Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
du Mahamudra
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Mahamoudra / Dzogchen
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
_bodhi
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 518
Localisation: samsara

MessagePosté le: Sam 10 Déc 2016 - 17:09    Sujet du message: du Mahamudra Répondre en citant

Deulma lhamo a écrit:
_bodhi a écrit:
L'objectif est de mettre fin à la vision dualiste : pas de manifestation vue comme extérieure mais aussi pas de sujet vu comme intérieur. Quand je médite sur cette strophe, il n'y a plus ni l'un ni l'autre pendant quelques instants plutôt brefs, répétés, mais seulement une intelligence-expérience, et aucun esprit-entité. Cela ressemble plutôt à une fonctionnalité sans essence, avec le vide comme toile de fond, ni fini, ni infini. Mais c'est encore assez flou je l'avoue.

Qu'en pensez-vous ?


"Cela ressemble plutôt à une fonctionnalité"
Ce terme me chiffonne! Tu parles d'intelligence -'expérience . Je pense plutôt à la conscience perceptive primordiale très subtile qui (regarde) ce vide -miroir dans ce qu'il projette.
Cette analyse est seulement l'expérience que j'ai pu observé. Elle n'engage que moi.


Oui, fonctionnalité est un terme qui devrait être réservé au conventionnel. Intelligence-expérience dénuée d'essence propre, c'est suffisant. Dénuée d'essence propre, on le constate en observant cette intelligence-expérience (auto-connaissance) : il n'existe rien à l'oeuvre derrière; tout est là, sans besoin de rien d'autre.

Citation:
Les êtres qu'effraie cette doctrine qui refuse tout
Apprécient les supports,
Sans pouvoir aller au-delà de l'existence et de l'inexistence:
Ces ignorants courent à leur ruine.

Le Collier de joyaux


Citation:
Sachez que, hors l'esprit, rien n'existe
Et que l'esprit lui-même n'existe pas.
Sages, comprenez cette double irréalité
Et reposez-vous dans la dimension absolue de la non-dualité.

L'Ornement des sutras


Citation:
La réalité extérieure n'est ni existante ni inexistante;
L'esprit, de même, est totalement insaisissable.
Échapper à tout point de vue:
Telle est la marque du sans-naissance.

Sutra de l'Entrée à Lanka

________________________________________
Dans la vacuité, chaque chose dépend de toutes choses, et dans toutes choses il y a l’esprit.
Publicité






MessagePosté le: Sam 10 Déc 2016 - 17:09    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
_bodhi
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 518
Localisation: samsara

MessagePosté le: Lun 12 Déc 2016 - 21:00    Sujet du message: du Mahamudra Répondre en citant

Citation:
Au Tibet, et en particulier dans la lignée Kagyu, la méditation du Mahamudra fût pratiquée dès le XIè siècle, lorsque Marpa la rapporta d’Inde après l’avoir reçue de ses maîtres principaux, Naropa (1016-1100) et Maitripa (1012-1097), qui eux-mêmes la tenaient des célèbres mahasiddhas Tilopa, Saraha, Savari et Nagarjuna. Dans les tantras indiens, le Mahamudra représente donc le plus haut niveau de réalisation accessible par l’initiation et les exercices yogiques. Pour sa part, Gampopa propagea au Tibet une méthode ouverte et épurée qui reposait sur les sutras et ne nécessitait aucune initiation tantrique. Il ouvrit ainsi le Mahamudra à tous les pratiquants du Grand Véhicule, non seulement aux débutants mais aussi aux religieux auxquels les vœux monastiques interdisaient de pratiquer les plus hauts tantras. Ce Mahamudra, propre à la tradition kagyupa, offre néanmoins, comme les tantras, une voie rapide vers l’Eveil, tout en respectant les règles de conduite monastique et les enseignements fondamentaux des sutras, notamment ceux de la Connaissance transcendante. Au plan philosophique, cette méditation ne se démarque donc pas de la vue particulière de la Voie médiane. Dans le Roi des recueillements, le Bouddha prophétise Gampopa comme le principal propagateur des enseignements de ce sutra. Goeu Lotsawa Sheunou Pal le souligne :

Dakpo Rinpoché [Gampopa] permit aux débutants qui n’avaient pas reçu d’initiation de comprendre le Mahamudra, le système de la Connaissance transcendante.

On a ainsi donné aux instructions de Gampopa le nom de « Mahamudra des sutras ». Cette méthode est ainsi l’union des sutras et des tantras car elle utilise à la fois la méditation analytique des érudits (approche progressive) et le placement méditatif des anachorètes (approche immédiate), la Connaissance qui comprend la réalité avec certitude et la sagesse primordiale se connaissant elle-même, qui perçoit directement la nature de l’esprit.


Christian Charrier, Extrait de l’introduction du traducteur, Rayons de lune, Dakpo Tashi Namgyal
http://www.tsadra.org/christian-charrier.html

________________________________________
Dans la vacuité, chaque chose dépend de toutes choses, et dans toutes choses il y a l’esprit.
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 382

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2016 - 10:29    Sujet du message: du Mahamudra Répondre en citant

Soutra Mahamoudra ... par opposition à Ganges Mahamoudra, la réalisation directe plus proche du dzogchen.
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
_bodhi
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 518
Localisation: samsara

MessagePosté le: Lun 23 Jan 2017 - 18:29    Sujet du message: du Mahamudra Répondre en citant

ted a écrit:
LES VOEUX DU MAHAMUDRA

RANGJOUNG RIGPE DORDGE


Namo Gourou
Lamas, Yidam, Divinités du mandala
Vainqueurs et vos fils des dix directions et des trois temps
pensez à moi avec amour.
Accordez moi votre bénédiction pour que ces souhaits se
réalisent.

Le mérite accumulé par mes bonnes actions, du
corps, de la parole et de l'esprit, ajouté à celui de
tous les êtres, est semblable à la montagne neigeuse.
Puissent les torrents de vertu, immaculés des
souillures des trois cercles : sujet, action, objet, en
liberté, couler jusqu'à l'océan des quatre corps de la
Bouddhéité.

Jusqu'à ce que je réalise les quatre corps de Bouddha,
Puissé-je ne jamais entendre tout au long de mes vies les
mots négativité et souffrance.
Puissé-je m'immerger dans les vertus et les béatitudes de
l'océan du Dharma.

Dans la suprême existence humaine, libre et qualifiée,
ayant confiance, énergie et intelligence, conseillé, inspiré
par un excellent maître spirituel de qui j'obtiens les
instructions clefs et les bénédictions, sans rencontrer
d'obstacle à leur pure pratique,
Puissé-je, durant toutes mes existences, jouir du suprême
Dharma.

La sagesse de la lecture et de l'écoute libère du voile de la
confusion.
La sagesse analytique dissipe l'obscurité des doutes.
Par la clarté de la sagesse de méditation, je retourne à
l'état fondamental.
Puissé-je développer la luminosité de ces trois sagesses.

Le sens fondamental est au-delà des vues éternalistes ou
nihilistes .
Le chemin suprême est l'accumulation de mérite et de
sagesse au-delà de l’être et du non-être.
Le fruit est les deux bénéfices transcendant le devenir du
samsara et la quiétude du nirvana.
Puissé-je rencontrer ces enseignements parfaits dans mes
vies futures.

La base de purification est l'esprit, union de la vacuité et
de la clarté.
Mahamoudra, la pratique du diamant, est le purificateur.
Les purifiés sont les confusions et les souillures sans
existence inhérente.
Puissé-je réaliser le Dharmakaya, le fruit d'être purifié.

Ne rien ajouter ou soustraire à la nature de l'esprit est
avec certitude la vue juste.
Etre conscient de ce point, s'y maintenir sans distraction
est le principe essentiel de la méditation .
Fortifier la méditation en toutes circonstances est l'action
suprême.
Puissé-je acquérir la stabilité de la vue, de la méditation
et de l'action.

Tous les phénomènes sont une projection de l'esprit.
Quant à l'esprit, il n'y a pas d'esprit, il est vide d'essence.
Les apparences, quelles qu'elles soient, sont vides et sans
Limites.
Puissé-je par un examen parfait en trancher la racine.

Dans notre ignorance, nous sommes fascinés par le faux
semblant de réalité du moi et de l’autonomie des
phénomènes.
A cause de cette saisie dualiste, les êtres errent sans fin
Dans le samsara.
Puissé-je déraciner l'ignorance primordiale, germe de
l'enchaînement karmique et de l'existence cyclique.

L'esprit n'est pas existant : les Bouddhas eux-mêmes ne le
voient pas.
Il n'est pas inexistant : il est le fondement universel du
samsara et du nirvana.
Il n'est pas l'amalgame de contraires, mais l'union
transcendante.
Puissé-je, au-delà de toute représentation extrême
Réaliser le cela même de l'esprit.

Personne ne peut décrire cela en disant « c’est ceci ».
Personne ne peut nier cela en disant « ce n’est pas ceci ».
La nature de l’esprit
Qui transcende le royaume de l’intellect, est inconditionnée.
Puisse le sens de la vue juste devenir certain.

Si on ne réalise pas cela, on erre dans l’océan du samsara.
Si on le réalise, la bouddhéité n’est pas ailleurs.
Tout est cela, il n’y a rien qui ne le soit pas.
Puissé-je connaître la base cachée de tous les phénomènes.

La manifestation est l’esprit.
La vacuité est l’esprit.
La réalisation est l’esprit.
L’aveuglement est l’esprit.
La production et la cessation des choses sont aussi de la
Nature de l’esprit.
Puissé-je comprendre que tout cela et chaque chose sont de
La substance de l’esprit.

Non taché par la pratique avec intention ou avec effort,
Sans être troublé par le vent des distractions ordinaires,
sans agir, laissant l'esprit "tel quel" en l'état naturel,
spontané et non fabriqué, telle est la pratique essentielle de
l'esprit.
Puissé-je bien reconnaître et maintenir la pratique de
la nature de l’esprit.

Grossières ou subtiles, claires ou sombres,
les vagues des pensées s’apaisent d’elles-mêmes.
Sans agitation, le cours de l'esprit, de lui même, arrive au
Repos de l’état naturel
Non pollué par l'opacité de la conceptualisation, de la
Torpeur et des obscurcissements.
Puissé-je atteindre la stabilité dans le calme océan de
Samatha.

Observant encore et encore l'esprit inobservable, la vision
profonde perçoit la réalité invisible.
Les doutes sont éliminés sur l’existence ou la non-existence
de la réalité.
Puissé-je, libéré de l'illusion, reconnaître ma propre
nature.

Observant les objets, je ne trouve que l’esprit.
Observant l'esprit, je ne trouve que le vide.
Observant les deux, la saisie dualiste d'elle même se
dissout.
Puissé-je je réaliser la claire lumière, ultime état de l'esprit.

Parce que cela transcende l'intellect, il est appelé
"Le Grand Symbole".
Parce que cela libère des extrêmes, il est appelé
"La Grande Voie du Milieu".
Parce que cela englobe tout, il est appelé
"La Grande Perfection".
Puissé-je obtenir l'assurance qui, en en connaissant un,
les réalise tous.

Par l'absence d'attachement, la conscience primordiale de
béatitude et de vacuité se révèle continuellement.
N'ayant aucune forme à laquelle s'attacher, la claire
lumière chasse les obstacles et les ombres.
Puissé-je être constamment cette éclosion du lâcher prise
et de l'auto libération qui est naturelle, spontanée, sans
effort et ininterrompue au-delà de la pensée et se soutenant
elle même.

L'attachement aux bonnes expériences de lui-même se
dissout.
Les pensées négatives et les aveuglements se purifient d'eux
mêmes dans l'espace de leur propre nature.
Dans l'esprit ordinaire, il n'y a ni perte, ni gain, ni désir,
ni répulsion.
Puisse, au-delà de toute référence et fabrication mentale,
la vérité du cela même être réalisée.

Ne sachant pas que leur nature est identique à celle du
Bouddha, les êtres errent sans fin dans le samsara.
Pour ces êtres qui endurent d'infinies souffrances, puisse
naître en moi une irrépressible compassion.

La dynamique de cette irrépressible compassion est sans
entrave. Juste au moment où cet amour compassionné
apparaît, la grande vacuité émerge éclatante dans sa
nudité.
Leur union est la voie suprême et directe.
Puissé-je constamment la méditer et la cultiver jour et
Nuit sans interruption.[/b]

Puissé-je par la clairvoyance et les supra-connaissances
acquises par la méditation, conduire les êtres à maturité et,
par la purification, rendre manifestes les terres de
Bouddha,
Puissé-je réaliser les souhaits de réalisation des qualités
de Bouddha,
Puissé-je, au terme de l'achèvement, de la maturation et
de la purification, réaliser l'état de Bouddha.

Par la compassion des vainqueurs des dix directions et de
leur fils,
Par le pouvoir de toutes les vertus positives qui existent,
Puissent les purs souhaits de moi-même et de tous les
êtres, se réaliser tels qu’ils ont été exprimés.


* * *

________________________________________
Dans la vacuité, chaque chose dépend de toutes choses, et dans toutes choses il y a l’esprit.
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:23    Sujet du message: du Mahamudra

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Mahamoudra / Dzogchen Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com