Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
Nature relative, Nature ultime

 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
_bodhi
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 498
Localisation: samsara

MessagePosté le: Jeu 22 Sep 2016 - 19:57    Sujet du message: Nature relative, Nature ultime Répondre en citant

Citation:
Selon l'école Vaibhasika, lorsque l'univers entre dans la phase de destruction, tous les phénomènes composés sont anéantis. En revanche, les particules primordiales insécables sont dispersées dans l'espace ou elles demeurent en suspension. Sous l'effet du karma des êtres, un vent se lève et les particules s'assemblent de nouveau pour donner forme à un autre univers.

Ce qui se produit dans l'univers, se produit dans le corps et dans l'esprit .Dans le corps, tout est est instable et transitoire. Dans l'esprit, les pensées vont et viennent. Ces aspects impermanents relève de la réalité relative.

En revanche, les particules matérielles indivisibles et les moments atomiques de conscience qui demeurent constituent la réalité ultime des apparences.

source : Méditations sur la vacuité, niveau Hinayana, voie des Sravakas - Université Rimay-Nalanda


A notre niveau nous n'avons jamais vu ou toucher d'atomes, et même, nous savons aujourd'hui que les atomes sont composés. Donc tous les phénomènes physiques directement perçus par les sens sont du domaine du relatif, pas du domaine ultime, d’après l'école Vaibhasika.

Le temps de Planck est la plus petite unité de temps mesurable; elle vaut environ 10-43 s, soit 0,0000000000000000000000000000000000000000001 seconde (https://fr.wikipedia.org/wiki/Temps_de_Planck). Cela signifie que si une pensée durait 10-43 s, en une seule seconde nous pourrions avoir 10^43 pensées, soit 10000000000000000000000000000000000000000000 pensées. Ce n'est évidemment pas réaliste. Donc nos pensées sont du domaine du relatif, c’est-à-dire pas du domaine ultime, d’après l'école Vaibhasika.

Nous n’avons pas trop à nous préoccuper de ce domaine relatif, en avoir peur ou être trop attiré par lui, parce qu’il n’a pas d’existence réelle. Par exemple nous pouvons être effrayés par certaines pensées. Nous ne devrions pas, parce que ces pensées sont du domaine du relatif ; elles n’ont pas d’existence absolue ou ultime. Pareil pour les personnes qui nous effraient ou nous attirent qui sont du domaine du relatif. C'est comme si l'on essayait de saisir de l'eau avec la main; cela nous coule entre les doigts.
________________________________________
Dans la vacuité, chaque chose dépend de toutes choses, et dans toutes choses il y a l’esprit.
Publicité






MessagePosté le: Jeu 22 Sep 2016 - 19:57    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Deulma lhamo
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2015
Messages: 79
Localisation: Ajaccio

MessagePosté le: Ven 23 Sep 2016 - 10:40    Sujet du message: Nature relative, Nature ultime Répondre en citant

Nous sommes à l'ère de la physique quantique. De grandes questions sont posées qui sans abandonner les enseignements des anciens nous projettent aussi au niveau ultime de la conscience. La physique quantique décrit le monde de l'infiniment petit. Les physiciens explorent les niveaux subtils de la matière et du mentale . Je cite "Nous devons rajouter dorénavant l'existence et l'influence d'un champ informationnel de conscience au niveau quantique qui forme non seulement notre champ de pensée mais un champ universel de pensée." Voir les recherches de Jill Bolte Taylor. neuro- atomiste. (Publier par Didier Dancy .Comprendre le sens de notre vie.).
je nous croit pas éloigner des grandes questions sur le relatif et l'ultime quand nous réfléchissons au niveau de théories avancées par des astro- physiciens. Neutral
Il y a une phrase qui est citée dans ce cours extrait de ' Physique Quantique et Conscience.) Je cite"Xavier Emmanueli "Au Fond De L'Energie Il Y A De L'Information Organisée , Au Fond De L'Information Il Y A La Conscience"
________________________________________
Le pur état de l'illumination est notre propre esprit.
_bodhi
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 498
Localisation: samsara

MessagePosté le: Ven 23 Sep 2016 - 14:56    Sujet du message: Nature relative, Nature ultime Répondre en citant

Question
Le concept d'énergie en science est-il une ou l'expression physique, matérielle, de l'interdépendance bouddhiste, c'est-à-dire ce qui relie les phénomènes (relatifs) entre eux ?

Khenpo Tsultrim Gyamtso Rinpoché a écrit:

Un jour, un scientifique m'a expliqué comment fonctionne l'énergie atomique. Il m'a dit qu'elle se libère lorsque vous amenez les particules à leur plus haut niveau de subtilité et que vous rompez le lien qui les unit. C'est de la rupture de ce lien que provient cette énorme énergie, l'énergie atomique. C'est sans doute quelque chose qui vous est connu et cela semble aussi cadrer avec notre compréhension habituelle du monde, car lorsque les liens les plus forts se brisent, il en résulte la plus grande opposition, et l'énergie qui s'en dégage est des plus intenses.

Chez les gens, il semble bien que lorsqu'un sentiment de lien disparaît, il laisse la place à un sentiment de contradiction, d'opposition. Et lorsque des pensées de désaccord disparaissent, des pensées de conciliation leur succèdent. Voilà encore une autre façon de considérer ces théories qui nous permet de dire qu'elles font sens.


Les deux réalités, format poche page 31, aux éditions Kunchab+, 2009

________________________________________
Dans la vacuité, chaque chose dépend de toutes choses, et dans toutes choses il y a l’esprit.
Jinzû
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 148
Localisation: Côte d'Argent Sud

MessagePosté le: Sam 24 Sep 2016 - 09:01    Sujet du message: Nature relative, Nature ultime Répondre en citant

_bodhi a écrit:
Question
Le concept d'énergie en science est-il une ou l'expression physique, matérielle, de l'interdépendance bouddhiste, c'est-à-dire ce qui relie les phénomènes (relatifs) entre eux ?

Khenpo Tsultrim Gyamtso Rinpoché a écrit:

Un jour, un scientifique m'a expliqué comment fonctionne l'énergie atomique. Il m'a dit qu'elle se libère lorsque vous amenez les particules à leur plus haut niveau de subtilité et que vous rompez le lien qui les unit. C'est de la rupture de ce lien que provient cette énorme énergie, l'énergie atomique. C'est sans doute quelque chose qui vous est connu et cela semble aussi cadrer avec notre compréhension habituelle du monde, car lorsque les liens les plus forts se brisent, il en résulte la plus grande opposition, et l'énergie qui s'en dégage est des plus intenses.

Chez les gens, il semble bien que lorsqu'un sentiment de lien disparaît, il laisse la place à un sentiment de contradiction, d'opposition. Et lorsque des pensées de désaccord disparaissent, des pensées de conciliation leur succèdent. Voilà encore une autre façon de considérer ces théories qui nous permet de dire qu'elles font sens.


Les deux réalités, format poche page 31, aux éditions Kunchab+, 2009



<<
Comme l'a expliqué Matthieu Ricard, il ne s'agit en aucune façon de nier l'efficacité pratique des concepts d'énergie ou de particules élémentaires dans le domaine scientifique. Ce n'est pas du tout là la question. Il est à noter, que depuis la Relativité restreinte où Einstein a prouvé l'équivalence de la masse et de l'énergie, c'est exactement l'énergie qui joue le rôle en physique moderne de ce qui est appelé matière ici (tous les objets matériels sont des formes de l'énergie).

Mais il s'agit de savoir ce qu'est exactement l'énergie et les particules et de voir s'il y a bien là quelque chose que l'on peut vraiment comprendre et saisir.
Comme la matière a été posée comme l'autre de la conscience et de l'esprit, il n'est pas étonnant qu'au final on ne puisse rien en dire du point de vue intellectuel qui est justement le point de vue de l'esprit. Il s'agit seulement d'une notion qui a été posée par parti pris métaphysique: on suppose qu'il y a un autre de la conscience et on pose que l' autrede la conscience et la conscience elle-même sont ultimement séparés.
Mais pour les bouddhistes du Cittamātra, indépendamment de toutes applications pratiques, c'est notion est inutile et incohérente.

Tous les bouddhistes du Mahayana nient la séparation ultime de la conscience et de cet autre de la conscience. Le Cittamātra nie, en plus, cette séparation sur le plan relatif.
>>
https://fr.wikipedia.org/wiki/Chittamatra#cite_ref-25
________________________________________
dite, "paranoïaque" par un groupe de tartuffes virtuels adeptes du Shingon, du Zen et de Mettā ...

" Ne juge pas de l'immensité du ciel bleu à travers une paille."
" Les meilleurs enseignants sont ceux qui vous disent où regarder, mais ne vous disent pas ce qu'il faut voir."
Visiter le site web du posteur
_bodhi
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 498
Localisation: samsara

MessagePosté le: Sam 24 Sep 2016 - 10:02    Sujet du message: Nature relative, Nature ultime Répondre en citant

Que ce soient les physiciens ou les bouddhistes, les deux essaient de regarder ce qui se cache derrière les apparences, surtout physiques pour les physiciens, physiques et mentales pour les bouddhistes.
Energie et matière sont une. Au premier temps du Big Bang, tout est énergie ; tout est sous forme d’énergie, la matière n’existe pas. Tous les phénomènes matériels (c'est-à-dire aussi mentaux pour les adeptes du tout matière) aujourd’hui ont pour origine cette énergie fondamentale, pure énergie. Bien sûr cette vue est conceptualisée par les physiciens. On y retrouve cette idée d’unité de tous les phénomènes pour les partisans de la non-dualité.
Mais maintenant qu'on a dit que tout était énergie, reste à questionner : "Qu'est-ce que l'énergie ?" On pourra dire que tout ce qui est du fondamental ne se définit pas. Circulez, il n'y a plus rien à voir.
________________________________________
Dans la vacuité, chaque chose dépend de toutes choses, et dans toutes choses il y a l’esprit.
Deulma lhamo
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2015
Messages: 79
Localisation: Ajaccio

MessagePosté le: Sam 24 Sep 2016 - 10:23    Sujet du message: Nature relative, Nature ultime Répondre en citant

_bodhi a écrit:
Question
Le concept d'énergie en science est-il une ou l'expression physique, matérielle, de l'interdépendance bouddhiste, c'est-à-dire ce qui relie les phénomènes (relatifs) entre eux ?

Khenpo Tsultrim Gyamtso Rinpoché a écrit:

Un jour, un scientifique m'a expliqué comment fonctionne l'énergie atomique. Il m'a dit qu'elle se libère lorsque vous amenez les particules à leur plus haut niveau de subtilité et que vous rompez le lien qui les unit. C'est de la rupture de ce lien que provient cette énorme énergie, l'énergie atomique. C'est sans doute quelque chose qui vous est connu et cela semble aussi cadrer avec notre compréhension habituelle du monde, car lorsque les liens les plus forts se brisent, il en résulte la plus grande opposition, et l'énergie qui s'en dégage est des plus intenses.

Chez les gens, il semble bien que lorsqu'un sentiment de lien disparaît, il laisse la place à un sentiment de contradiction, d'opposition. Et lorsque des pensées de désaccord disparaissent, des pensées de conciliation leur succèdent. Voilà encore une autre façon de considérer ces théories qui nous permet de dire qu'elles font sens.


Les deux réalités, format poche page 31, aux éditions Kunchab+, 2009


Il ne s'agit pas de l'interdépendance bouddhiste.. Les phénomènes sont cela qui provient de l'énergie atomique. Nous, l'être sommes cette énergie parce-qu'elle nous baigne. C'est l'énergie vitale, le qi , le prana. La matière est aussi de l'énergie.
Mais selon le mahayana Cittamatra rien que l'esprit. Tous les phénomènes sont de la nature de l'esprit Les phénomènes extérieurs n'existent pas..
Bon week end Very Happy
________________________________________
Le pur état de l'illumination est notre propre esprit.
Jinzû
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 148
Localisation: Côte d'Argent Sud

MessagePosté le: Sam 24 Sep 2016 - 12:08    Sujet du message: Nature relative, Nature ultime Répondre en citant

Deulma lhamo a écrit:
Nous, l'être sommes cette énergie parce-qu'elle nous baigne. C'est l'énergie vitale, le qi , le prana. La matière est aussi de l'énergie.
oui, le "Prâna" est en Inde, ce qu'est le Qi en Chine et le Ki au Japon (certains disent qu'il correspondrait au Saint-Esprit du christianisme ou Mâna de la Polynésie).
L'Atharva-Véda (voir aussi Tantras) parle de "Prâna" comme d'un lien avec le "Souffle vital".

_bodhi a écrit:
Que ce soient les physiciens ou les bouddhistes, les deux essaient de regarder ce qui se cache derrière les apparences, surtout physiques pour les physiciens, physiques et mentales pour les bouddhistes.
Energie et matière sont une.
(...)
Mais maintenant qu'on a dit que tout était énergie, reste à questionner : "Qu'est-ce que l'énergie ?" On pourra dire que tout ce qui est du fondamental ne se définit pas. Circulez, il n'y a plus rien à voir.

Le Canon pāli désigne trois corps de Gautama Bouddha:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Trikāya

Je trouve que l'on a tendance à mettre dans le mot "énergie" plein de choses très différentes comme on a tendance à le faire avec le mot "amour"; j'aime les frites, j'aime mon chat, j'aime l'odeur des roses, j'aime maman etc. tout est sûrement de "l'amour" mais avec des nuances de contextes qui changent en intensité (si on peut dire) et complètement le sens, et je pense qu'il en est de même pour le mot "énergie".
________________________________________
dite, "paranoïaque" par un groupe de tartuffes virtuels adeptes du Shingon, du Zen et de Mettā ...

" Ne juge pas de l'immensité du ciel bleu à travers une paille."
" Les meilleurs enseignants sont ceux qui vous disent où regarder, mais ne vous disent pas ce qu'il faut voir."
Visiter le site web du posteur
_bodhi
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 498
Localisation: samsara

MessagePosté le: Sam 24 Sep 2016 - 20:47    Sujet du message: Nature relative, Nature ultime Répondre en citant

Tenzin Wangyal Rinpoché a écrit:
Toute activité des états de veille et de sommeil a une base énergétique. Cette énergie vitale est nommée loung en tibétain, mais on la connaît mieux en Occident sous sa dénomination sanscrite de prana.
Yogas tibétains du rêve et du sommeil


La science associe énergie et travail :

Citation:
L'énergie est définie en physique comme la capacité d'un système à produire un travail, entraînant un mouvement ou produisant par exemple de la lumière, de la chaleur ou de l’électricité. C'est une grandeur physique qui caractérise l'état d'un système et qui est d'une manière globale conservée au cours des transformations.
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie


Une chose physique ne saurait exister sans base énergétique susceptible d'agir ou plutôt d'interagir.
________________________________________
Dans la vacuité, chaque chose dépend de toutes choses, et dans toutes choses il y a l’esprit.
Jinzû
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 148
Localisation: Côte d'Argent Sud

MessagePosté le: Mar 27 Sep 2016 - 23:41    Sujet du message: Nature relative, Nature ultime Répondre en citant

_bodhi a écrit:
Question
Le concept d'énergie en science est-il une ou l'expression physique, matérielle, de l'interdépendance bouddhiste, c'est-à-dire ce qui relie les phénomènes (relatifs) entre eux ?


Ikka no myoju : "L'Univers entier est une perle brillante"
Maître Gensha Shibi

-----------------------------------------------------------------------

http://hridayartha.blogspot.fr/2012/04/le-filet-dindra.html
(...) La dernière perspective est celle de la non-obstrcution entre les principes (C. shi shi wuai). C’est la conception particulière de l’interdepéndance (S. pratītyasamutpāda) de l’école Huayan/Avataṃsaka sūtra, où tous les phénomènes sont simultanément la cause et l’effet de tous les autres phénomènes.[6] Il ne s’agit pas d’une simple coproduction linéaire, qui est un enchainement de cause à effet, mais de multiples enchainements simultanés véritablement interdépendants. Non-obstruction (C. wuai T. thogs med) est aussi quelquefois traduite par interpénétration.
------------------------------------------------------------------------

http://www.lesmandalas.net/Asie/Le-filet-dIndra
'Très loin dans la demeure céleste du Grand Dieu Indra, se trouve un filet merveilleux,  accroché par des artisans ingénieux de telle sorte qu'il s'étend à l'infini dans toutes les directions. Conformément aux goûts prodigues des dieux, l'artisan a suspendu un joyau unique et étincelant à chaque noeud du filet et de même que le filet lui-même est infini en dimension, les joyaux sont infinis en nombre. Là, pendent les joyaux, étincelants comme des étoiles de première grandeur, une vision merveilleuse à percevoir.  Si maintenant nous sélectionnons arbitrairement l'un de ces joyaux pour l'examiner et l'observer avec attention, nous découvrirons que sur sa surface brillante se reflètent tous les autres joyaux de la toile, infinis en nombre. Et non seulement cela, mais chacun des joyaux réfléchi dans ce joyau singulier reflète également tous les autres de telle sorte que le processus de réflexion est infini."

Dans son livre « la vision profonde », Thich Nhat Hanh explicite cette métaphore en prenant l'exemple du corps humain.
Chaque organe est indispensable au bon fonctionnement de l'ensemble tout en ne pouvant vivre par lui-même. Il y a une interdépendance absolue entre toutes les parties du corps.
 « nous nous rendons compte que chaque organe dans le corps implique l’existence des autres. Ceci est appelé « l’interdépendance de toutes choses », ou « inter-être » dans le Soutra Avatamsaka. La cause et l’effet ne sont pas perçus comme linéaires, mais comme un filet, non pas composé de deux dimensions, mais plutôt d’un système de mailles innombrables entremêlées dans toutes les directions dans l’espace multidimensionnel. Non seulement les organes contiennent en eux-mêmes l’existence de tous les autres organes mais chaque cellule contient en elle-même toutes les autres cellules. Une est présente dans toutes et toutes sont dans chacune. Ceci est exprimé clairement dans le Soutra Avatamsaka : « L’un est dans tout, tout est dans l’un. »
(...) la présence d’une cellule implique celle de toutes les autres, parce qu’elles ne peuvent pas exister indépendamment, séparées les unes des autres. Un maÎtre zen vietnamien du XIIe siècle a dit un jour : « Si un grain de poussière n’existe pas, l’univers tout entier ne peut pas exister. » En observant un grain de poussière, un être éveillé voit l’univers.
(...) Quand nous comprenons profondément le principe de l’interdépendance, nous nous apercevons que ce sens de la séparation est erroné. Chaque objet est composé de et contient tous les autres.
 
Extrait de La Vision Profonde, De la pleine conscience a la contemplation Intérieure
Thich Nhat Hanh

Etonnamment, cette métaphore a trouvé un écho particulier dans la physique des particules. Le physicien Fritjof Capra a mis en évidence un parallèle entre les dernières recherches scientifiques et les traditions Indo-bouddhiques. Cette recherche est parue dans son premier livre, Tao de la Physique
le principe de  bootstrap , introduit en physique quantique par Geoffrey Chew et selon lequel chaque particule est ce qu'elle est parce que toutes les autres particules existent à la fois. Dans un certain sens, toute particule est faite de toutes les autres particules. »
________________________________________
dite, "paranoïaque" par un groupe de tartuffes virtuels adeptes du Shingon, du Zen et de Mettā ...

" Ne juge pas de l'immensité du ciel bleu à travers une paille."
" Les meilleurs enseignants sont ceux qui vous disent où regarder, mais ne vous disent pas ce qu'il faut voir."
Visiter le site web du posteur
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 220

MessagePosté le: Mer 28 Sep 2016 - 10:12    Sujet du message: Nature relative, Nature ultime Répondre en citant

_bodhi a écrit:
Question
Le concept d'énergie en science est-il une ou l'expression physique, matérielle, de l'interdépendance bouddhiste, c'est-à-dire ce qui relie les phénomènes (relatifs) entre eux ?


La conscience intrinsèque subtile (Phra-Mo), la lumière intérieure du rayonnement profond, est naturellement accomplie sans entrave. Ainsi elle se présente en tant que « base de surgissement » de toutes les apparitions. Néanmoins, son essence n’est pas apparente à l’extérieur avec les caractéristiques de lumières, formes ou couleurs. Dans la vaste étendue de l’essence, la pureté primordiale, sont présents le rayonnement primordial (Ye-gDangs) spontanément accompli, la lumière intérieure (Rang-A’od) de la clarté (gTing-gSal) subtile et profonde, et la sagesse primordiale. Ils ne sont pas sur les modes de l’un, différent ou séparé, mais sont présents en tant que clarté suprême, sphère du précieux accomplissement spontané (Lhun-Grub Rin-Po-Ch’e’i sBubs), champ du « corps du vase de jouvence » et en tant que nature de l’essence, nature et compassion. Comme son essence est vacuité, elle n’existe pas en tant que chose ou caractéristique. Comme sa nature est clarté, elle n’a jamais abandonné la nature intrinsèque des apparitions du rayonnement primordial. Puisque sa compassion [énergie] est la conscience intrinsèque, elle est présente en tant que base incessante d’apparition du savoir (mKhyen-Pa) comme sagesse primordiale.
- Pema Ledrel Tsal -

Dans la sphère ultime primordiale, le « corps du vase de jouvence » est présent comme essence en tant que corps de bouddha, comme nature en tant que parole et comme compassion en tant qu’esprit. Par l’émergence extérieure du rayonnement des cinq énergies, l’énergie vitale et ses quatre branches, qui résident au cœur (sNying-Po) de la conscience intrinsèque, brisent l’enveloppe du « corps du vase de jouvence ». Ensuite, du rayonnement de l’accomplissement spontané surgissent les apparitions des cinq lumières. Simultanément le rayonnement de la compassion, la conscience intrinsèque, surgit en tant que connaissance qui analyse les modes (des apparitions). A ce point, le simple fait de ne pas réaliser l’essence intrinsèque (de la connaissance et des apparitions) fonctionne comme ce qui est communément appelé la non-illumination (Ma-Rig-Pa) (qui est établie) en regard de l’illumination.
- Longchen Rabjam -
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
_bodhi
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 498
Localisation: samsara

MessagePosté le: Mer 28 Sep 2016 - 15:41    Sujet du message: Nature relative, Nature ultime Répondre en citant

fonzie a écrit:
Etonnamment, cette métaphore a trouvé un écho particulier dans la physique des particules. Le physicien Fritjof Capra a mis en évidence un parallèle entre les dernières recherches scientifiques et les traditions Indo-bouddhiques. Cette recherche est parue dans son premier livre, Tao de la Physique
le principe de  bootstrap , introduit en physique quantique par Geoffrey Chew et selon lequel chaque particule est ce qu'elle est parce que toutes les autres particules existent à la fois. Dans un certain sens, toute particule est faite de toutes les autres particules. »


L'interdépendance est vraiment présente à tous les niveaux. Les particules elles-mêmes, c'est-à-dire vues comme isolées par la pensée n'y échappent pas. Elles viennent toutes de l'énergie primordiale "consécutive" au Big Bang.
A prendre d'un point de vu purement physique... Smile

Serge Z. a écrit:
_bodhi a écrit:
Question
Le concept d'énergie en science est-il une ou l'expression physique, matérielle, de l'interdépendance bouddhiste, c'est-à-dire ce qui relie les phénomènes (relatifs) entre eux ?


La conscience intrinsèque subtile (Phra-Mo), la lumière intérieure du rayonnement profond, est naturellement accomplie sans entrave. Ainsi elle se présente en tant que « base de surgissement » de toutes les apparitions. Néanmoins, son essence n’est pas apparente à l’extérieur avec les caractéristiques de lumières, formes ou couleurs. Dans la vaste étendue de l’essence, la pureté primordiale, sont présents le rayonnement primordial (Ye-gDangs) spontanément accompli, la lumière intérieure (Rang-A’od) de la clarté (gTing-gSal) subtile et profonde, et la sagesse primordiale. Ils ne sont pas sur les modes de l’un, différent ou séparé, mais sont présents en tant que clarté suprême, sphère du précieux accomplissement spontané (Lhun-Grub Rin-Po-Ch’e’i sBubs), champ du « corps du vase de jouvence » et en tant que nature de l’essence, nature et compassion. Comme son essence est vacuité, elle n’existe pas en tant que chose ou caractéristique. Comme sa nature est clarté, elle n’a jamais abandonné la nature intrinsèque des apparitions du rayonnement primordial. Puisque sa compassion [énergie] est la conscience intrinsèque, elle est présente en tant que base incessante d’apparition du savoir (mKhyen-Pa) comme sagesse primordiale.
- Pema Ledrel Tsal -

Dans la sphère ultime primordiale, le « corps du vase de jouvence » est présent comme essence en tant que corps de bouddha, comme nature en tant que parole et comme compassion en tant qu’esprit. Par l’émergence extérieure du rayonnement des cinq énergies, l’énergie vitale et ses quatre branches, qui résident au cœur (sNying-Po) de la conscience intrinsèque, brisent l’enveloppe du « corps du vase de jouvence ». Ensuite, du rayonnement de l’accomplissement spontané surgissent les apparitions des cinq lumières. Simultanément le rayonnement de la compassion, la conscience intrinsèque, surgit en tant que connaissance qui analyse les modes (des apparitions). A ce point, le simple fait de ne pas réaliser l’essence intrinsèque (de la connaissance et des apparitions) fonctionne comme ce qui est communément appelé la non-illumination (Ma-Rig-Pa) (qui est établie) en regard de l’illumination.
- Longchen Rabjam -


Il n'existe pas une illustration graphique de ce commentaire ? Ça m'aiderait beaucoup... Rolling Eyes
________________________________________
Dans la vacuité, chaque chose dépend de toutes choses, et dans toutes choses il y a l’esprit.
Hyrcan
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2013
Messages: 214
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 29 Sep 2016 - 04:32    Sujet du message: Nature relative, Nature ultime Répondre en citant

_bodhi a écrit:
Que ce soient les physiciens ou les bouddhistes, les deux essaient de regarder ce qui se cache derrière les apparences, surtout physiques pour les physiciens, physiques et mentales pour les bouddhistes.
Energie et matière sont une. Au premier temps du Big Bang, tout est énergie ; tout est sous forme d’énergie, la matière n’existe pas. Tous les phénomènes matériels (c'est-à-dire aussi mentaux pour les adeptes du tout matière) aujourd’hui ont pour origine cette énergie fondamentale, pure énergie. Bien sûr cette vue est conceptualisée par les physiciens. On y retrouve cette idée d’unité de tous les phénomènes pour les partisans de la non-dualité.
Mais maintenant qu'on a dit que tout était énergie, reste à questionner : "Qu'est-ce que l'énergie ?" On pourra dire que tout ce qui est du fondamental ne se définit pas. Circulez, il n'y a plus rien à voir.
Pour moi ce qu'il y a de remarquable, c'est que cette énergie est potentiellement organisée dès le départ. Organisation qui mènera à la matière puis à la vie puis à la conscience humaine.
Or toute organisation procède d'une intelligence; et quelle intelligence!! Les savants ne cessent de s'émerveiller de cette organisation sans jamais la cerner définitivement...
Dès lors, pour répondre à ta question, selon moi l'énergie c'est ce qui permet à cette intelligence d'être en acte, de faire. L'énergie serait comme la volonté qui met continuellement cette intelligence en acte. L'acte c'est de faire quelque chose, l'intelligence c'est ce qui permet de faire cette chose selon une organisation. Et cette chose c'est nous et la volonté, l'intelligence, l'acte, l'organisation c'est Dieu. Mais là je ne vous demande pas de me suivre... Laughing
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:36    Sujet du message: Nature relative, Nature ultime

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com