (cité dans un bouquin sur la méditation d'ailleurs).

J'ai mis du temps pour comprendre que la pratique ne se limite pas à 45 minutes par jour..
Visiter le site web du posteur
guelek dorje
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2015
Messages: 141
Localisation: Chartres

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 16:35    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

jlb73 a écrit:
..
J'ai mis du temps pour comprendre que la pratique ne se limite pas à 45 minutes par jour..


Le chemin, c'est aussi cela, comprendre par petites touches. Et peu importe le temps que cela met, puisque nous avons tout le temps.

Tout de bon,



Guelek
________________________________________
भवतु सर्व मङ्गलम् ।।
http://samtenguelek.blogspot.fr/
Dimis
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2014
Messages: 148
Localisation: essone

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 19:57    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

Merci à tous pour vos conseils.

Je ne suis pas pessimiste car cela fait 7 ans que je suis ce train de vie qui me convenait plutôt bien au début.
Mais maintenant je ressens de l'intérieur le besoin de me diriger vers une vie plus imprégnée de spiritualité. Ce n'est pas un but égoïste car ma souffrance est avant tout causée par mon désarmement face à la souffrance des autres.

Je peux bien sur toujours aider à ma petite échelle mais comme on dit un médecin avant de soigner doit apprendre à guérir. De la même façon pour pratiquer la compassion de façon juste il faut travailler d'abord sur soi.

guelek dorje,
Oui c'est effectivement ce que je tente de faire, essayer de me délier un à un de mes attachements et d'amener cela en douceur à ma famille.
Chaque détachement est un moment de Nirvana vous avez raison !
Mais je sais pertinemment qu'un jour dans cette vie ou une autre nous devrons tous renoncer aux attachements du monde et abandonner tout nos conditionnements.
ted
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 594
Localisation: IdF

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 21:58    Sujet du message: Re: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

Dimis a écrit:

- Je trouvais intéressant de faire un petit retrait solitaire de 2 ou 3 semaines dans un petit ermitage. Ma copine me dit mais tu ne vas pas gaspiller ton temps ( congé payé ) pour des "conneries" , tu dois t'occuper de ta famille avant tout. Il me faudra donc l'imposer car c'est pour moi quelque chose de nécessaire à vivre.
    Essaie de négocier 1 semaine...

- Quand je rentre du travail il faut s'occuper des taches ménagères, des courses, de faire à manger etc...
Une fois que tout le monde dort et que le calme règne dans la maison je peux enfin m'autoriser un peu de temps pour méditer et bien impossible au bout de 10 minutes je sombre par la fatigue.
    On peut se lever 1/2 heure plus tôt et méditer le matin. C'est plus calme généralement.

Actuellement je n'ai plus d'emploi donc le soir je peux méditer 1h, sortir la journée pour contempler la nature et m'intéresser à différentes lectures.
Mais je sais que quand j'aurais retrouvé un emploi la machine infernale va se remettre en place.

Difficile également d'être dans un état d'étendu et de contemplation au travail quand on nous demande d'être réactif et productif.
Je décrirais le travail vraiment comme un état hypnotique ou je suis très peu conscient de ce qui se passe dans une journée, un peu comme si il me restait un "flou" ou une "brume" de ma journée.
    Respiration consciente, comme ça a été dit plus haut

Siddhârta et de nombreux éveillés ont un jour tout abandonné pour atteindre le but ultime. Et de toute manière la voie ne peut être atteinte sans un renoncement au monde. ( renoncement et non rejet ).
    C'est pas un éveillé qui est parti, mais un jeune adulte qui s'ennuyait. Il est d'ailleurs revenu par la suite vers sa famille et il a emmené son fils Rahula, avec lui.
    Attention que le désir de retraite prolongée ne soit pas simplement un sentiment de lassitude du monde actuel qu'on essaiera de fuir pour un séjour pèpère. Je crois qu'on a tous eu envie, un jour ou l'autre, de tout quitter. Mais si c'est pour créer de la souffrance dans notre famille, est-ce que ça en vaut la peine ?
    Renoncement au monde : le monde, c'est pas ta femme, tes enfants, ton boulot ou Pôle Emploi. Le monde, c'est cette prolifération de vues fausses et d'attachements que nous cultivons en nous.


________________________________________
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit
jlb73
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 66
Localisation: Seine St Denis

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 22:11    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

Je cite TED

Attention que le désir de retraite prolongée ne soit pas simplement un sentiment de lassitude du monde actuel qu'on essaiera de fuir pour un séjour pèpère. Je crois qu'on a tous eu envie, un jour ou l'autre, de tout quitter. Mais si c'est pour créer de la souffrance dans notre famille, est-ce que ça en vaut la peine ?
Renoncement au monde : le monde, c'est pas ta femme, tes enfants, ton boulot ou Pôle Emploi. Le monde, c'est cette prolifération de vues fausses et d'attachements que nous cultivons en nous : notre samsara.

***

Il faut bien analyser, s'analyser. Moi aussi envie de retraite à Arvillard face aux montagnes et aux sapins mais en réfléchissant bien, mes motivations étaient surtout de ne plus voir mes chefs, de faire un break avec ma femme alors que l'on traversait de grosses difficultés.... Bref, envie de tout quitter , tout balancer pour se retrouver seul à 2500 mètres avec des chèvres !

Et puis on continue de creuser, de réflechir... et on arrive à ce qui s'est dit sur ce forum... Pas facile il est vrai...

On a envie de porter la misère humaine sur ses seules épaules...et on se rend compte de ses limites..

Je rejoins la réponse de TED sur tout.

Bien à toi Dimis
Visiter le site web du posteur
Dimis
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2014
Messages: 148
Localisation: essone

MessagePosté le: Sam 27 Juin 2015 - 01:42    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

"C'est pas un éveillé qui est parti, mais un jeune adulte qui s'ennuyait. Il est d'ailleurs revenu par la suite vers sa famille et il a emmené son fils Rahula, avec lui.
Attention que le désir de retraite prolongée ne soit pas simplement un sentiment de lassitude du monde actuel qu'on essaiera de fuir pour un séjour pèpère. Je crois qu'on a tous eu envie, un jour ou l'autre, de tout quitter. Mais si c'est pour créer de la souffrance dans notre famille, est-ce que ça en vaut la peine ?
Renoncement au monde : le monde, c'est pas ta femme, tes enfants, ton boulot ou Pôle Emploi. Le monde, c'est cette prolifération de vues fausses et d'attachements que nous cultivons en nous."


Siddhârta n'est pas revenu comme un père mais comme un Bouddha, un homme délivré de tout les attachements.
D'ailleurs il nomma sons fils Rahula qui veut dire entrave à la voie.

Bouddha regarde tout les êtres sans aucune différence. Il n y a plus l'attachement "femme", "famille", "fils", "biens" etc...
Cela ne veut pas dire qu'il n'éprouve plus de compassion à leur égard mais que son regard est juste et dans l'équanimité la plus parfaite.

Siddhârta savait lui même que son départ causerait la souffrance de sa femme mais il savait que rester ne les empêcherait pas de souffrir dans l'avenir.
C'est pour cela qu'il voulu trouver une solution à la souffrance pour guider tout les êtres. Ne pouvait il pas mieux faire pour sa famille que de leur enseigner la voie de la non souffrance ? Plutôt qu'une vie ou il serait resté et de tout manière il n'aurait pu empêcher la souffrance des siens face à la mort.

Les vues fausses sont précisément les choses que nous croyons posséder comme une femme, des enfants, un boulot etc...
Tant que nous restons nous les entretenons, mais après oui on peut aussi s'attacher à l'idée de l'abandon comme solution.
Il ne faut pas chercher l'abandon pour l'abandon mais l'abandon se produit tout simplement quand nos désirs s'évanouissent.

Et puis je penses qu'un retrait en ermitage est tout sauf pépère, je dirais plutôt que c'est un mode vie austère et ultra simplifier qui n'à pour intérêt que la contemplation de notre propre nature.
ted
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 594
Localisation: IdF

MessagePosté le: Sam 27 Juin 2015 - 03:06    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

Oui, bon. Si tu veux.
J'ai un pote qui a quitté sa femme parce que parait-il, elle était devenue trop grosse. Et il m'a dit : "Tu sais, je l'aime toujours".
Comme dit Jlb, bien s'analyser. Connaître nos motivations profondes.
Ne pas chercher de boucs émissaires si notre pratique s'assoupit.

J'ai des enfants. Le dernier à 12 ans. Je m'imagine même pas essayant de trouver le calme mental pendant qu'il pleure dans son lit parce que papa est parti. Ceci dit, je comprends qu'un couple puisse se séparer pour X raisons.

C'est la difficulté qui booste la pratique. La vie laïque est un véritable entraînement commando. J'ai le plus grand respect pour les renonçants : c'est une forme de pratique formelle qui demande de couper certains liens sociaux. Ils représentent un idéal. Une forme de sagesse et de volonté peu commune. Mais franchement, si le truc c'est de contempler la nature de l'esprit, ya moyen de le faire n'importe où.

La vie de moine est pleine d'attachements. Ajahn Chah raconte l'histoire d'un disciple, vivant dans la forêt, dormant sur une paillasse, et qu'il avait retrouvé en pleurs un bon matin : le moine avait cassé son bol à aumône, sa seule possession. Il était inconsolable.

Bon, si c'est sincèrement ce que tu veux, je peux comprendre. J'ai eu la même envie que toi ya quelques années. Dans ce cas, suis ton coeur. Si c'est une retraite de moyenne ou longue durée que tu veux faire, le retour à la vie mondaine est difficile parait-il. Et si tu veux te faire moine, c'est pas 5 préceptes qu'il faut respecter mais 227 règles monastiques. Certaines très contraignantes.
________________________________________
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit
ted
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 594
Localisation: IdF

MessagePosté le: Sam 27 Juin 2015 - 03:28    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

Dimis a écrit:

Les vues fausses sont précisément les choses que nous croyons posséder comme une femme, des enfants, un boulot etc...

Croire posséder sa femme et ses enfants, c'est être un mauvais mari et un mauvais père.
Ne pas croire les posséder, c'est juste essayer d'être un bon mari ou un bon père.

De même, notre poste au boulot ne nous appartient pas. Nos dossiers non plus.
Inutile de saboter le travail parce que untel va prendre notre place.
L'absence d'attachement permet de donner le meilleur de nous-mêmes.

C'est comme ça que je vois le non-attachement : une liberté dans l'agir qui conduit au non-agir, à l'action juste et désintéressée. L'action qui se présente d'elle même comme une évidence pour rester en harmonie.

Dans le non-agir, les motivations égotiques s'évanouissent.
Et si tu prenais une semaine de vacances avec ta femme dans un pays bouddhiste ? Genre les enfants en colo et hop ! papa et maman sur les traces de siddhartha ?

________________________________________
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit
jlb73
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 66
Localisation: Seine St Denis

MessagePosté le: Sam 27 Juin 2015 - 12:07    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

Pour ma part, tant pis l'éveil sera pour plus tard Smile

Pour l'instant, j'ai des enfants à lancer dans la vie active, ma mère âgée avec une maison de retraite surement à prévoir en terme de budget. Donc j'ai besoin d'argent donc de travailler.

Je ne peux pas être moine et dire à ma sœur débrouille toi avec Maman et à ma femme débrouille toi avec les enfants.

J'ai découvert le bouddhisme à 41 ans en étant marié avec enfants, c'est comme cela.

Par contre, je réfléchis sérieusement par la suite quand les enfants seront grands, femme et mère décédées pour être moine. Mais rien ne me dit que je serai le dernier survivant Smile

Posséder femme et enfants, cela a failli couter ma famille... Je peux affirmer que le bouddhisme a sauvé mon couple, ma famille.

Ma famille athée est justement respectueuse de ce choix d'avoir suivi la voie du Milieu. Pour eux, il voit bien le AVANT d'APRES mon choix spirituel...

Je rejoins toujours autant TED dans tous ses propos. TED, nous sommes vraiment sur la même longueur d'onde. TED, juste pour savoir, tu es bouddhiste depuis longtemps ?
Visiter le site web du posteur
guelek dorje
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2015
Messages: 141
Localisation: Chartres

MessagePosté le: Sam 27 Juin 2015 - 12:24    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

jlb73 a écrit:
Pour ma part, tant pis l'éveil sera pour plus tard Smile

Pour l'instant, j'ai des enfants à lancer dans la vie active, ma mère âgée avec une maison de retraite surement à prévoir en terme de budget. Donc j'ai besoin d'argent donc de travailler.

Je ne peux pas être moine et dire à ma sœur débrouille toi avec Maman et à ma femme débrouille toi avec les enfants.

J'ai découvert le bouddhisme à 41 ans en étant marié avec enfants, c'est comme cela.

Par contre, je réfléchis sérieusement par la suite quand les enfants seront grands, femme et mère décédées pour être moine. Mais rien ne me dit que je serai le dernier survivant Smile

Posséder femme et enfants, cela a failli couter ma famille... Je peux affirmer que le bouddhisme a sauvé mon couple, ma famille.

Ma famille athée est justement respectueuse de ce choix d'avoir suivi la voie du Milieu. Pour eux, il voit bien le AVANT d'APRES mon choix spirituel...

Je rejoins toujours autant TED dans tous ses propos. TED, nous sommes vraiment sur la même longueur d'onde. TED, juste pour savoir, tu es bouddhiste depuis longtemps ?


Bonjour,

Je suis père de trois enfants. J'ai pris des vœux importants TOUT en ayant ces trois enfants. J'ai 62 ans.
Leur mère est aussi bouddhiste, a pris des vœux encore plus importants que les miens.
Nous avons tout deux des parents très agés. Des petits enfants aussi.
Tous respectent notre chemin.

Tout est question de motivation, de priorité.

Certains d'entre nous auront plus de difficultés sur le chemin que d'autres. C'est évident. Nous trainons tous des batteries de casseroles.
D'où l'importance d'avoir un ami de bien à qui en parler.
Mais cet ami de bien ne fera pas le chemin pour nous. Ca aussi c'est une évidence.

A toutes/tous, excellentes pratiques.



Guelek
________________________________________
भवतु सर्व मङ्गलम् ।।
http://samtenguelek.blogspot.fr/
Les membres suivants remercient guelek dorje pour ce message :
Serge Z. (27/06/15)
Dimis
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2014
Messages: 148
Localisation: essone

MessagePosté le: Sam 27 Juin 2015 - 13:21    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement ! Répondre en citant

Dans l'hindouisme il y a une coutume ou le père de famille doit fonder son foyer avec femme et enfants.
Une fois que les enfants peuvent s'assumer eux même et voler de leurs propres ailles, le père quitte le foyer et renonce à la vie mondaine.

Il est certain que nos attachements constituent notre condition de vie actuelle et participent à la construction de nos illusions. C'est parce que nous avons des désirs que notre vie est ainsi.

C'est ce que nous pouvons appeler les plaisirs mondains ! Cependant il faut faire attention de ne pas tomber dans le désir inverse qui est la mortification.
Les pratiques strictes et austères sont aussi néfastes que les plaisirs mondains.
La voie du milieu c'est marcher sur un fil de rasoir ne tomber dans aucune vue fausse. Ne pas manger pour le plaisir ne veut pas dire ne pas manger, ne pas choisir un abri agréable ne veut pas dire ne pas s'abriter, ne pas chercher la reconnaissance ne veut pas dire rejeter les autres, ne pas s'habiller pour l'apparence ne veut pas dire ne pas se protéger du froid.

Il est nécessaire de garantir le bon fonctionnement du corps pour trouver la réalisation. Mais tous ce passe dans l'esprit, il ne faut pas faire fonctionner le corps pour le corps mais faire fonctionner le corps pour la réalisation. C'est complétement différent l'un nourrit l'attachement et l'autre l'efface. Le positionnement de l'esprit est sans doute le plus important.
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:41    Sujet du message: Difficile de suivre la voie sans renoncement !

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com