Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
La loi de causalité

 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Compagnon
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2016
Messages: 177
Localisation: Nanterre

MessagePosté le: Jeu 13 Oct 2016 - 13:55    Sujet du message: La loi de causalité Répondre en citant

Attention, ce texte peut heurté ou déplaire a une personne qui pratique une autre tradition religieuse que le dharma.
Ce texte a une vocation explicative, pédagogique, avant tout tournée vers les pratiquants, débutants ou non.
Texte trouvé sur Buddhaline.


La loi de causalité

Par Vénérable Thich Huyen-Vi

A. INTRODUCTION

L’univers, les êtres ne peuvent, ne se transforment pas par pur hasard, de façon anarchique, mais selon une loi commune. C’est la loi de la causalité. Cette loi n’a pas été créée par quelqu’un en particulier, mais il s’agit d’une loi naturelle, silencieuse, immuable et omni-puissante.

Le commun des mortels, par manque d’observation précise et judicieuse ne se rend pas compte de l’existence de cette loi. Du fait de cette ignorance, les gens agissent de façon désordonnée, irresponsable, aussi bien vis-à-vis de soi-même que vis-à-vis des autres. Et c’est à cause de cela qu’ils souffrent, qu’ils se débattent dans l’océan de la souffrance, de la passion et de la culpabilité.

Par contre, le Bouddha étant le Parfait Éveillé, a su révélé au monde cette loi de causalité qui régit tous les êtres et les choses dans l’univers. Fort de cette connaissance, le Bouddha a toujours agi de façon clairvoyante et profitable tant pour lui-même que pour les autres.

Bouddhistes que nous sommes, nous devons bien connaître cette loi de causalité - révélée par le Bouddha, pour nous conformer à son exemple dans l’accomplissement de nos actes dans la vie quotidienne, afin de créer un bonheur durable pour nous-mêmes comme pour notre entourage.

B. DÉVELOPPEMENT

I. DÉFINITION

La loi de causalité, c’est la loi de Cause à Effet.
La cause est le germe, le grain. L’effet est le fruit issu de cette graine.
La cause est la force impulsive, l’effet est le résultat issu de cette force.
La cause et l’effet sont deux états consécutifs, étroitement dépendants et complémentaires.


Autrement dit, s’il n’y a pas de cause, il n’y a pas d’effet.
Et s’il n’y a pas d’effet, c’est qu’il n’y a pas eu de cause.


II. LES CARACTÉRISTIQUES DE LA LOI DE CAUSALITÉ

1. Telle cause tel effet

Si nous voulons avoir des oranges nous devons semer des graines d’orange. Si nous voulons avoir des haricots nous devons semer des graines de haricot.
On ne peut jamais obtenir des oranges en semant des graines de haricot et inversement.
Celui qui apprend la musique pourra jouer de la musique, celui qui apprend l’alphabet saura lire.

Autrement dit, la cause et l’effet qui s’ensuit sont de même nature. Si l’on change la cause, on change aussitôt l’effet.

2. Une cause ne peut pas, à elle seule, produire d’effet

Les êtres et les choses de l’univers sont la résultante de plusieurs causes.
C’est pourquoi une cause unique ne pourrait pas produire un effet sans l’aide d’autre causes. Quand nous disons qu’un grain de paddy donne naissance à un plan de riz, c’est que nous simplifions à dessein le raisonnement.
En réalité, le grain de riz à lui seul ne peut rien produire, si on le met par exemple dans le vide, sans air, ni lumière, en l’absence de la terre, de l’humidité et des soins de l’homme.

C’est pourquoi, quand nous entendons quelqu’un prétendre que toute chose en ce monde a été créée par une cause unique, ou qu’une cause unique peut créer toute chose, nous pouvons affirmer que c’est faux.

3. Dans la cause, il y a l’effet, dans l’effet, il y a la cause

Dans la "cause" présente, il y a déjà "l’effet" futur.
Tout comme dans l’effet actuel on peut déjà déceler l’image de la cause passée.
Nous identifions une chose comme cause quand elle ne se transforme pas encore, quand elle ne devient pas encore l’effet que nous espérons, que nous attendons.
Nous identifions une chose comme effet quand elle s’est transformée et est devenue le résultat que nous escomptons.

Ainsi, chaque chose peut être considérée aussi bien comme la cause ou comme l’effet : par rapport au passé, elle est l’effet mais par rapport au futur, elle est la cause.
Cause et effet se succèdent indéfiniment, comme les anneaux d’une longue chaîne.

4. L’évolution rapide ou lente de la cause à l’effet

L’évolution de la cause à l’effet est tantôt rapide, tantôt lente, mais n’est jamais en un mouvement uniforme.
Certains effets succèdent à la cause de façon immédiate.
Par exemple, dès qu’on frappe sur un tam-tam (cause), on entend un bruit résonner instantanément (effet) ; de même lorsque deux courants électriques de signes contraires se joignent (cause), cela produit immédiatement de la lumière (effet).
Par contre, dans d’autres cas, il s’écoule un temps assez long entre la cause et l’effet.
En effet, quand on sème les grains de paddy (cause), il faudra attendre au moins quatre mois pour pouvoir les récolter (effet).
Ce temps intermédiaire peut atteindre même plus de dix ans. C’est le cas d’un enfant qui entre à l’école pour ne la quitter que de nombreuses années après.


Ce temps peut aussi durer des siècles, par exemple le cas d’un pays colonisé qui veut recouvrer son indépendance et qui ne l’obtiendra qu’au bout de plusieurs générations de luttes.
Ce temps intermédiaire étant variable entre la cause et l’effet, nous ne devons pas conclure hâtivement que la loi de causalité n’est pas tout à fait exacte, lorsque nous ne voyons pas encore venir l’effet.

III. QUELQUES ASPECTS DE LA LOI DE CAUSALITÉ DANS LA VIE RÉELLE

Comme nous l’avons vu plus haut, la loi de causalité régit tous les êtres et toutes les choses de l’Univers. Rien ne lui échappe. Pour avoir une idée plus précise sur cette loi, nous allons l’analyser dans des exemples précis :

1. La loi de causalité dans les choses inanimées :

L’eau chauffée par le feu acquiert de la chaleur, soulevée par le vent, elle devient vague, au contact d’un froid intense, elle se solidifie en glace. Quand le beau temps dure trop longtemps, c’est la sécheresse. Une pluie abondante amène l’inondation. Un vent très fort se transforme en tempête.

2. La loi de causalité dans le règne végétal

Il est évident que la graine d’oranger donnera naissance à un oranger qui produira à son tour des oranges. Une graine de piment donnera naissance au pimentier, qui produira à son tour des piments... D’une façon générale, on peut dire que telle graine donnera tel fruit, chaque variété engendrant la sienne, avec ses qualités et ses caractéristiques propres.

3. La Loi de causalité dans le règne animal

Les oiseaux pondent des œufs, nous désignons l’œuf comme la cause. Le jour de l’éclosion de cet œuf nous désignons l’oisillon comme l’effet. Cet oisillon devient à son tour la cause, il va pondre des œufs qui sont des effets.
Les animaux donnent naissance à des petits qui sont des effets. Devenus adultes ces derniers deviennent des causes qui vont engendrer de nouveau des effets.

4. La Loi de causalité chez l’être humain

Physiquement : notre corps est issu des principes vitaux hérités de nos parents et c’est l’environnement qui nous entretient. Nos parents et l’environnement constituent la cause, alors que nous en sommes l’effet. Cet effet deviendra à son tour la cause, et ainsi de suite, le cycle ternaire cause-effet-cause se répète indéfiniment.

Moralement : les pensées et les actes dans le passé contribuent à façonner nos bons ou mauvais caractères ainsi que notre mode de vie actuels. Il y a ainsi une relation de cause à effet. Nos caractères actuels et notre vie présente constituent à leur tour la cause déterminante de notre existence future, laquelle en sera l’effet.
Étant donné son importance exceptionnelle sur le plan moral, nous allons étudier ci-dessous les divers aspects de cette loi immuable.

IV. LA LOI DE CAUSALITÉ SUR LE PLAN MORAL

1. Cause et effet des pensées et des actes répréhensibles :

LA CONVOITISE :
La vue de l’argent d’autrui suscite la convoitise et fait agir le voleur ou le tueur, c’est la cause. Il est appréhendé par le patron ou par la justice et doit purger sa peine en prison et c’est là l’effet.

LA COLÈRE :
Dans un accès de colère, celui-là frappe sa femme et ses enfants ou même tue ses voisins, la colère en est la cause. Revenu à lui-même, il s’est aperçu de sa conduite déplorable, vis-à-vis de sa famille, de son prochain. Il doit alors comparaître devant la justice qui lui infligera une peine exemplaire, laquelle en est l’effet.

LA PASSION :
L’homme dominé par ses passions ne sait plus distinguer le bien du mal. La passion est la cause. Elle brise sa famille, l’affaiblit physiquement et l’obnubile moralement, en voilà les effets.

LE DOUTE :
Celui qui est sous l’emprise du doute ne croit en rien, il doute de tout. Le doute en est la cause. Toute sa vie, il adopte une attitude passive. Enfin de compte, le bilan s’avère négatif et c’est là l’effet du doute systématique.

L’ORGUEIL :
Il se croit supérieur à tout le monde ; il méprise tous ceux qui l’entourent. Il se crée ainsi la cause dont l’effet se fera sentir : personne ne le fréquente, il vit complètement isolé.

LA PASSION DU JEU :
En voulant s’approprier l’argent d’autrui, celui-là est amené à s’adonner au jeu, voilà la cause ; perdre toute sa fortune, s’endetter jusqu’au cou, commettre de mauvaises actions, en voilà les effets.

2. Cause et effet dans les pensées et actions bienfaisantes :

Comme on l’a vu plus haut, autant les pensées et les actes répréhensibles engendrent les résultats néfastes, autant les pensées et les actions bienfaisantes engendrent des brillants résultats qui embellissent l’existence.

Ceux qui ne sont ni cupides ni avares, ne sont pas aliénés par l’argent et ont leur esprit dispos, et leur âme dégagée de tout souci et de toute préoccupation. Ceux qui ne se laissent pas dominer par la colère, vivent dans une vie familiale paisible. Ceux qui mènent une vie sobre, qui ne courent pas après les plaisirs sensuels conservent toute leur lucidité intellectuelle, leur santé physique, et se font respecter de tout le monde.

Ceux qui ne doutent pas, sont actifs dans leur travail ont la confiance de leur entourage et réussissent bien dans la vie. Ceux qui ne sont pas orgueilleux sont bien considérés par leurs amis qui leur viennent en aide dans les moments difficiles.
Ceux qui ne boivent pas, ne jouent pas, ne manquent de rien et sont respectés par leur entourage.

Il suffit de lire les journaux ou de regarder autour de nous, pour nous rendre compte de la véracité de ces assertions et du bien-fondé de la loi de causalité.

En résumé du point de vue moral comme du point de vue matériel nous récoltons ce que nous semons "chacun est fils de ses œuvres" comme dit un proverbe français.

V. L’UTILITÉ DE LA CONNAISSANCE ET DE LA PRATIQUE DE LA LOI DE CAUSALITÉ

1. La loi de causalité nous fait éviter les fausses croyances et les superstitions

Elle fait apparaître la réalité des êtres et des choses qui n’a rien de flou ni de mystérieux.
Elle dissipe toutes les ombres savamment entretenues par les superstitions qui recouvrent les choses.
Elle rejette le sophisme qui prétend que "toute chose en ce monde est créée par un Dieu, nanti de l’omnipuissance et du droit de récompense et de punition".

C’est pourquoi celui qui est pénétré de la compréhension de la loi de causalité n’accorde plus sa confiance de façon erronée, ne formule aucune prière inutile à quelque dieu que ce soit, ne s’appuie plus sur aucune force surnaturelle, n’éprouve ni peur, ni inquiétude.

2. La loi de causalité apporte la confiance en soi-même

Une fois que nous nous sommes rendu compte que nos actes volitionnels et nos pensées en s’accumulant constituent notre propre "karma" qui détermine notre propre existence, que nous sommes notre propre architecte dans l’édification de cette existence même, alors sur qui devons nous compter, sinon sur nous-mêmes ?

La confiance en soi constitue donc une force d’une valeur inappréciable qui nous permet d’agir en toute lucidité, pour le beau, le bien et la juste cause.

En effet, nous savons que les bonnes actions sont de précieuses causes qui vont apporter d’excellents résultats.

3. La loi de causalité nous évite le désespoir et le ressentiment

Celui qui désespère ou qui fait des reproches à autrui, c’est parce qu’il a mis sa confiance de façon erronée en s’habituant de ne compter que sur autrui, en s’orientant vers l’extérieur. Si il savait qu’il est la principale force, la cause unique de tous ses échecs et réussites, alors il ne trouverait plus aucune raison valable pour désespérer ou pour maugréer contre autrui. Il ne lui reste plus qu’à modifier son comportement dans le sens du bien, pour espérer récolter de bons résultats dans le futur.

VI. QUESTIONS A EXPLICITER

1. D’aucuns pensent :

La loi de causalité est une loi naturelle, sensée, juste, alors pourquoi on voit des honnêtes gens rencontrer tant de malheurs, alors que des méchants demeurent à l’abri de toute punition ?

Réponse : Comme il a été dit plus haut, la période d’évolution de la cause à l’effet est de durée variable. Il y a des causes à effets immédiats, il y a d’autres dont les effets sont à retardement et certains peuvent s’échelonner d’une génération à l’autre, etc.

Si, dans la présente vie, on voit des méchants jouir d’une certaine tranquillité, c’est parce qu’ils ont fait du bien dans leur existence antérieure. Quant à leur méchanceté actuelle, qui n’est que récente, elle portera ses effets néfastes dans leur avenir ou dans leur existence prochaine. Tout comme celui qui mène une vie oisive cette année c’est parce qu’il a suffisamment économisé l’année précédente. Et, l’oisiveté - cause de cette année donnera l’effet - misère pour l’année suivante.

Par contre, celui qui n’a fait que des bienfaits durant cette vie mais qui a subi des malheurs de toutes sortes, c’est parce qu’il a commis des fautes dans leur vie antérieure. La "cause bienfaits" actuelle procurera des joies dans sa prochaine existence.

Il en est de même de cet agriculteur qui, cette année, bien que travaillant durement n’arrive pas à joindre les deux bouts. C’est parce qu’il n’a pas bien travaillé l’année précédente. Mais il bénéficiera de l’abondance l’année prochaine.

Les anciens avaient raison de dire :

"Le bien comme le mal porte toujours des fruits,
La seule différence est qu’ils arrivent tôt ou tard."


2. D’autres questionnent :

Selon la loi de causalité, chacun récolte ce qu’il a semé. Autrement dit, quand le père commet une faute, il n’appartient pas au fils de la réparer, et inversement.
Pourtant on voit couramment le père supporter les fautes des enfants ou vice-versa où en est donc la justice ?


Réponse : Le Bouddha a enseigné dans ses soûtras qu’il y a en vérité deux sortes de karma, le karma individuel et le karma collectif.

Le karma individuel ne concerne que l’individu en question. Par exemple, quelqu’un qui étudie bien acquiert beaucoup de connaissances pour lui seul. Quelqu’un qui mange bien, sera rassasié, lui seul, et personne d’autre. Celui qui travaille bien, réussira par contre s’il est paresseux, il s’attendra à des échecs et des déboires.
Le karma collectif concerne un groupe d’individus, vivant dans une même situation. Pour ne citer qu’un exemple, durant la guerre du Viêt-nam, tout un peuple a souffert sans distinction de classes sociales. Si, par contre, l’on a la chance de vivre parmi un peuple riche, chacun peut profiter de sa part de bonheur matériel. Ainsi vivant dans une même famille, une même société, les individus ont un dénominateur commun dans leur karma.

Les livres anciens disent :

"Une personne qui accomplit une bonne action fait profiter de son geste des milliers d’autres personnes, un arbre fleuri embaume tout le jardin."

C. CONCLUSION

Ainsi, pénétrés de la signification et de l’importance de la Loi de causalité, nous devons la mettre en pratique dans nos actions quotidiennes.

Nous devons peser chaque parole, chaque geste, chaque action, en fonction de leur valeur morale et de leur poids karmique dans le futur.

Si nous pouvons agir de cette façon, nous verrons notre caractère et nos comportements s’améliorer de jour en jour.

Les fautes diminueront et les bonnes actions augmentent.

Grâce à ces bonnes semences, de la condition humaine nous pourrions devenir des sages, des êtres exceptionnels.



Congrégation Bouddhique Mondiale Linh Son
9, avenue Jean Jaurès - 94 340 Joinville-le-Pont
Tél : 033 (0) 1.48.83.75.47 - Fax : 033 (0) 1.48.83.77.59


http://linhsonphapquoc.org/

________________________________________
Rester en colère c'est comme saisir un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un; c'est vous qui vous brûlez.

L'Eveillé
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 13 Oct 2016 - 13:55    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
ted
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2014
Messages: 594
Localisation: IdF

MessagePosté le: Jeu 13 Oct 2016 - 16:04    Sujet du message: Re: La loi de causalité Répondre en citant

Ceci :
Citation:
2. Une cause ne peut pas, à elle seule, produire d’effet

N'est-il pas contradictoire avec ceci :
Citation:
... nous sommes notre propre architecte dans l’édification de cette existence même, alors sur qui devons nous compter, sinon sur nous-mêmes ?

Et cela ?
Citation:
Si il savait qu’il est la principale force, la cause unique de tous ses échecs et réussites, alors il ne trouverait plus aucune raison valable pour désespérer ou pour maugréer contre autrui.

Nous ne pouvons être "la cause unique de nos échecs et réussites", puisqu'on nous explique qu'il n'y a pas de cause unique. Shocked

Non ? Embarassed

J'en conclus que peut être que nous avons besoin des autres (ou en tout cas, de phénomènes extérieurs) pour faire notre bonheur ou notre malheur ?

Peut être que nous avons besoin des autres (ou de phénomènes exterieurs) pour nous éveiller ou pour rester dans l'ignorance ?
________________________________________
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 220

MessagePosté le: Jeu 13 Oct 2016 - 17:04    Sujet du message: Re: La loi de causalité Répondre en citant

ted a écrit:
Ceci :
Citation:
2. Une cause ne peut pas, à elle seule, produire d’effet

N'est-il pas contradictoire avec ceci :
Citation:
... nous sommes notre propre architecte dans l’édification de cette existence même, alors sur qui devons nous compter, sinon sur nous-mêmes ?

Et cela ?
Citation:
Si il savait qu’il est la principale force, la cause unique de tous ses échecs et réussites, alors il ne trouverait plus aucune raison valable pour désespérer ou pour maugréer contre autrui.

Nous ne pouvons être "la cause unique de nos échecs et réussites", puisqu'on nous explique qu'il n'y a pas de cause unique. Shocked

Non ? Embarassed

J'en conclus que peut être que nous avons besoin des autres (ou en tout cas, de phénomènes extérieurs) pour faire notre bonheur ou notre malheur ?

Peut être que nous avons besoin des autres (ou de phénomènes exterieurs) pour nous éveiller ou pour rester dans l'ignorance ?


Il y la cause immédiatement précédente, les causes s'accumulant (pour donner un effet particulier) et la cause première, l'ignorance de notre véritable nature et dans ce cas nous sommes la cause (unique) de tous les effets samsariques.
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Compagnon
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2016
Messages: 177
Localisation: Nanterre

MessagePosté le: Jeu 13 Oct 2016 - 17:11    Sujet du message: La loi de causalité Répondre en citant

@Ted : je ne vois pas de contradiction.

Nous même sommes le fruit de causes multiples, nous sommes dans un environnement de conditions multiples, nous ne maîtrisons pas l'intégralité des conditions qui sont autour de nous mais nous disposons d'une marge de manœuvre suffisante pour faire quelque chose (nous sommes en principe la forme - humaine - la plus apte à cela). Nous ne pouvons suivre la voie que si nous le décidons nous même, mais cela ne signifie pas que notre décision est le seul paramètre. Encore faut-il que nous vivions dans des conditions qui portent à notre connaissance l'existence de la voie. Et ses bienfaits.

Prenons Monsieur Donald Trump. Crois tu que les conditions qui sont autour de lui on permis qu'il connaisse l'existence de la voie et donc qu'il puisse en toute connaissance de cause faire le choix de la suivre ?

Peut être que sa position actuelle, cette manifestation dans cette vie là, dans un contexte défavorable pour suivre la voie, est une conséquence du karma de ses vies passées. (Supposition évidemment). Peut être beaucoup de karma positif accumulé par le passé lui a permis d'accéder à cette manifestation ci ou il est riche, puissant, sous forme humaine, à l'abris de pas mal de problèmes matériels, mais en même temps peut être que son karma négatif passé accumulé fait qu'il s'est remanifesté dans un contexte ou il a peu de chance d'avoir la moindre connaissance de la voie et donc de décider de la suivre, résultat, il risque fort d'accumuler dans cette vie beaucoup de karma négatif. Il suffit de l'entendre parler, parfois et cela suffit pour s'en convaincre Smile

Il y a aussi tout simplement le principe d'interdépendance aussi, qui peut s'appliquer au Bouddha lui même. Il a fallut réunir un certain nombre de conditions pour que celui qui allait devenir le Bouddha se remanifeste à un moment précis du temps en un lieu précis, et alors il y avait les meilleures conditions réunies pour qu'il puisse atteindre l'Eveil, ni avant, ni après.

Ted l'auteur mentionne aussi le karma collectif. C'est personnellement la première fois que j'entendais parlé de karma collectif mais j'en étais venu aussi à me demander si des peuples entiers n'avaient pas leur propre karma, ce qui expliquerait pourquoi certains peuples semblent à travers l'histoire souffrir plus que d'autres.

Il paraît évident que nous avons "besoin des autres". Ce n'est même pas une question de "besoin", c'est tout simplement structurel. Si il n'y a aucun "moi" indépendant, nous sommes tous interdépendants. Le malheurs des autres nous affecte tout comme le bonheur des autres et notre malheur tout comme notre bonheur affecte celui des autres. Il n'y a pas de distinction entre nous et les autres.

Si il n'y avait pas les autres sur qui pourrions nous exercer notre compassion ? Sans samsara pas de nirvana. Sans souffrance pas de libération de la souffrance.

La première noble vérité c'est non seulement reconnaître notre souffrance mais aussi celle des autres.
________________________________________
Rester en colère c'est comme saisir un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un; c'est vous qui vous brûlez.

L'Eveillé
Visiter le site web du posteur
_bodhi
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 498
Localisation: samsara

MessagePosté le: Jeu 13 Oct 2016 - 18:55    Sujet du message: La loi de causalité Répondre en citant

Comme c'est agréable de lire sur la loi karmique ! Merci Compagnon pour ce texte. Je suis en train de changer, positivement, et je ne le dois qu'à moi-même, c'est-à-dire que cela ne doit rien au hasard, ni à une force extérieure. C'est de ma propre responsabilité; c'est ma liberté. Nous savons tous que le temps avance, donc les fruits viendront. N'attendons pas et soyons sincères dans notre pratique. Bien-sûr au début il y a quelques efforts à faire, parce que nous devons opérer quelques changements dans notre comportement. Nous avons nos propres tendances karmiques, qui fondent nos expériences et notre manière d'y répondre (caractère). De toute façon nous n'avons pas le choix ; quand nous en aurons assez de lutter contre la réalité, nous nous y soumettrons. Ensuite, une fois les changements opérés, il n'y a plus qu'à "laisser couler", naturellement, jusqu'à l'illumination !
________________________________________
Dans la vacuité, chaque chose dépend de toutes choses, et dans toutes choses il y a l’esprit.
Compagnon
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2016
Messages: 177
Localisation: Nanterre

MessagePosté le: Jeu 13 Oct 2016 - 19:19    Sujet du message: La loi de causalité Répondre en citant

Si cela peut faire plaisir Smile Tant mieux. Very Happy
________________________________________
Rester en colère c'est comme saisir un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un; c'est vous qui vous brûlez.

L'Eveillé
Visiter le site web du posteur
Compagnon
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2016
Messages: 177
Localisation: Nanterre

MessagePosté le: Ven 14 Oct 2016 - 22:20    Sujet du message: La loi de causalité Répondre en citant

Au autre texte à la consonance différente mais néanmoins intéressante :


Le Chant de l’Éveil


Par Kodo Sawaki


« Englober d’un seul regard l’univers entier et découvrir le satori en contemplant les illusions »


« Si vous avez des questions que vous ne pouvez résoudre, il faut en débattre aussitôt », a dit Yoka. Il ajoute : « L’humble moine de la montagne que je suis n’a pas de point de vue personnel. » La doctrine qu’il exprime se situe au-delà de lui-même et de son point de vue. Il l’a expérimentée et il sait qu’elle est bonne.


Dans notre langage actuel, la doctrine parfaite que professe Yoka pourrait être qualifiée de « globaliste ». En effet, elle réunit en un tout l’enfer et le Bouddha, englobe d’un seul regard l’univers entier et découvre le satori en contemplant les illusions. Toutefois, si cette doctrine parfaite n’est pas authentique, il est à craindre que notre pratique ne tombe dans l’ornière du nihilisme et de l’éternalisme. Dans le bouddhisme, toute assertion, positive ou négative est une illusion.


La position nihiliste est celle de l’esprit simpliste qui limite sa pensée à l’impermanence des chose : hier n’est pas aujourd’hui et aujourd’hui n’est pas demain. Hier, j’ai volé, mais étant donné que tous les phénomènes sont éphémères, aujourd’hui, logiquement, je ne suis plus un voleur. Il y a ainsi des gens qui font table rase de tout leur passé au nom de l’impermanence.


La position éternaliste considère exclusivement l’évidence de la chaîne de causalité. Elle se transmet de parent à enfant et se prolonge sans discontinuer. C’est-à-dire que je suis né Sawaki et que je resterai toujours Sawaki. Mais cet enfant qui a hérité d’un riche patrimoine a-t-il profité des dons qu’il a reçus à la naissance ? Il était toujours le premier de sa classe à l’école primaire et regardez-le maintenant à cinquante ans : il a le nez rouge et le visage bouffi et gras d’un ivrogne.


Il faut s’éloigner de toute position extrémiste. C’est le sens que je donne au terme « globaliste ». Ne pas se laisser emporter par le courant nihiliste ni par le courant éternaliste et considérer que nihilisme est éternalisme et éternalisme, nihilisme. La chaîne de causalité des phénomènes relève de l’impermanence de tous les phénomènes, et l’impermanence des phénomènes, parce qu’ils naissent et périssent d’instant en instant, est en soi une chaîne de causalité. Dans les sutra Shoman kyo, il est dit que l’impermanence des phénomènes est une vision négative et que la chaîne de causalité est une vision positive parce qu’elle conduit à une délivrance du cycle des renaissances dans le nirvana.


Ces deux positions extrêmes finalement se rejoignent quand, tout d’un coup, on les fourre dans le récipient appelé hishiryo. Le propre d’une doctrine globaliste est d’embrasser les grandes contradictions et de concilier les extrêmes. Tel est l’enseignement parfait. Ajoutons qu’il se situe au-delà des concepts illusoires. Cela ne signifie pas que l’on devient soudain un ballon qui s’envole dans les cieux et que l’on ne souvient plus de rien, mais au contraire que la doctrine est devenue notre moi, notre état d’être, que notre conscience est hishiryo et que nous sommes sans pensées trompeuses.


Cette doctrine qui embrasse toute chose doit pénétrer nos entrailles, jusqu’au tréfonds de nous-mêmes, sinon, il est à craindre que notre pratique ne tombe dans l’ornière du nihilisme et de l’éternalisme.



Kodo Sawaki, Le Chant de l’Éveil, traduit par Janine Coursin.
________________________________________
Rester en colère c'est comme saisir un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un; c'est vous qui vous brûlez.

L'Eveillé
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:34    Sujet du message: La loi de causalité

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com