Sangha Forum
SanghaForum est un lieu de rencontre et d'échange consacré au dharma de Bouddha Sakyamouni. Il est consacré à toutes les traditions bouddhistes dans l'esprit du mouvement Rimé. Bouddhistes ou non bouddhistes, il est ouvert à tout le monde ... dans le respect de chacun.
Un petit texte pour nos amis : les animaux

 
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Autre -> Salon de thé
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Giraudet
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2016
Messages: 11

MessagePosté le: Mer 16 Nov 2016 - 20:34    Sujet du message: Un petit texte pour nos amis : les animaux Répondre en citant

Bonjour ,

Le bouddhisme respecte toutes les formes de vie ainsi les animaux aussi . J'ai donc souhaité leur

consacrer quelques lignes car ils le méritent amplement vu le sort difficile qui leur est fait au sein

de notre monde dit humain . J'ai trouvé ce texte sur Télérama ,il est clair et juste,instructif .

_______________________________________________________________________________________


Essai

Sommes-nous trop « bêtes » pour comprendre l'intelligence des animaux ?

Frans de Waal. Traduit de l'anglais par Lise et Paul Chemla.





Deux ouvrages rendent aux animaux ce qui leur appartient : leurs formes de cognition, leurs émotions... au lieu de les comparer aux humains.

Sommes-nous trop « bêtes » pour comprendre l'intelligence des animaux ? La forme interrogative du titre du nouvel ouvrage de Frans de Waal laisse un vague espoir aux zélateurs du génie humain, mais il sera étrillé dès les premières pages : pour le célèbre primatologue néerlandais, Homo sapiens est un peu neuneu. Sinon, comment expliquer son obstination à tenter de mesurer les facultés mentales des autres espèces animales à l'aune des siennes ? Les souris sont-elles capables de se servir d'outils ? Les dauphins parlent-ils ? Comme si l'absence de langage était forcément synonyme d'absence de pensée...

Frans de Waal, lui, ne manque pas d'humour. Surtout, il prend un plaisir manifeste à relater des dizaines d'expériences menées depuis des lustres dans des labos du monde entier, truffant son récit érudit d'anecdotes savoureuses et de confidences personnelles. Il tape du poing sur la table, aussi, à l'image du coup de gueule qui conclut le livre : « Cessons de faire de l'homme la mesure de toute chose ! Evaluons les autres espèces par ce qu'elles sont, elles ! »

« Ce qu'elles sont, elles », c'est précisément ce qu'entreprend de révéler Révolutions animales, une remarquable somme d'articles de spécialistes internationaux, philosophes, éthologues, juristes, anthropologues, biologistes (Jane Goodall, Boris Cyrulnik, Peter Singer, Vinciane Despret, Eric Baratay, Marc Bekoff, Gilles Boeuf, Yves Christen, Elisabeth de Fontenay, etc.) Quatre-vingts contributeurs au total, cornaqués par Karine Lou Matignon — on salue au passage la belle opiniâtreté avec laquelle la journaliste et essayiste empoigne cette question animale depuis deux décennies déjà. La multiplicité des approches — très joliment illustrées, ce qui ne gâche rien — contribue à faire jaillir de manière limpide ce fait capital : chaque espèce a son propre univers mental. Un environnement sensoriel singulier, que le biologiste et philosophe allemand Jakob von Uexküll baptisa en son temps Umwelt. Ainsi, l'Umwelt de l'éléphant est essentiellement acoustique et olfactif. Et dès lors que l'on saisit pleinement que l'intelligence ne se réduit pas à des connexions cérébrales, que l'on entraperçoit la richesse des cognitions animales, on ne peut plus faire autrement qu'envisager d'autres rapports avec les animaux, ou du moins certains d'entre eux. Ce changement de paradigme induit des changements en cascade, philosophiques, juridiques, voire alimentaires, explorés par ce beau livre qui fera date.

De ces deux ouvrages, on ressort frappé par la rudesse avec laquelle le monde scientifique a longtemps tapé (tape encore ?) sur les doigts des impudents chercheurs qui osent prêter des émotions et des intentions aux animaux. « Je ne compte plus les fois où l'on m'a traité de naïf, de romantique, de doux rêveur, de non-scientifique, d'anthropomorphique, d'anecdotique, ou simplement de médiocre penseur, lorsque j'expliquais que les primates suivent des stratégies politiques, se réconcilient après les disputes, ont de l'empathie pour les autres ou comprennent le monde social qui les entoure », écrit Frans de Waal. Quelle drôle de cécité, celle qui empêche de voir ce qui saute aux yeux : « La vie intelligente n'est pas uniquement à chercher aux confins de l'espace, elle existe en abondance ici, sur Terre. » — Marc Belpois



| Are we smart enough to know how smart animals are ?, traduit de l'anglais par Lise et Paul Chemla, éd. Les Liens qui libèrent, 320 p., 24 €.

| Révolutions animales, éd. Les Liens qui libèrent, 576 p., 38 €.

Marc Belpois

Télérama n°3488


Lien : http://www.telerama.fr/livres/sommes-nous-trop-betes-pour-comprendre-l-intelligence-des-animaux,150039.php#H6bW0Y4pDk7GE8tX.01
________________________________________
La Nature est une et son origine est une. Un vaste organisme dans lequel les choses naturelles s'harmonisent et sympathisent réciproquement.

[ Paracelse ]
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 16 Nov 2016 - 20:34    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Compagnon
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2016
Messages: 177
Localisation: Nanterre

MessagePosté le: Mer 16 Nov 2016 - 21:04    Sujet du message: Un petit texte pour nos amis : les animaux Répondre en citant

Un texte tiré du site Buddhaline

Le Bouddha et les animaux (1998)

La compassion bouddhiste s’étend à toutes formes de vie.

Par Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Docteur en Sciences chargé d’enseignement de phylogénétique aux Universités de Genève et Lausanne
Buddhâyatana

Le Bouddha dénonce le mal fait à des animaux

Siddhârtha Gautama (v. 580 - v. 500 AEC), le Bouddha, aimait et respectait les animaux, qui le lui rendaient bien, comme l’attestent nombre de Soutras. Pour l’Éveillé rien ne justifiait les violences commises à leur égard, rien ne justifiait les souffrances que les êtres humains leur font subir. Rien, ni les habitudes alimentaires, ni les traditions religieuses.

Dans l’Aggi Sutta (“Sermon sur les feux”, Anguttara-Nikâya, Sattaka-Nipâta, Vagga VI [IV, 41-46 PTS]), le Bouddha est pris à partie par un religieux s’apprêtant à commettre un holocauste, c’est-à-dire un gigantesque sacrifice au cours duquel 1.500 bovins et 1.000 ovins devaient être immolés. Tout d’abord, le Bouddha refuse d’entrer dans la controverse, se contentant de constater le fait, car il ne souhaitait pas participer à une discussion dont l’esprit, en définitive, était mondain et strictement polémique ! Le religieux en déduisit alors que le Bouddha l’approuvait. Voyant cela, Ânanda (le plus proche disciple du Bouddha) lui fit remarquer que ce n’est pas avec des questions orientées et clairement destinées à la joute oratoire qu’il obtiendrait une réponse du Tathâgata mais qu’il questionne sincèrement et simplement le Bienheureux, et celui-ci lui répondra.

Le religieux, qui était somme toute un brave homme, fourvoyé dans des vues erronées mais à l’esprit sincère, changea alors de ton et, conséquemment,le Bouddha lui répondit. Il dénonça fermement les sacrifices d’animaux et la pratique des “feux” malsains de l’avidité, de la haine et de l’illusion, qui tous entraînent le mal et la violence à l’égard des êtres vivants, et il loua les “feux” purs, sources de bien-être.

Convaincu, le religieux, qui sans doute n’attendait que cela, décida de renoncer à ses sacrifices sanglants, et de libérer son troupeau d’animaux, s’exprimant avec la force poétique de l’émotion heureuse et sereine :

“Je rends à la liberté tous mes animaux, je leur laisse la vie. Qu’ils mangent librement de l’herbe, qu’ils boivent librement l’eau fraîche, qu’ils jouissent de la douceur du vent soufflant sur leur corps.”

Le bouddhiste évite de faire souffrir les êtres vivants

En matière de respect de nos frères animaux, pas grand chose n’a changé de nos jours. Ou plutôt si, les animaux ont été chosifiés, leur massacre a été désacralisé, et se produit actuellement à l’échelle industrielle. Le Bouddha, de la même façon qu’il combattait les sacrifices d’animaux, que ce soit à titre religieux ou alimentaire (cf. à ce dernier titre le sermon très clair intitulé Jîvaka Soutta, Majjhima-Nikâya 55), aurait condamné l’attitude insensible, avide et irresponsable des sociétés humaines actuelles à l’égard de la nature. Il aurait trouvé abjects les élevages industriels et les usines à viande, au sein desquels chaque année des dizaines de milliards d’animaux connaissent une vie de cauchemar, pour en fin de compte subir une mort indigne - et il aurait été horrifié de voir de combien d’autres façons encore les animaux sont maltraités actuellement ! Le Bouddha aurait également trouvé affreux que chaque jour, par sa surextension planétaire et sa surconsommation des ressources naturelles, l’être humain soit la cause de la disparition irréversible de dizaines d’espèces vivantes.

Pour un bouddhiste sincère, la première étape pour sortir de ce torrent karmique infernal est de pratiquer “la vue juste” (sammâ-ditthi), première branche de l’Ariya Atth’ang’ika-Magga, le Noble Octuple Sentier. Cela commence par un examen de conscience approfondi de soi-même, de ses actes et de ses motivations. Dans le cadre de sa relation au monde animal, cela implique pour lui de constater son ignorance et son inconscience, et de partir à la découverte des réalités du monde des animaux.

Curieusement, s’il n’est plus vraiment nécessaire de nos jours de démontrer l’intelligence merveilleuse que déploient nombre d’animaux dans leurs vies de tous les jours (il existe quantité d’ouvrages sur le sujet), il est en revanche encore nombre de gens pour leur dénier des sentiments. Heureusement, des chercheurs ont consacré leur temps et leurs efforts à la démolition de ce type de préjugés que le Bouddha, en pionnier, dénonçait déjà, et ceux qui souhaitent poser un nouveau regard sur nos frères animaux peuvent consulter, parmi d’autres, les ouvrages suivants :


- Jeffrey Moussaieff Masson et Susan McCarthy, “When elephants weep : the emotional lives of animal” (1995) ; “Quand les éléphants pleurent : la vie émotionnelle des animaux”, Albin Michel 1997.

- Marie-Claude Bomsel, “Le Dépit du gorille amoureux, et autres effets de la passion dans le règne animal”, Lattès 1998

- Anne Collet, “Danse avec les baleines”, Plon 1998

________________________________________
Rester en colère c'est comme saisir un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un; c'est vous qui vous brûlez.

L'Eveillé
Les membres suivants remercient Compagnon pour ce message :
Giraudet (16/11/16)
Visiter le site web du posteur
Yves
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2011
Messages: 314
Localisation: Strasbourg

MessagePosté le: Mer 16 Nov 2016 - 23:42    Sujet du message: Un petit texte pour nos amis : les animaux Répondre en citant

je re-cite ici l'excellent "plaidoyer pour les animaux" de matthieu ricard qui colle à ce fil
________________________________________
oui à ce qui est
tout change
tout est maintenant
Compagnon
Membre Actif

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2016
Messages: 177
Localisation: Nanterre

MessagePosté le: Jeu 17 Nov 2016 - 00:33    Sujet du message: Un petit texte pour nos amis : les animaux Répondre en citant

Yves a écrit:
je re-cite ici l'excellent "plaidoyer pour les animaux" de matthieu ricard qui colle à ce fil


Aahh si seulement j'avais le courage de poursuivre et finir le plaidoyer pour l'altruisme... j'enquillerais en suite sur celui pour les animaux Smile
________________________________________
Rester en colère c'est comme saisir un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un; c'est vous qui vous brûlez.

L'Eveillé
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:59    Sujet du message: Un petit texte pour nos amis : les animaux

Montrer les messages depuis:   
Nouveau   Répondre    SanghaForum Index du Forum -> Autre -> Salon de thé Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com