Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
Se couper du monde ou le regarder en face ?

 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Compagnon
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2016
Messages: 177
Localisation: Nanterre

MessagePosté le: Sam 12 Nov 2016 - 10:12    Sujet du message: Se couper du monde ou le regarder en face ? Répondre en citant

J'ai posé cette question sur Nangpa, je la pose aussi ici.

Lors de la dernière séance de groupe de méditation à l'IEB à Paris, pendant le moment le partage, nous avons été plusieurs à témoigner de notre ressenti douloureux devant les souffrances diverses et agressions propres au monde qui nous entour et que nous percevons, accrues au travers des médias. Que ce soit le drame des réfugiés, la violence islamiste, les luttes basses et affligeantes de nos politiques en France pour avoir le pouvoir, l'élection de Donald Trump qui suscite bien des inquiétudes, les tensions croissantes entre Russie et Etats Unis, le chômage, l'insécurité et les incivilités croissantes, le terrorisme etc...

Nous avons bien conscience que tout cela est amplifié et tronqué par les médias qui ne nous abreuvent en général que de choses mauvaises, de mauvaises nourritures, que ce soit actualités systématiquement dramatiques ou télé-réalité avilissantes aussi bien pour ceux qui produisent que pour ceux qui participent ou regardent.

Toutefois nous nous sommes posé la question, faut-il se couper totalement du monde comme le faisaient autrefois des ermites du passé dans des cavernes ou au sein de forêts, ou accepter courageusement de regarder la souffrance du monde en face, avec compassion ? Qu'est ce qui est le plus profitable ? Y a t-il une réponse unique ? Peut-on même ce coupé du monde à notre époque alors que c'était davantage possible par le passé ?

Thích Nhất Hạnh fait remarqué qu'il faut chercher les bonnes nourritures, y compris visuelles, spirituelles, auditives, ce qui est guérissant, nourrissant, mais il est aussi en faveur d'un bouddhisme intervenant dans le monde, et indique que nous sommes porteurs en nous des souffrances de notre société. Pas seulement de nos souffrances individuelles. Et que nous devons chercher à nos apaiser à nous nourrir à nous guérir pour apaiser, nourrir et guérir notre société.

C'est quelque chose que j'ai ressenti il y a quelques jour avec acuité. Un accumulation sur le temps long de nouvelles de ci et de là me donnant l'impression que mon pays va de plus en plus mal, que notre culture, notre langue, nos richesses culturelles, nos valeurs, sombrent, qu'il y a peut être derrière tout cela des personnes ou des groupes malveillants et agissant dans ce sens. Je vois nos politiques, leurs trahisons, leur corruptions... Je sais bien que c'est attachement, appropriation etc... mais je ne peux nier un ressenti, surtout que, comme le Bouddha, j'ai un fils qui va grandir et vivre dans ce monde. Et il part déjà avec quelques handicaps psychiques.

Et j'étais en colère. Tout comme, dans une moindre mesure évidemment pour moi évidemment, Thích Nhất Hạnh était en colère, quand jeune moine il voyait son pays, le Vietnam, crouler sous les bombes des américains et les gens mourir autour de lui dans une guerre absurde au nom d’intérêts étrangers. Le tout premier texte de Thích Nhất Hạnh portait justement sur cette colère.

Et donc lors de notre dernière méditation de groupe, l'un de nous, entre autre, un citoyen franço-américain, a fait part de sa profonde souffrance devant l’élection de Mr Trump, son angoisse au regard de l'image terriblement égocentrique et inquiétante e cet homme, ses propos discriminatoires, le pouvoir qu'il avait maintenant etc...

Nous nous sommes donc demandé, sans spécialement chercher de réponse, en laissant la question ouverte, si il était bon d'ignorer sciemment toute cette actualité, de se couper du monde, ou pas...

Après tout le Bouddha Shakyamuni a marché parmi les hommes, à rencontré de la violence, a vu des guerres, on a essayé de le tuer et il a voulu faire quelque chose, agir à sa façon. Peut être devons nous aussi avoir ce courage, regarder la violence du monde en face, accepter de la voir même si elle nous déstabilise et peut perturber notre progression sur la voie, ou peut être nous en servir pour avancer encore mieux... qu'en pensez vous ?
________________________________________
Rester en colère c'est comme saisir un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un; c'est vous qui vous brûlez.

L'Eveillé
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 12 Nov 2016 - 10:12    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
_bodhi
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 498
Localisation: samsara

MessagePosté le: Sam 12 Nov 2016 - 11:33    Sujet du message: Se couper du monde ou le regarder en face ? Répondre en citant

Personnellement je serais plus partisan du retrait. Après tout ce sont de simples projections de notre esprit. Pourquoi s'engager dedans au risque de se perdre ? Du moins dans un premier temps, le temps de stabiliser notre vue juste.
________________________________________
Dans la vacuité, chaque chose dépend de toutes choses, et dans toutes choses il y a l’esprit.
Serge Z.
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2009
Messages: 11 221

MessagePosté le: Sam 12 Nov 2016 - 12:17    Sujet du message: Se couper du monde ou le regarder en face ? Répondre en citant

Un de mes maîtres vient juste de répondre ceci, dans une conversation :

"Être négligent de la souffrance des autres est l'antithèse de la motivation du mahayana. Nous ne sommes peut-être pas capable de faire beaucoup physiquement pour les autres, mais nous devrions toujours être conscient et avoir de la sympathie pour la souffrance des autres., même pour la souffrance des skinheads fascistes qui, par ignorance, cherche leur bonheur individuel en apportant la misère et la souffrance aux autres".
________________________________________
La nature de la variété des phénomènes est non-duelle
Et pourtant chaque phénomène excède les limites de la pensée.
La condition authentique "telle quelle" ne devient pas un concept
Et pourtant elle se manifeste totalement par la forme, toujours bonne.
Puisque tout est déjà parfait, guéris de la maladie de l'effort
Et demeure naturellement dans l'autoperfection : c'est cela la contemplation.

- Les six vers de vajra -
Deulma lhamo
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2015
Messages: 79
Localisation: Ajaccio

MessagePosté le: Sam 12 Nov 2016 - 18:34    Sujet du message: Se couper du monde ou le regarder en face ? Répondre en citant

Non seulement il n'est pas question de me couper du monde mais d'être participante . Si nous voulons éveiller les consciences c'est par notre exemple dans notre corps et dans notre parole. Dans la commisération, dans l' éthique . La compassion c'est l'esprit. Gardons nous de nous croire au-dessus de ce monde, même si nous avons acquis des siddhis,ou autres héritages que ceux-ci nous servent à prodiguer le bien autour de nous. Le mudra d'Aksobhia montre le miroir sur la terre.


OM HA HUNG HRIH
________________________________________
Le pur état de l'illumination est notre propre esprit.
Compagnon
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2016
Messages: 177
Localisation: Nanterre

MessagePosté le: Sam 12 Nov 2016 - 19:01    Sujet du message: Se couper du monde ou le regarder en face ? Répondre en citant

Ce matin, après avoir posté ce sujet, j'ai commencé à travaillé sur un enseignement de Thích Nhất Hạnh, ci dessous un extrait qui peut apporter sa réponse plus ou moins je crois à cette question, évidemment il peut y en avoir d'autres :

Extrait d'une enseignement donné le 30 Novembre 2008 en vietnamien, transcrit par Pháp Thân d'après la traduction française.

Le fondement de l'éthique bouddhique

Et le Noble Chemin Octuple nous offre huit pratiques juste, et il peut être considéré comme le fondement de l'éthique bouddhique. Nous venons d'avoir une vue générale de la pleine conscience, de la vue juste. Si nous regardons l'ensemble, nous voyons que cette éthique n'est pas seulement réservée aux moines et aux moniales, ces enseignements ne sont pas seulement réservés aux moines et aux moniales pour qu'ils atteignent le nirvana, délaissant les personnes dans la société. Non, ce n'est pas ça, la raison.

Parmi ces huit pratiques, il y a les moyens d'existence justes, c'est-à-dire une profession, une carrière juste, en accord avec le Dharma. Le Noble Chemin Octuple n'est pas réservé aux moines et aux moniales qui vivent dans la montagne, il est destiné aux personnes qui vivent dans la société. Dans la société, nous devons être en contact avec les autres personnes, les autres espèces, et c'est pour cela que nos actions ne devraient pas causer de destruction, nos paroles ne devraient pas causer de difficultés, et il est très clair que le chemin octuple est réservé aux gens qui vivent dans la société et non pas aux gens qui vivent dans la montagne. Ce Noble Chemin Octuple est le fondement d'une éthique sociale, et nous comprenons ici que le bouddhisme est toujours très engagé, engagé dans la vie, dans la société. Nous voyons que l'origine du bouddhisme se trouve ici, dans ces enseignements. Ce n'est pas quelque chose de nouveau qui vient d'apparaître il y a une quarantaine d'années.

La parole juste et les moyens d'existence justes suffisent à montrer que le chemin octuple est réservé à la société et non pas aux personnes qui abandonnent la vie, qui se cachent dans la montagne. C'est pour cela que nous sommes convaincus que le Noble Chemin Octuple est le fondement d'une éthique pour toute une société. Le bouddhisme engagé se trouve bien dans ces enseignements. Pour avoir le regard profond, dans le bouddhisme, il faut utiliser l'énergie de la pleine conscience et de la concentration, et l'objet de la pleine conscience et de la concentration est d'abord la souffrance, les difficultés, les problèmes dans la vie. Le bouddhisme ne donne pas la priorité à l'observation des étoiles, du cosmos, à savoir d'où vient ce monde, d'où vient et où ira cet univers, qui a créé ce cosmos. Le bouddhisme ne va pas dans cette direction, il nous ramène à la situation actuelle pour reconnaître la souffrance actuelle, pour la transformer afin d'atteindre la libération, la paix, le bonheur. C'est pour cela que l'éthique bouddhique est très pratique, et lorsque nous ramenons notre esprit à notre corps pour regarder profondément la vérité de la souffrance, en même temps nous découvrons qu'il y a le bonheur. Nous découvrons aussi que le bonheur et la souffrance ont tous des origines. Et nous découvrons que les quatre vérités inter-sont, qu'elles sont inséparables, interdépendantes.

C'est pour cela que cette vision profonde est le fondement de l'éthique bouddhique. Et comment faire pour avoir la vision profonde? Pour avoir la vision profonde, il faut la pleine conscience et la concentration. Et une fois que nous avons la vision profonde, nos pensées sont justes, nos paroles sont justes, nos actions sont justes, nos moyens d'existence sont justes, notre diligence est juste et nous sommes heureux, nous ne souffrons plus. C'est pour cela que le Noble Chemin Octuple commence avec la vue juste. Et la vue juste est la vue de l'inter-être, de l'interdépendance, c'est-à-dire que ceci, tout ça se trouve dans l'un, ceci est aussi cela, et nous devrions atteindre cette vue. Et avec cette pratique, nous pourrons aller plus loin dans les sept autres pratiques.



Tout ce qui est posté ici me semble convergeant apparemment en matière de réponse à la question.
________________________________________
Rester en colère c'est comme saisir un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un; c'est vous qui vous brûlez.

L'Eveillé
Visiter le site web du posteur
guelek dorje
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2015
Messages: 140
Localisation: Chartres

MessagePosté le: Lun 14 Nov 2016 - 13:10    Sujet du message: Se couper du monde ou le regarder en face ? Répondre en citant

Deulma lhamo a écrit:
Non seulement il n'est pas question de me couper du monde mais d'être participante . Si nous voulons éveiller les consciences c'est par notre exemple dans notre corps et dans notre parole. Dans la commisération, dans l' éthique . La compassion c'est l'esprit. Gardons nous de nous croire au-dessus de ce monde, même si nous avons acquis des siddhis,ou autres héritages que ceux-ci nous servent à prodiguer le bien autour de nous. Le mudra d'Aksobhia montre le miroir sur la terre.


OM HA HUNG HRIH


Merci Deulma de nous rappeler si justement ces fondamentaux.

Ce qui suit à été écrit le 11/11:
Vous souvenez-vous de la dame de 80 ans qui fait une retraite, Pema Chodron? Ce matin, elle est sortie du silence pour dire ceci:
« Dans les moments difficiles comme ça, je sens que le plus important c’est notre amour pour l’autre et de ne pas oublier d’exprimer cela et d'éviter la tentation de se coincer dans la pensée négative et agressive. J’ai médité et suis entrée en contact avec une tristesse profonde et épaisse. Il est difficile de rester avec cela, mais c’est ce que je fais. La tendresse et la tristesse ont tellement de choses à nous apprendre. Je sens que c’est un moment pour contacter nos cœurs et tendre la main et aider tout le monde, nous pouvons.
Yes, we can! ».
Pema Chodron est américaine et vit au USA.



Guelek
________________________________________
भवतु सर्व मङ्गलम् ।।
http://samtenguelek.blogspot.fr/
Tiarei
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2016
Messages: 92
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 17 Nov 2016 - 18:29    Sujet du message: Se couper du monde ou le regarder en face ? Répondre en citant

Je pense aussi que vivre à l'écart du monde n'est pas forcément la solution... Si les personnes bonnes et généreuses fuis le monde, le monde sera un peu plus fade...
Je pense qu'il faut rester dans la société, mais changer son regard sur celle-ci, car c'est vrai que les médias sont une loupes sur des évènements.
Par exemple ça fait longtemps que je ne regarde plus les informations... et pourtant vous savez quoi ? Je suis toujours au courant de ce qui se passe dans le monde tellement les médias sont envahissant. Un titre de journal, quelque minutes à la radio, discuter avec des amis ou collègues, quelque minutes sur internet en me déconnectant de ma boîte mail etc etc... Être déconnecté des médias tout en étant toujours au courant des grandes lignes est très enrichissant, - de négatif et + de positif pour affronter le monde Smile

S'accabler de tous les maux du monde ne changera rien, hormis ruiner votre conscience, et laisser tous les maux du monde passer au dessus de votre épaule ne changera rien non plus, hormis ruiner votre conscience..... il faut donc trouver un juste milieu je pense, tendre la main avec un seul œil ouvert pour pouvoir se préserver Smile
_bodhi
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 498
Localisation: samsara

MessagePosté le: Jeu 17 Nov 2016 - 18:41    Sujet du message: Se couper du monde ou le regarder en face ? Répondre en citant

Se retirer du monde signifie surtout faire cesser les perturbations du mental : attachement, répulsion, indifférence.
________________________________________
Dans la vacuité, chaque chose dépend de toutes choses, et dans toutes choses il y a l’esprit.
guelek dorje
Membre Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2015
Messages: 140
Localisation: Chartres

MessagePosté le: Jeu 17 Nov 2016 - 18:53    Sujet du message: Se couper du monde ou le regarder en face ? Répondre en citant

_bodhi a écrit:
Se retirer du monde signifie surtout faire cesser les perturbations du mental : attachement, répulsion, indifférence.


A notre époque, vivre dans le monde mondain est une pratique de tous les jours. Grâce à comment nous réagissons par rapport aux infos, à comment va le monde, elle nous fait nous regarder et nous corriger dans la vie de tous les jours.

C'est aussi cela l'entrainement de l' esprit (lodjong).

Se retirer du monde n'implique nullement que notre esprit sera plus serein car éloigné des perturbations.
Les perturbations sont en notre esprit. Quand bien même nous partirions au confins de l'espace, que ces perturbations nous accompagneraient. Ce serait même pire car nous aurions alors aucun ami de bien à qui confier notre douleur.
Nos casseroles karmiques nous suivent partout où nous allons tant que nous n'avons pas apurer les causes.


Se couper du monde temporairement, pour affiner notre méditation, oui, bien sur. Mais vivre en dehors du monde, je ne pense pas que cela soit la meilleure ascèse.



Guelek
________________________________________
भवतु सर्व मङ्गलम् ।।
http://samtenguelek.blogspot.fr/
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:16    Sujet du message: Se couper du monde ou le regarder en face ?

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Véhicules et traditions -> Général Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com