Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
L’indéniable vue de la grande perfection

 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Mahamoudra / Dzogchen
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 224

MessagePosté le: Mar 17 Mai 2016 - 11:15    Sujet du message: L’indéniable vue de la grande perfection Répondre en citant

Un chant pour introduire l’indéniable vue de la grande perfection
par
Khenpo Gangshar


En posant ma tête aux pieds du roi du dharma, je rends hommage : bénissez-moi afin que je puisse voir la luminosité naturelle.

Hé, vous, grandement fortunés !

Asseyez-vous sans bouger,
Comme un piquet de tente fixé dans un sol dur !

Contemplez, les yeux ni ouverts ni fermés,
Comme les yeux d’une déité dans une fresque !

Et laissez votre esprit se calmer, sans contrainte et détendu,
Comme une couverture en laine étalée sur le sol …

Dans ces instants, alors que vous vous détendez dans la parfaite chatoyance de l’espace au-delà de la pensée, comparable à un ciel sans nuage, vous expérimenterez la lucidité désentravée, tel un cristal immaculé.

Ce n’est rien d’autre que la vision de l’ultime, la lumineuse grande perfection.
En se détendant, stabilisé, à l’intérieur de la pure luminosité, parfaitement clair comme le ciel, l’insipidité et l’agitation sont naturellement inexistantes et n’apparaissent pas à nouveau – une méditation non conceptuelle, brillamment claire et immaculée. Quand la pensée apparaît, bonne ou mauvaise, elle est reconnue pour ce qu’elle est et ne dérangera pas. Concentrez-vous sur cette méthode et découvrez votre nature véritable ; sans efforts, elle apparaît en se détendant dans l’étendue, et les pensées sont pacifiées là où elles se trouvent.

Lorsque vous êtes capable de pratiquer pendant de longues cessions, cela peut, par exemple, ressembler à la boue d’une eau agitée qui finit par se déposer – l’inhérente lucidité de l’eau devient plus claire. De même, quand d’innombrables apparitions surgissent et sont réalisées comme étant des reflets, elles rendent la clarté naturelle de l’esprit, lui-même, encore plus claire. En retour, cela conduit à l’apparition spontanée de différentes qualités, telles que différentes sortes de clairvoyance, etc.

S’il se faisait que le grand maître d’Oddiyana apparaisse devant vous, il n’aurait rien d’autre de plus important à dire que cela sur la vue de la grande perfection.

Si Longchen Rabjam apparaissait devant vous, il n’aurait rien de plus important à vous enseigner sur la pratique consistant à prendre les pensées pour voie.

Même si les vingt-cinq disciples, glorifiés, apparaissaient devant vous, ils n’auraient rien de plus important à dire sur cette pratique.

Quant à moi, un yogi, c’est ma pratique, et je n’ai pas de plus importante instruction de méditation à vous offrir.

Vous pouvez analyser méticuleusement, mais lorsque le vent souffle il disperse naturellement les nuages et le ciel peut être vu. Attachez-vous à voir la clarté vide, l’esprit lui-même, de la même façon – il n’y a rien de plus grand que cette compréhension. Si vous ne remuez pas la vase, l’eau restera claire ; de la sorte, n’analysez pas. Soyez au repos, simplement, sans stratagème, et vous en viendrez à voir la vacuité de l’esprit lui-même. A part cela, il n’y a rien de supérieur à voir !

Il existe de nombreuses vues, mais celle de la vacuité de l’esprit lui-même, dépourvue de toutes les captations, est indéniablement la vue de la grande perfection. Quand, pour les yogis de cette méthode, la mort arrive, ils sont capables de se saisir de la lumière claire de la mort.

En entendre parler est bénéfique, mais je prie pour que la véritable expérience de la claire lumière devienne indéniable.

Écrit par le vieil ignorant, Gangshar Wangpo. Puisse cela avoir un sens !


Traduit en anglais par Sean Price, 2015, pour Lotsawa House
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Publicité






MessagePosté le: Mar 17 Mai 2016 - 11:15    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Mahamoudra / Dzogchen Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com